YEOMAN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Nom ordinairement donné en Angleterre au paysan propriétaire, lorsque se développe la pratique de l'affermage des grands domaines. Surtout aux xviie et xviiie siècles, le terme de yeoman sert à désigner habituellement aussi les gros fermiers, propriétaires ou non d'ailleurs, d'un bien patrimonial ; en outre, dans les comtés, et jusqu'à la réforme de 1832, le yeoman est le citoyen à part entière, mobilisable dans l'armée et surtout, si son bien propre lui rapporte au moins quarante shillings par an, électeur lors des élections à la chambre des Communes. La prospérité de la classe des yeomen a été variable : bénéficiaires comme tous les propriétaires de la hausse des prix du xvie siècle, les yeomen ont occupé un rang social assez élevé dans les campagnes, ont pu envoyer leurs fils dans les écoles et universités, ont parfois été proches de la gentry à laquelle leurs fils ont accédé à l'occasion ; ils ont partagé avec les riches possédants l'espoir d'accroître leur fortune par le lotissement des prés communaux et par l'extension des enclosures. À la fin du xviie siècle, ils auraient réprésenté, avec leurs familles, plus de 900 000 habitants, c'est-à-dire environ un Anglais sur cinq, mais 280 000 seulement auraient été « de la meilleure condition ». Leur déclin s'amorce avec la période de stagnation et de baisse des prix qui s'étend entre 1680 et 1750, ainsi qu'avec la substitution des très grosses fermes aux locations plus modestes. Les survivants sont sauvés par le puissant mouvement de relèvement des prix agricoles entre 1750 et 1815 et par les enclosures qui, dans la mesure où ils ont pu faire face au coût des opérations, leur ont valu un substantiel accroissement de capital : la seconde moitié du xviiie siècle constitue leur dernier âge d'or, ils occupent alors des demeures souvent cossues et bien meublées. Beaucoup souffrent de la crise agricole postnapoléonienne et, après le sursis des années 1830-1870, de la « grande dépression » agricole de la fin du xixe siècle. L'acte de décès de la yeomanry date de ce moment, même s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification


Autres références

«  YEOMAN  » est également traité dans :

CÔTES DE FER

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 332 mots

Surnom donné, semblerait-il, par le prince Rupert aux cavaliers de Cromwell qui venaient de le défaire à la bataille de Marston Moor en 1644. Les Côtes de fer trouvent leur origine dans le recrutement, en 1643, par Cromwell d'une force de cavalerie de l'Association orientale des comtés de Norfolk, Suffolk, Essex, Cambridge et Hertford ; cette force, mise à la disposition du Parlement, constituera […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cotes-de-fer/#i_14260

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « La prospérité »  : […] Leur chance a été de régner dans une époque exceptionnellement favorisée par une série de facteurs positifs. Après les pestes, et avec la menace chronique de l'épidémie, la population se relève progressivement, et l'Angleterre passe de moins de trois millions à plus de quatre millions d'habitants au cours du xvi e siècle. À l'inflation toute rela […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_14260

Pour citer l’article

Roland MARX, « YEOMAN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/yeoman/