WORRINGER WILHELM (1881-1965)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Si l'on considère l'histoire de l'art non plus comme la simple histoire du savoir artistique, mais comme celle des intentions, elle gagne en importance au point de vue de l'histoire universelle, [...] elle prend place à côté [...] des conceptions du monde. » Cette phrase de Worringer (L'Art gothique) situe d'emblée son projet d'historien : fonder une Kunstwissenschaft, une science de l'art qui soit histoire des formes transcendantales de l'expression. Nous nous trouvons donc ici sur l'itinéraire théorique qui suit la pensée germanique depuis Kant et Hegel. Nous sommes devant un héritier de Riegl (1858-1905), un lecteur de Fiedler (1841-1895), un contemporain de l'expressionnisme allemand... Worringer est né à Aix-la-Chapelle. Professeur successivement à Bonn (1925), à Königsberg (1928), à Halle (1946), il résidait à Munich depuis 1953. L'essentiel de sa pensée se trouve exprimé dans Abstraktion und Einfühlung (trad. franç. 1978, Klincksieck, Abstraction et Einfuhlung : contribution à la psychologie du style) et Formprobleme der Gothik (1927 ; trad. franç. 1941, Gallimard, L'Art gothique) ; il faut également citer : Die Anfänge der deutschen Tafelmalerei (Les Débuts de la peinture de chevalet en Allemagne, 1924) ; Problematik der Gegenwartskunst, 1948 ; Fragen und Gegenfragen (Questions et controverses, 1956).

La question fondamentale à résoudre a consisté pour Worringer à se démarquer des théories psychologiques de l'Einfühlung (empathie), par quoi, depuis Vischer et Lipps, on désigne une fusion spéculaire, organique avec l'objet, une projection animatrice du spectateur sur le spectacle. Dès lors, dans une telle perspective, tout discours sur l'art coïncidait avec un discours sur la contemplation de la beauté, c'est-à-dire avec l'esthétique. Worringer veut rompre avec l'esthétique qui ne saurait être une science objective et universelle de l'art, car elle est normative et ne justifie que l'art classique. À l'époque classique, la beauté exprime, par l'immobilité et l'harmonie des proportions, la résolution historique des [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  WORRINGER WILHELM (1881-1965)  » est également traité dans :

BLAUE REITER DER

  • Écrit par 
  • Étiennette GASSER
  •  • 2 892 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Doctrine »  : […] Le Blaue Reiter n'a ni programme, ni adhérents. Un accord tacite sur les problèmes de l'esprit et de l'art fonde l'union des intéressés. Un homme est en mesure de les formuler : Kandinsky. En 1910, il écrit Du spirituel dans l'art (édité à Munich en 1911) où il part d'une critique de la structure matérialiste du monde contemporain. Il voit la science transmuter la matière en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/der-blaue-reiter/#i_22523

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 324 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Architecture et symbolique de l'espace »  : […] On a noté que, pour Frankl, la destination d'un édifice est l'un des quatre éléments qui contribuent à la définition de son espace. C'est là un équivalent de ce que Erwin Panofsky nomme iconographie dans sa description des niveaux de l'interprétation des œuvres d'art figuratives : la destination d'un espace architectural, qu'il s'agisse de la célébration d'un culte religieux, de la représentation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espace-architecture-et-esthetique/#i_22523

Pour citer l’article

Marie-José MONDZAIN-BAUDINET, « WORRINGER WILHELM - (1881-1965) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/wilhelm-worringer/