EGGLESTON WILLIAM (1939- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En 1976, le Museum of Modern Art (MoMA) de New York présentait, à l'instigation de John Szarkowski, directeur du département de photographie, une exposition sobrement intitulée Color Photographs by William Eggleston. Première exposition majeure de photographie couleur présentée par un musée, elle consacrait le travail d'un photographe américain quasi inconnu, dont les images privilégiaient des sujets banals, proches de ceux de la photographie d'amateur. S'il fut alors la cible d'un vif débat critique, Eggleston est aujourd'hui considéré comme celui qui a ouvert la voie d'une nouvelle expression : celle de la photographie couleur contemporaine.

Memphis (Tricycle), W. Eggleston

Memphis (Tricycle), W. Eggleston

Photographie

William Eggleston, Memphis (Tricycle), 1969-1970, dye transfer, 30,3 cm x 44,3 cm. Institut d'art contemporain, collection F.R.A.C. Rhône-Alpes, dépôt au musée d'Art moderne de Saint-Étienne. 

Crédits : Y. Bresson/ Musée d'art moderne, Saint-Etienne-Métropole

Afficher

Du choix de la photographie à celui de la couleur

Toutes les photographies exposées au MoMA représentaient Memphis – où Eggleston est né en 1939 et où il vit toujours – et les alentours du Tennessee et du Mississippi. La plupart dataient des années 1969-1971. Elles traitaient de sujets quotidiens, mettaient en scène des proches du photographe et représentaient des paysages familiers pour celui qui avait grandi dans une ferme de planteurs de coton dans le delta du Mississippi. C'est là qu'il pratique le piano de manière assidue et virtuose. Puis il expérimente la peinture – plus qu'il ne l'étudie – à l'université du Mississippi à Oxford, dans une fin des années 1950 encore placée sous la domination de l'expressionnisme abstrait.

S'il fait l'acquisition de son premier appareil photo en 1957, ce n'est que vers 1959-1960, après la découverte des ouvrages American Photographs (1938) de Walker Evans et The Decisive Moment (1952) d'Henri Cartier-Bresson, que se révèle son intérêt pour la photographie. Il retient le goût pour les motifs vernaculaires du premier, tandis qu'il est enthousiasmé par la liberté des cadrages du second. À partir de 1962, il travaille comme photographe indépendant.

En 1965-1966, fasciné par « la qualité » et « l'innocence » de travaux d'amateurs développés dans un laboratoire professionnel par l'un de ses amis, il décide d'abandonner le noir et blanc pour pratiquer l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  EGGLESTON WILLIAM (1939- )  » est également traité dans :

PHOTOGRAPHIE (art) - Un art multiple

  • Écrit par 
  • Hervé LE GOFF, 
  • Jean-Claude LEMAGNY
  •  • 10 787 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Format et couleur : le tableau »  : […] La couleur qui, au début des années 1960, fait son entrée dans la photographie d'amateur et dans le secteur publicitaire, n'intéresse guère le marché naissant de la photographie d'art, visant le seul noir et blanc. C'est dans ce contexte élitiste qu'apparaissent en 1971 les travaux des Américains Joel Meyerowitz et William Eggleston, qui sacrifient le spectaculaire et l'émotion au profit d'une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-art-un-art-multiple/#i_35185

Voir aussi

Pour citer l’article

Nathalie BOULOUCH, « EGGLESTON WILLIAM (1939- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-eggleston/