VESOUL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Chef-lieu de la Haute-Saône, la ville de Vesoul (16 600 habitants en 2013) est installée à proximité d'un plateau calcaire boisé et karstifié, dominant au nord une dépression marneuse constituée de collines. Le rebord de ce dispositif de cuestas est accidenté de petites reculées qui échancrent le plateau, et de buttes témoins situées un peu en avant du front de côte. C'est précisément sur l'une de ces buttes témoins, la Motte, que s'est installé le peuplement primitif. Par la suite, la ville s'est développée en contrebas, vers le sud et l'est, au bord d'un petit cours d'eau, le Durgeon, qui se jette dans la Saône à une dizaine de kilomètres plus à l'ouest.

Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte : Bourgogne-Franche-Comté : carte administrative

Carte administrative de la région Bourgogne-Franche-Comté. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Si des traces d'habitat sont attestées dès le Néolithique, il faut attendre la fin du ixe siècle pour qu'un château soit construit sur le sommet de la Motte. Un bourg se développe à l'abri du château et devient peu à peu un important marché de produits agricoles et artisanaux. Au xiiie siècle, Vesoul apparaît comme un centre commercial et bancaire de renom, animé par la présence d'une communauté juive de changeurs, en lien avec d'autres places bancaires européennes.

Au xive siècle, Vesoul devient la capitale du baillage d'Amont, acquérant ainsi une fonction administrative qui devait se confirmer par la suite. Les xive et xve siècles sont marqués par de graves difficultés : la peste noire, les destructions perpétrées par les Grandes Compagnies, le siège de Charles le Téméraire, les attaques fomentées par Louis XI. Des reconstructions eurent lieu au xvie pendant la période espagnole, mais des troupes au service d'Henri IV détruisirent la ville et le château en 1595. Le début du xviie fut un moment de ferveur religieuse particulièrement intense et vit l'édification de quatre couvents importants.

Mais c'est surtout au xviiie, dans le contexte de la « paix française », que la ville allait de nouveau s'illustrer, par ses foires et ses marchés, par son enrichissement architectural et par l'installation d'un régiment de cavalerie. À la Révolution, Vesoul, déjà siège du baillage-présidial et d'une subdélégation de l'intendant de Franche-Comté, devient chef-lieu du département de la Haute-Saône.

Au xixe siècle, malgré l'arrivée du chemin de fer (ligne Paris-Bâle) et l'installation de quelques fabriques, Vesoul demeure surtout une ville de fonctionnaires, de militaires et de commerçants. Occupée en 1870, la ville le sera de nouveau dès juin 1940 et prendra une part active à la Résistance à partir de 1943.

Dans les années 1950, l'apparition de zones industrielles modifie le visage de l'agglomération. L'installation des usines Peugeot en 1955 est décisive ; aujourd'hui, le groupe P.S.A. occupe de vastes espaces au sud-ouest et à l'ouest de la ville et s'affiche comme le plus gros employeur du département, avec 3 800 salariés et un millier d'intérimaires. L'établissement joue principalement un rôle logistique au sein du groupe en fournissant des milliers de tonnes de pièces détachées à l'ensemble des sites en France, en Europe et dans le monde ; par ailleurs, il expédie, grâce à une organisation et une technologie sophistiquées, des « collections », c'est-à-dire des voitures complètes en pièces détachées, destinées à être assemblées dans des usines de montage à l'étranger. Cette activité a orienté une bonne partie de l'économie vésulienne qui, à travers une plate-forme intermodale route/fer, un I.U.T. spécialisé en productique-logistique-transport, et un début de mise à deux fois deux voies des routes nationales N 19 et N 57, semble jouir d'une importance logistique de tout premier ordre.

Le visage urbanistique de Vesoul a également beaucoup changé depuis quelques décennies ; des quartiers nouveaux d'immeubles et de lotissements ont été construits, en particulier en direction du nord-est (Grand Grésil, Grand-Montmarin, Rêpes), et le centre historique a fait l'objet de belles réhabilitations. L'aménagement d'un lac artificiel d'une centaine d'hectares (1978), destiné aux loisirs, a donné à la cité une fonction ludique et touristique qui lui faisait défaut.

Mais, au-delà de la commune de Vesoul, c'est toute une agglomération qu'il faut en fait considérer, depuis 1969, date de création du district de Vesoul, transformé ensuite en communauté de communes de l'agglomération de Vesoul puis, en 2012, en communauté d’agglomération de Vesoul (34 000 habitants).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Serge ORMAUX, « VESOUL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/vesoul/