ZHOU DUNYI [TCHEOU TOUEN-YI] (1017-1073)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Penseur confucéen, le premier qui, continuant l'œuvre de Li Ao, donne un cadre cosmologique à la métaphysique élaborée par ce dernier. Il le fait au moyen du Tableau du Faîte Suprême (Taijitu), diagramme illustrant la naissance de l'univers à partir du Faîte Suprême, dans lequel les forces antithétiques du Yin et du Yang se trouvent à l'état indifférencié et qui est lui-même sorti du « Sans Faîte » (wuji), c'est-à-dire du Néant absolu.

L'idée du Faîte Suprême vient du Livre des mutations (Yijing), tandis que le « Sans Faîte » renvoie à la métaphysique taoïste, à laquelle Zhou Dunyi a d'ailleurs emprunté son diagramme. Mais l'apport original de celui-ci consiste dans la façon dont il conçoit l'homologie entre la morale du confucianisme classique et l'évolution cosmique. Ainsi, il considère le Faîte Suprême comme équivalent à la Nature ou à la qualité divine et innée (Xing) des êtres. Cette Nature innée est foncièrement bonne. De la même façon, le Yin et le Yang, qui procèdent immédiatement du Faîte Suprême, correspondent au dur et au souple. Quand le Yin et le Yang se conforment à ce qui est juste et correct, c'est-à-dire au Li (la Raison innée, qui est également un attribut du Faîte Suprême), ils donnent les vertus d'Équité (Yi) et de Bienfaisance (Ren). Au contraire, quand les forces antithétiques s'écartent de la Raison universelle, elles produisent des défauts moraux. Cette identification du Faîte Suprême avec la Nature innée (Xing) et la Raison ou Principe universel (Li) constitue un apport à la pensée néo-confucéenne qui trouvera son apogée chez Zhu Xi (1130-1200). Au sage qui cherche à conformer son comportement aux lois de l'Univers, Zhou Dunyi propose, comme Li Ao, la prise de conscience impliquée dans la notion du Cheng, ou sincérité parfaite vis-à-vis de soi-même et de sa propre nature profonde.

—  Kristofer SCHIPPER

Écrit par :

  • : directeur d'études à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  ZHOU DUNYI [ TCHEOU TOUEN-YI ] (1017-1073)  » est également traité dans :

CONFUCIUS & CONFUCIANISME

  • Écrit par 
  • ETIEMBLE
  •  • 14 466 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Formation de la doctrine »  : […] P. Demiéville a signalé que Han Yu lui-même, qui condamne sans nuance ni réserve le bouddhisme, n'aurait probablement point écrit comme il fit en faveur de la « voie » confucéenne si une littérature bouddhiste en langue vulgaire (d'où sortiront le théâtre et le roman chinois) n'avait profondément agi sur les lettres traditionnelles. De la même façon, Zhu Xi ne condamnera le bouddhisme que pour mie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/confucius-et-confucianisme/#i_26938

Pour citer l’article

Kristofer SCHIPPER, « ZHOU DUNYI [TCHEOU TOUEN-YI] (1017-1073) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/zhou-dunyi-tcheou-touen-yi/