MIRABEAU VICTOR RIQUETTI marquis de (1715-1789)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« L'ami des hommes ». Né d'une famille noble, peut-être d'ancienne extraction chevaleresque, venue d'Italie et agrégée au xvie siècle à la haute noblesse provençale par de brillants mariages, propriétaire depuis 1570 de la terre de Mirabeau, érigée en marquisat par Louis XIV. Gentilhomme et grand seigneur en Provence, le marquis de Mirabeau l'est et veut l'être ; il prend très au sérieux son rôle de chef de nom et d'armes de sa famille, ses obligations de seigneur féodal. Mais il concilie mal les unes et l'autre. Il abandonne ses terres pour s'installer à Paris, fréquenter les salons influents, chercher à faire carrière et à pousser aux premiers emplois le bailli de Mirabeau, son frère cadet qu'il aime profondément. Un moment, il espère être ministre, mais en vain : il a échoué et le reconnaît tristement. Mais son ambition n'est jamais vulgaire. Son mariage avec l'héritière de grands domaines en Limousin est une catastrophe : les deux époux se séparent, plaident l'un contre l'autre, se déchirent, se ruinent réciproquement. Les deux fils nés de cette union (le comte de Mirabeau, Honoré Gabriel Riquetti et le vicomte de Mirabeau, André Boniface Louis Riquetti) sont, ainsi que leurs sœurs, de fort mauvais sujets. À la mort du marquis, ils n'auront donné à celui-ci qu'un seul petit-fils pour continuer sa race, et c'est son crève-cœur. De plus, la fortune familiale est alors en morceaux, car Mirabeau l'a dissipée à force de vouloir l'augmenter : ventes à perte, investissements improductifs, procès longs et coûteux. Contre femme et enfants il aura utilisé souvent les lettres de cachet : c'est « l'ennemi de sa famille ». Parmi tous ces déboires, la seule consolation du marquis, sans parler de ses diverses liaisons et de son attachement final à Mme de Pailly, est d'écrire. Esprit distingué, ami de jeunesse de Vauvenargues, son voisin en Provence, souvent reçu par Montesquieu, il lit peu mais réfléchit beaucoup et s'exprime d'abondance dans un style rocailleux, semé d'expressions très fortes et d'archaïsmes involontaires, sans aucun souci d'académisme ; épistolier infatiga [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  MIRABEAU VICTOR RIQUETTI marquis de (1715-1789)  » est également traité dans :

INDUSTRIE - La civilisation industrielle

  • Écrit par 
  • John NEF
  •  • 8 085 mots
  •  • 2 médias

L'expression « civilisation industrielle » est d'un emploi récent. Pour préciser le sens employé ici, et l'importance que ce concept pourrait prendre dans l'avenir, un aperçu historique s'impose concernant l'origine et l'évolution des deux termes qu'elle contient. L'adjectif « industriel » vient du substantif « industrie ». À l'origine, ce mot signifiait seulement « industrieux ». Mais depuis des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/industrie-la-civilisation-industrielle/#i_16761

REVENU NATIONAL

  • Écrit par 
  • Véronique PAREL, 
  • Francisco VERGARA
  •  • 5 800 mots

Dans le chapitre « Le revenu en tant que produit de l'agriculture : le point de vue des physiocrates »  : […] Ainsi, pour François Quesnay (1694-1774), fondateur de l'école physiocratique, seules les activités agricoles sont productives. Selon lui, l'agriculture est censée produire chaque année une masse de nourriture et de matières premières (laine, lin, cuir, etc.) qu'il appelle « reproduction », ou « produit brut », ou « revenu national ». Une partie de ce produit est utilisée pour remplacer les « ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revenu-national/#i_16761

SPINOZA BARUCH (1632-1677)

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 12 184 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle : la lutte antireligieuse, la formation du matérialisme et la pensée révolutionnaire »  : […] À l'entrée du xviii e  siècle, on note à la fois la sympathie et les prudences de Bayle. Exilé dès 1681, en Hollande, le philosophe de Rotterdam fait pendant au philosophe de La Haye ; pour toute sa vie, il est lié à ce dernier, qu'il avait commencé de lire à Sedan, mais dont il acquiert, dans le Refuge, une connaissance complète. En 1682 paraiss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baruch-spinoza/#i_16761

Pour citer l’article

Olivier COLLOMB, « MIRABEAU VICTOR RIQUETTI marquis de (1715-1789) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-mirabeau/