KLEMPERER VICTOR (1881-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Cousin du chef d'orchestre Otto Klemperer, Victor Klemperer naquit en 1881 à Landsberg, en Prusse orientale, ville aujourd'hui polonaise sous le nom de Gorzów Wielkopolski. Il était le neuvième enfant d'une famille juive. Son père, qui était rabbin et se réclamait d'un judaïsme progressiste, fut nommé en 1890 à Berlin. Le jeune Victor fut si fortement attiré par la culture allemande qu'il rompit avec ses attaches juives. Il prit les Lumières et l'enseignement de Lessing pour idéal philosophique. Puis, se tournant vers les écrivains français du xviiie siècle, il les célébra dans de nombreuses études – Montesquieu, entre autres, auquel il consacra sa thèse. Percevant les discriminations à l'égard des Juifs sous l'Empire de Guillaume II, il se convertit au protestantisme en 1903, lors de son service militaire. Cette conversion, il la renouvela en 1912, après s'être marié avec Eva Schlemmer, une protestante. Victor Klemperer se voulait allemand, rien qu'allemand. Au moment de la Première Guerre mondiale, il fut tout naturellement patriote, voire nationaliste, et se porta volontaire sur le front. À la chute du régime impérial, il ne donna nullement dans les enthousiasmes révolutionnaires. Désireux de s'assimiler à la masse des Allemands moyens, il choisit le camp de la démocratie libérale.

Devant l'antisémitisme de ces années, quelle fut son attitude ? Il ferma les yeux. Et cela, malgré les déboires que connut sa carrière universitaire. En effet, il ne put obtenir un poste qu'en 1920. Il fut nommé, qui plus est, dans une ville de province, à Dresde, et à l'École technique supérieure, non à l'université proprement dite. C'est ce poste que Victor Klemperer occupa loyalement, jusqu'à ce que les nazis décident de le suspendre. En janvier 1935, à la suite du boycottage de ses cours, il n'a déjà plus que trois ou quatre étudiants. Le 30 avril 1935, il est destitué de sa chaire et mis à la retraite anticipée. Lui, qui ma [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  KLEMPERER VICTOR (1881-1960)  » est également traité dans :

JOURNAL 1933-1945 (V. Klemperer) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Lionel RICHARD
  •  • 994 mots

Cousin du chef d'orchestre Otto Klemperer, Victor Klemperer naquit en 1881 à Landsberg, en Prusse orientale, ville aujourd'hui polonaise sous le nom de Gorzow Wielkopolski. Il était le neuvième enfant d'une famille juive. Son père, qui était rabbin et se réclamait d'un ju […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/journal-1933-1945/#i_27754

SHOAH LITTÉRATURE DE LA

  • Écrit par 
  • Rachel ERTEL
  •  • 12 488 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les voix des rescapés et l'absence du « seul vrai témoin » »  : […] Similaires et différentes, les voix des rescapés font écho aux voix des disparus. Elles cherchent à traduire pour les vivants le langage des exterminés qu'ils ont laissés là-bas, celui des survivants qu'ils sont devenus, mais avec ce quelque chose de mort en eux qui parle. Pour tous, dans le ghetto ou le Lager , l'impératif de témoigner, d'une manière ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-de-la-shoah/#i_27754

Pour citer l’article

Lionel RICHARD, « KLEMPERER VICTOR - (1881-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/victor-klemperer/