WOYZECK, Georg BüchnerFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un nouveau type de drame

Büchner s'est inspiré de personnages et de faits réels. Le 2 juin 1821, Johann Christian Woyzeck avait assassiné à coups de couteau sa maîtresse, Johanna Christiania Woost, dans une rue de Leipzig. Le mobile était la jalousie. Rapidement interpellé près du lieu du crime, Woyzeck reconnaissait les faits, et après trois ans de procédure judiciaire, il était condamné à mort et exécuté le 27 août 1824. Mais Büchner ne s'en est pas tenu à la situation initiale, et le résumé de la pièce ne rend pas compte du foisonnement de situations et de personnages annexes : visions d'angoisse de Woyzeck, baraque de foire où un bonimenteur présente un « cheval astronomique », scène du professeur qui devant ses étudiants jette un chat du haut d'un toit, scènes d'auberge, chansons populaires, conte de la grand-mère, etc. S'ajoutent à cela les nombreuses allusions à la philosophie et à la médecine qui jalonnent le texte.

En faisant éclater la fable en une série de scènes qui semblent échapper à toute architecture contraignante, Büchner tourne le dos, comme personne à son époque, aux canons de la dramaturgie classique, ce qui fait de lui un des grands précurseurs de certaines formes du théâtre contemporain, qui privilégient la dramaturgie du fragment ou du montage. Il a par ailleurs inauguré un nouveau type de drame dont le « héros » n'est plus issu des hautes sphères (comme dans la tragédie), ou de la bourgeoisie (comme dans le drame du xviiie siècle), mais des couches les plus basses de la société. Büchner s'est conformé en cela au programme qu'il avait lui-même défini dans sa nouvelle Lenz (1835), où il réclame de l'auteur dramatique qu'il « s'enfonce dans la vie du plus humble des êtres » et « la restitue dans ses tressaillements, ses demi-mots, et tout le jeu subtil et imperceptible de sa mimique ».

Restée quasi ignorée au xixe siècle, la pièce est redécouverte au début du xxe, notamment par les expressionnistes. Le compositeur autrichien Alban Berg en tire un opéra, Wozzeck, créé [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur au département des arts du spectacle à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-la Défense, traducteur, dramaturge

Classification


Autres références

«  WOYZECK, Georg Büchner  » est également traité dans :

BÜCHNER GEORG (1813-1837)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 2 263 mots

Dans le chapitre « « Woyzeck » »  : […] Si, dans La Mort de Danton , la Révolution s'enrichit de tragiques résonances, dans Woyzeck (1836), la tragédie n'est pas dépourvue d'accents révolutionnaires. Si, dans La Mort de Danton , révolution rime avec prostitution et décomposition, si la raison est à chaque instant menacée par le dérèglement sexuel et l'attrait de la mort, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georg-buchner/#i_24258

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Büchner »  : […] Quant aux pièces de Büchner, elles ne commenceront vraiment à être jouées qu'à partir de la fin du xix e siècle. Elles reflètent le contre-coup du drame romantique français sur le drame allemand. C'est ainsi que Büchner écrit Léonce et Léna (1836), parodie pleine de sens du Fantasio de Musset, qui rel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_24258

Pour citer l’article

Jean-Louis BESSON, « WOYZECK, Georg Büchner - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/woyzeck/