Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

LANDOWSKA WANDA (1879-1959)

Que serait le clavecin aujourd'hui sans la persévérante action de Wanda Landowska ? L'irrésistible attraction exercée, dès le début du xixe siècle, par le piano ainsi que les séductions du romantisme avaient relégué le clavecin au rang de vestige d'un passé révolu et réduit la richesse de son immense répertoire à un simple champ d'investigation musicologique. Aux premières années du siècle suivant commence à apparaître un intérêt nouveau pour ces musiques, dites anciennes, écrites pour l'orchestre, la voix et l'orgue. Il faudra cependant attendre la pionnière Wanda Landowska pour que le clavecin s'éveille à une seconde existence. Grâce à elle, une partie essentielle de l'histoire musicale occidentale a retrouvé, sur des instruments proches de ceux qui l'ont vue naître, ses rythmes et ses couleurs d'origine.

Mieux encore, Wanda Landowska a suscité pour son instrument la composition d'œuvres nouvelles, acclimatant ainsi de manière inattendue les antiques cordes pincées au langage des créateurs de son temps. Elle a de plus permis l'éclosion d'une génération entière de clavecinistes qui, chacun à sa manière, ont poursuivi son aventure esthétique et permis la redécouverte de toute la littérature baroque.

Wanda Alexandra Landowska naît à Varsovie le 5 juillet 1879 (date qui figure sur son passeport ; d'autres dates ont été avancées), dans une famille d'origine juive. Son père est avocat et sa mère une linguiste reconnue, la première à traduire Mark Twain en polonais. Dès l'âge de quatre ans elle commence l'étude du piano et la poursuit au conservatoire de sa ville natale, sous la férule de Jan Kleczyński et d'Aleksander Michalowski, qui sera le professeur de Mischa Levitzki. À Berlin, elle se forme à la composition avec Heinrich Urban. En 1900, sur les conseils d'Henry Lew, un spécialiste du folklore hébraïque qu'elle épousera par la suite, elle se fixe à Paris. Elle donne tout d'abord des cours de piano à la Schola Cantorum (1900-1912). Dès cette époque, elle s'abandonne à sa passion et hante sans relâche musées et bibliothèques à la recherche d'instruments authentiques et de partitions oubliées. À sa demande, la maison Pleyel lui construit un grand clavecin de concert qu'elle inaugure au festival Bach de Breslau en 1912. Cet instrument – qui compte une octave supplémentaire dans le registre grave – doit encore beaucoup à la facture du piano et reste assez éloigné, par le timbre et la puissance, des modèles originaux qui l'ont inspiré. Wanda Landowska poursuit sa croisade à la Hochschule für Musik de Berlin, qui crée spécialement pour elle une chaire consacrée au clavecin. Elle y donne des cours de 1913 à 1919 (durant la Première Guerre mondiale, Wanda et son mari Henry auront en Allemagne le statut de prisonniers civils sur parole). De retour en France, elle enseigne à l'École normale de musique que vient de fonder Alfred Cortot. Son répertoire s'élargit de Bach à Couperin et à Rameau. En 1925, elle crée à Saint-Leu-la-Forêt, au nord de Paris, où elle s'est établie, une école de musique ancienne qui va attirer, au-delà des praticiens du clavier, flûtistes et chanteurs. Le 25 juin 1923, sous la direction de Vladimir Golschmann, elle participe dans la demeure parisienne de la princesse Edmond de Polignac à la création scénique des Tréteaux de Maître Pierre, un opéra pour marionnettes de Manuel de Falla. Ce dernier va écrire pour elle un Concerto pour clavecin et cinq instruments, dont elle assure la création, à Barcelone, le 5 novembre 1926, sous la direction du compositeur. Le 3 mai 1929 elle donnera la première audition publique du Concerto champêtre, pour clavecin et orchestre, de Francis Poulenc sous la baguette de Pierre Monteux. Elle fait construire dans sa demeure[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre BRETON. LANDOWSKA WANDA (1879-1959) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 25/03/2009

Autres références

  • CLAVECIN

    • Écrit par et
    • 4 766 mots
    • 4 médias
    ...mobilier – attire à nouveau l'attention. Les firmes Erard et Pleyel présentent des clavecins modernes à l'Exposition universelle de 1889. Mais c'est à Wanda Landowska que le clavecin doit son véritable renouveau. Elle fait construire chez Pleyel en 1912 un instrument à sept pédales comportant un appel...
  • GERLIN RUGGERO (1899-1983)

    • Écrit par
    • 543 mots
    • 1 média

    Dans la mouvance de Wanda Landowska, toute une génération d'interprètes et de musicologues ont contribué au regain d'intérêt dont bénéficie désormais le clavecin. Si l'approche d'ensemble de la prestigieuse claveciniste polonaise garde toute sa vie au travers des enregistrements...

  • POULENC FRANCIS - (repères chronologiques)

    • Écrit par
    • 756 mots

    7 janvier 1899 Francis Jean Marcel Poulenc naît à Paris, dans une famille bourgeoise et fortunée : son père, Émile Poulenc, dirige un laboratoire pharmaceutique, Poulenc Frères, qui fusionnera en 1928 avec la Société chimique des usines du Rhône pour donner naissance à Rhône-Poulenc.

    1914-1917...