VOX SAMUEL THÉODORE MONOD dit MAXIMILIEN (1894-1974)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Éditeur et typographe français né à Condé-sur-Noireau (Calvados). Théodore Monod, dit Maximilien Vox, fut tout jeune attiré par les arts graphiques et se consacra d'abord à la gravure. À peine âgé de vingt ans, il expose au Salon des humoristes, à Paris. Après la Première Guerre mondiale, il continue sa carrière artistique, expose en divers salons, dont le Salon d'automne, ses peintures et ses gravures. Il prend contact avec le monde typographique en illustrant des œuvres célèbres, telle l'édition des œuvres complètes de Molière qui paraît en 1928. Et, surtout, il collabore à la revue de Charles Peignot (1897-1983), Arts et métiers graphiques, publiée de 1927 à 1939 (un numéro spécial de la revue Art et métiers du Livre, 1994, est consacré à cette revue qui constitue l'un des sommets de la typographie française). À partir de ce moment, il accentue son penchant pour la typographie d'art, étudie les proportions de nouvelles lettres pour les frontispices, mais aussi la mise en pages. Il donne une impulsion au récent métier de maquettiste en édition. Loin de repousser les inventions nouvelles, il se rallie à ces dernières et devient un farouche partisan de la fondeuse Monotype, dont il pense qu'elle doit permettre un renouvellement de l'art typographique, car elle associe le caractère mobile traditionnel et la machine.

Professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts, Maximilien Vox n'en abandonne pas pour autant la création artistique. Dans les années 1940, chargé de promouvoir la typographie, il crée l'Union bibliophile de France. De Lurs, village de haute Provence où il réside, il continue sa fonction éditoriale (il avait déjà publié certains journaux, tel Micromégas — 1936-1940 —, journal mensuel de Maurice Robert), imprimant dans son propre atelier des ouvrages comme le Testament d'un typographe (1960). De 1949 à 1964, il dirige les seize numéros hors série de Noël, publiés par la revue Caractère. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VOX SAMUEL THÉODORE MONOD dit MAXIMILIEN (1894-1974)  » est également traité dans :

TYPOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Michel WLASSIKOFF
  •  • 6 589 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le recours à la tradition »  : […] À Londres, Jan Tschichold, directeur artistique de Penguin Books à partir de 1946, renouvelle la ligne graphique de la célèbre maison d'édition selon des règles de composition inspirées des canons ancestraux. Couronnant son retour à la tradition, il crée le Sabon (1964-1966), interprétation contemporaine sans doute la plus réussie du Garamond. Hermann Zapf (1918-2015) publie à son tour un « romain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/typographie/#i_34315

Pour citer l’article

Michel MARION, « VOX SAMUEL THÉODORE MONOD dit MAXIMILIEN - (1894-1974) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vox-samuel-theodore-monod-dit-maximilien/