WORDSWORTH WILLIAM (1770-1850)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une philosophie poétique

Même réalisé, The Recluse n'aurait jamais répondu à ce dessein. Les fragments qu'en sont The Prelude, publié trois mois après sa mort survenue à Rydal Mount, Westmoreland, et The Excursion, paru en 1815, manquent de rigueur dans leur conception même d'épopée-confession et de narration dramatique, mais ils restent impressionnants par leur masse, quelque seize mille vers, par l'extrême tension de la pensée créatrice et surtout par les coups de sonde qui descendent jusqu'aux « données immédiates de la conscience », beauté sublime et peur panique, captent les émois et frissons de la sensibilité élémentaire mais complexe, et tentent de communiquer les moments ineffables et privilégiés d'extase mystique où l'imagination, prolongement de la perception sensorielle, met l'âme humaine en communion avec l'anima mundi. La mémoire est la collaboratrice de l'imagination : elle reste le témoin permanent qui permet au poète-philosophe de contrôler son pouvoir visionnaire, l'authenticité des secondes impressions par rapport aux premières et vice versa. « Génie de la rétrospection », selon Charles Du Bos, Wordsworth a anticipé Bergson et sa notion de « la création de soi par soi », achèvement de nos « dispositions prénatales », car « notre personnalité pousse, grandit, mûrit sans cesse ». Ce sont les philosophes qui désormais doivent, pour leur profit et le nôtre, collaborer à l'interprétation d'une œuvre qui est loin d'avoir livré tous ses secrets. La phénoménologie de Merleau-Ponty et de Bachelard va dans le sens du rousseauisme, mais plus loin ; la « philosophie de l'organisme », commune à Whitehead et à Jean Wahl, confirme l'intuition qu'il existe « un sentiment de conformation avec le monde extérieur ». Si certains travaux mettent en évidence la profondeur de la pensée chez Wordsworth, il serait grave de négliger l'exigeante probité de l'artiste ; partageant les victoires et compensant les défaillances de l'inspiration, elle témoigne de la sincérité et de l'intégrité d'une œuvre qui coïncide toujours avec son créateur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la Faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  WORDSWORTH WILLIAM (1770-1850)  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 339 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Les générations romantiques »  : […] L'œuvre des romantiques contient également un message éthique. Le retour aux traditions nationales, au peuple et à la nature annoncé dans le programme des Lyrical Ballads (1798) de William Wordsworth (1770-1850) et Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) – dénommés lakistes à cause de la région des Lacs, dans le Cumberland, où ils résidèrent – est un phénomène apparenté au renouvellement des fondeme […] Lire la suite

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 151 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Le paysage »  : […] C'est dans le paysage que le romantisme pictural a le plus continûment donné sa mesure. La France cède ici le pas à l'Allemagne, à l'Angleterre, pays où la théorie académique était bien moins solidement établie. En Allemagne, la personnalité la plus marquante est celle de Caspar David Friedrich (1774-1840) qui, dès les premières années du xix e  siècle, a donné au romantisme une forme picturale e […] Lire la suite

BYRON GEORGE GORDON (1788-1824)

  • Écrit par 
  • François NATTER
  •  • 4 463 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « George Gordon lord Byron, a minor » »  : […] En octobre 1805, il entre à Trinity College, Cambridge. Il s'y fit des amitiés sérieuses, notamment John Cam Hobhouse, futur lord Broughton, qui sera son compagnon de voyage et son exécuteur testamentaire. Il éprouva aussi une véritable passion pour un certain Edleston dont la mort en octobre 1811 lui inspirera les strophes ardentes et douloureuses des Poèmes à Thyrza . Il commençait à publier. Dè […] Lire la suite

COLERIDGE SAMUEL TAYLOR (1772-1834)

  • Écrit par 
  • Paul ROZENBERG
  •  • 2 854 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De l'expérience du malheur au rêve utopique »  : […] Treizième et dernier enfant d'un pasteur du Devon, Coleridge est né à Ottery Saint Mary dans le Devonshire. À la mort de son père, en 1782, il est expédié à Londres et se réfugie dans la littérature d'évasion, la philosophie et la politique. D'abord tenté par le compromis unitarien entre anglicanisme et méthodisme, il se passionne pour le panthéisme (Bruno, Spinoza), le gnosticisme et l'illuminism […] Lire la suite

LE DIT DU VIEUX MARIN, Samuel Taylor Coleridge - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 873 mots
  •  • 1 média

En tête du volume de la première édition des Lyrical Ballads (1798), venait le long poème de Samuel Taylor Coleridge (1772-1834), Le Dit du vieux marin . Selon William Wordsworth (1770-1850), le poème aurait « découragé les lecteurs d'aller plus avant, en raison de son étrangeté » et de ses « graves défauts » : le marin – héros du poème – « n'agit pas mais est perpétuellement agi » ; quant aux év […] Lire la suite

KEATS JOHN (1795-1821)

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE
  •  • 3 571 mots

Dans le chapitre « Un poète et une poétique »  : […] Les lettres de Keats constituent la plus riche et la plus émouvante correspondance laissée par un écrivain anglais du xix e  siècle. On y suit pas à pas l'évolution d'un esprit qui mûrissait avec une rapidité exceptionnelle et multipliait les confidences, non tant (sauf les déchirants cris d'amour et de jalousie de la fin de sa vie) sur lui-même ou sur la composition de ses œuvres que sur le sens […] Lire la suite

LAKISTES POÈTES

  • Écrit par 
  • Louis BONNEROT
  •  • 243 mots
  •  • 1 média

The Lake Poets , The Lake School , le terme apparaît pour la première fois en août 1817, sous la plume du critique et fondateur de l' Edinburgh Review , Francis Jeffrey ; il s'applique à Southey, Coleridge et Wordsworth qui, tous trois, ont résidé dans la région des Lacs au nord-ouest de l'Angleterre ( The Lake District ) et ont eu un goût très vif pour une poésie rénovée par un retour à la natur […] Lire la suite

LE PRÉLUDE, William Wordsworth - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Marc PORÉE
  •  • 768 mots
  •  • 1 média

William Wordsworth (1770-1850) travailla toute sa vie à l'écriture du Prélude , vaste œuvre autobiographique de huit mille vers, qui ne fut publié qu'à sa mort, en 1850. Le livre doit son titre au fait que le poème n'était censé être, à l'origine, qu'un préambule à une composition d'inspiration philosophique, qui se serait appelée Le Reclus , mais qui ne vit jamais le jour, à l'exception du deuxi […] Lire la suite

SOUTHEY ROBERT (1774-1843)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 176 mots

Poète anglais, auteur de nombreux textes en prose touchant à tous les genres, Robert Southey est resté surtout célèbre pour ses liens avec Samuel Taylor Coleridge et William Wordsworth, qui furent tous deux à la tête du romantisme anglais. Fils d'un marchand de linges, Robert Southey, né à Bristol le 12 août 1774, passa la plus grande partie de son enfance à Bath, où il fut élevé par sa tante, Eli […] Lire la suite

Pour citer l’article

Louis BONNEROT, « WORDSWORTH WILLIAM - (1770-1850) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/william-wordsworth/