HARRIS WILSON (1921-2018)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'écrivain guyanais Wilson Harris est connu pour la dimension visionnaire et la complexité abstraite qui caractérisent ses romans, suscitant l'admiration de Kathleen Raine, Anthony Burgess ou Derek Walcott.

Theodore Wilson Harris, surnommé Kona Waruk, naît le 24 mars 1921 à New Amsterdam, en Guyane britannique (auj. Guyana). Il fréquente le Queen's College de Georgetown de 1934 à 1939. Topographe pour le compte de l'État de 1942 à 1958, il mettra à profit sa parfaite connaissance de la savane ainsi que de la forêt amazonienne qui occupent l'intérieur du pays pour bâtir le décor de ses fictions. En 1959, il part vivre à Londres. Les premiers écrits d'Harris, poétiques, sont rassemblés sous les titres Fetish (1951) et The Well and the Land (1952). Il ébauche ensuite plusieurs manuscrits, qu'il abandonne tour à tour, avant de publier The Guyana Quartet (le « Quatuor guyanais »), une tétralogie qui réunit Palace of the Peacock (1960, Le Palais du paon), The Far Journey of Oudin (1961), The Whole Armour (1962) et The Secret Ladder (1963, L'Échelle secrète).

Les romans de Wilson Harris regorgent de métaphores ambiguës, de jeux de mots, de symboles à la signification mouvante, où l'on a pu reconnaître une tradition remontant à William Blake et aux gnostiques. Ils se plaisent à brouiller la frontière entre souvenirs, imagination, rêve et réalité, jusqu'aux tréfonds de l'inconscient. Ses personnages expriment l'unité de l'humanité, recourant par exemple dans The Mask of the Beggar (2003) à la figure archétypale d'Ulysse, qui n'appartient pas à une seule culture mais bien à toutes. Parmi la riche bibliographie de Wilson Harris, citons également la trilogie qui a Londres pour toile de fond, rassemblant Da Silva da Silva's Cultivated Wilderness (1977), The Tree of the Sun (1978) et The Angel at the Gate (1982, L'Ange sur le seuil), et celle qui comprend Carnival (1985), The Infinite Rehearsal (1987) et The Four Banks of the River of Space (1990). La structure polyphonique qui caractérise ces romans se déploie également dans The Ghost of memory (2006). Wilson Harris est en outre l'auteur de nouvelles et d'essais.

Il meurt le 8 mars 2018 à Chelmsford (Essex).

—  Universalis

Classification


Autres références

«  HARRIS WILSON (1921-2018)  » est également traité dans :

CARAÏBES - Littératures

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Claude FELL, 
  • Jean-Louis JOUBERT, 
  • Oruno D. LARA
  •  • 15 809 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « pères fondateurs » de la littérature caraïbe anglophone »  : […] George Lamming (né en 1927), V. S. Naipaul (1932-2018), Wilson Harris (1921-2018), Samuel Selvon (1923-1994), Derek Walcott (1930-2017), Edward Kamau Brathwaite (né en 1930) et, dans une moindre mesure, Michael Anthony (né en 1930), Earl Lovelace (né en 1935) et Roy Heath (1926-2008), l'auteur de The Murderer ( L'Assassin , 1978), sont aujourd'hui considérés comme la première génération qui ait d […] Lire la suite

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La recherche d'esthétiques plurielles »  : […] En marge des oppositions binaires, certains écrivains postcoloniaux tentent d'élaborer des esthétiques novatrices. Parfois la confrontation s'impose encore pour des raisons historiques : ainsi, en Nouvelle-Zélande, les romanciers maoris Witi Ihimaera, l'auteur de Tangi (1973 ; Tangi , 1988), et Patricia Grace s'élèvent-ils contre une utilisation perverse du terme « multiculturalisme » qui vise, […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HARRIS WILSON - (1921-2018) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilson-harris/