VISON

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit carnivore discret, chassé ou élevé pour sa fourrure, fréquentant les bords de rivières ou de lacs des zones boisées d'Amérique du Nord, du centre de l'Europe ainsi que du sud-ouest de la France et du nord-ouest de l'Espagne. Classe : Mammifères ; ordre : Carnivores ; sous-ordre : Fissipèdes ; famille : Mustélidés.

Cousins des belettes et des putois, les visons sont représentés par deux espèces : le vison d'Amérique (Mustela vison) et le vison d'Europe (Mustela lutreola). Comme tous les Mustélidés, ils possèdent un corps allongé, un museau pointu, de courtes pattes (mais légèrement palmées) et une longue queue touffue. Le pelage des visons sauvages, dense, brillant et imperméable, est généralement brun uniforme mais présente un liseré blanc pur au niveau des lèvres. Il est constitué d'une bourre épaisse et de longs poils. Les animaux d'élevage présentent quant à eux, suite à de nombreuses sélections, toute une gamme de coloration (visons noirs, blancs, gris argenté, brun sable...).

Leur taille et leur poids varient, suivant l'espèce et le sexe, de 45 à 75 centimètres de longueur, queue comprise (environ 20 cm), et de 0,5 à 1,5 kilogramme, le vison américain étant le plus grand et le plus lourd. Leur espérance de vie est de dix ans.

Crépusculaire et nocturne, vivant à la fois sur terre et dans l'eau, le vison est un carnivore qui se nourrit de petits mammifères (taupes, lapins, rongeurs tels que ragondins, rats musqués, campagnols...), de poissons, d'amphibiens, de mollusques, de crustacés mais aussi d'oiseaux et d'insectes. Le vison est beaucoup moins bien adapté à la vie dans l'eau que la plupart des mammifères semi-aquatiques. C'est un nageur moyen ; sa vision dans l'eau est médiocre et sa capacité pulmonaire relativement faible, ce qui ne lui permet pas des immersions prolongées.

Solitaire, le vison possède plusieurs gîtes, qu'il utilise en alternance : cavités naturelles, trous d'arbre ou terriers abandonnés qu'il aménage. Il n'hiberne pas. Mâles et femelles s'accouplent au prin [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  VISON  » est également traité dans :

ENCÉPHALOPATHIES SPONGIFORMES

  • Écrit par 
  • Dominique DORMONT
  •  • 6 588 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'encéphalopathie transmissible du vison »  : […] L'encéphalopathie transmissible du vison est une maladie touchant quelques rares élevages. Lorsqu'un élevage est touché, il est le plus souvent décimé, la contamination se faisant à la suite de la consommation par les visons de viande de moutons ou de bovins infectés. Le premier foyer est apparu aux États-Unis en 1947. La maladie a été décrite en Finlande, dans l'ex-Union soviétique, au Canada et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encephalopathies-spongiformes/#i_7231

FAUNE SAUVAGE

  • Écrit par 
  • Romain JULLIARD, 
  • Pierre PFEFFER, 
  • Jean-Marc PONS, 
  • Dominique RICHARD, 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 14 135 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Espèces invasives »  : […] Parfois, c'est l'élevage des animaux pour la fourrure qui a été à l'origine d'une expansion accidentelle ou volontaire d'espèces allogènes. C'est le cas de deux espèces sud-américaines, le rat musqué et le ragondin (ou myocastor du Chili), qui, élevés en France au lendemain de la Première Guerre mondiale puis échappés ou relâchés volontairement dans la nature lorsque la fourrure est passée de mo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/faune-sauvage/#i_7231

Pour citer l’article

Marie-Claude BOMSEL, « VISON », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vison/