MA YO-YO (1955- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peu de violoncellistes ont réussi à s'évader de la prison dorée que constituent les quelques œuvres consacrées qui leur offrent un rôle de soliste. Quelques rares aventuriers – un Mstislav Rostropovitch, un Siegfried Palm – sont parvenus à élargir considérablement leur champ d'action avec un grand nombre de créations contemporaines. Tout en se montrant assez réservé devant certaines audaces de l'avant-garde, l'Américain Yo-Yo Ma ne se désintéresse pas pour autant de la musique de son temps. Mais il est sans doute le premier d'entre eux à vagabonder avec autant de liberté sur des terres peu fréquentées par les violoncellistes « classiques » : jazz, musiques de film, tango, bossa-nova, musiques traditionnelles. Sans pour autant se détourner des grandes œuvres du répertoire, où il s'impose à l'égal des plus grands.

Yo-Yo Ma naît à Paris le 7 octobre 1955, dans une famille d'origine chinoise fixée en France depuis plusieurs années. Dès l'âge de quatre ans, il commence l'étude du violoncelle avec son père. Ses progrès sont tels qu'il peut, à six ans, donner un premier concert dans la capitale française. L'année suivante, sa famille s'établit aux États-Unis et adopte la nationalité américaine. En 1962, Yo-Yo Ma entre à la prestigieuse Juilliard School of Music de New York, où il est formé par Janos Scholz et Leonard Rose. En 1963, il se produit à la télévision sous la direction de Leonard Bernstein : on ne peut rêver plus efficace lancement de carrière. Pendant deux saisons, il participe, au Carnegie Hall de New York et au Kennedy Center de Washington, à des séries de concerts intitulées « Isaac Stern et ses amis ». Les tournées se succèdent dans la plupart des pays européens. Lauréat de l'Avery Fisher Prize en 1978, il se produit fréquemment avec le pianiste Emmanuel Ax. À la fin des années 1980, Isaac Stern s [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Les derniers événements

Corée du Nord – Corée du Sud. Destruction du bureau de liaison intercoréen. 9-23 juin 2020

Le 9, alors que les négociations entre Pyongyang et Washington sont au point mort, l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA annonce la décision prise par Kim Yo-jong, sœur et proche conseillère du président Kim Jong-un, de fermer les canaux de communication politique et militaire entre […] Lire la suite

Corée du Nord – Corée du Sud. Rencontres diplomatiques à l’occasion des jeux Olympiques d’hiver. 8-28 février 2018

, à laquelle assiste Kim Yo-jong, sœur cadette du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un et membre du bureau politique du Parti du travail. Il s’agit de la première visite d’un membre de la famille Kim au Sud depuis la fin de la guerre de Corée. Le 10, Kim Yo-jong est reçue par le président sud-coréen […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « MA YO-YO (1955- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/yo-yo-ma/