VERTIGO, film de Alfred Hitchcock

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'engendrement de la figure

Comme tous les grands films de la maturité de Hitchcock, celui-ci doit sa réussite d'abord à une idée de scénario saisissante : le retour de la « morte » – de même que, dans La Mort aux trousses (North by Northwest, 1959), l'espion forgé de toutes pièces, dans Les Oiseaux (The Birds, 1963), l'improbable attaque des corneilles, dans Psychose (Psycho, 1960), la découverte que la mère n'existe pas. Tous ces films mènent le spectateur de surprise en surprise, ressort premier du cinéma de Hitchcock. Mais si ce dernier a pu se vanter par la suite d'avoir su « faire de la direction de spectateurs », c'est qu'il mobilise avant tout des moyens purement cinématographiques.

L'image du cinéaste est souvent associée à une atmosphère énigmatique ; pourtant il s'est toujours moins intéressé à l'énigme de ses scénarios (le « whodunit » : qui est le coupable ?) qu'à leur part de fondamental mystère. Dans La Mort aux trousses, l'explication finale (les microfilms cachés dans la statuette) est de peu d'intérêt, l'essentiel restant l'impossibilité où est le héros de prouver son identité – c'est-à-dire une aventure d'ordre ontologique. Plus manifestement encore, la fable des Oiseaux demeure définitivement opaque. Dans Sueurs froides, si toutes les questions reçoivent une réponse, on n'en reste pas moins sur une impression d'incertitude absolue : Scottie a-t-il aimé Madeleine ? a-t-il aimé Judy ? est-il responsable de leur mort ? Il n'est pas étonnant que ce soit à partir des films de cette époque que Hitchcock ait commencé à être perçu comme un métaphysicien, et ses films comme des œuvres largement symboliques, dont le scénario est relativement secondaire.

Longtemps diffusé de manière quasi clandestine entre sa sortie et sa restauration, dans les années 1990, Sueurs froides a été pour toute une génération un film mythique, dont plusieurs scènes ont fait l'objet d'un culte parmi les cinéphiles (la fausse noyade sous le pont du Golden Gate, le baiser devant le carrousel, l'apparition de Judy déguisée en Madeleine dans la lumière verdâtre de l'hôtel). Aussi bien, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, directeur d'études, École des hautes études en sciences sociales

Classification


Autres références

«  VERTIGO, Alfred Hitchcock  » est également traité dans :

VERTIGO (A. Hitchcock), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 206 mots

Avec Vertigo (Sueurs froides, 1958), Alfred Hitchcock pousse à son comble sa conception du suspense. La profondeur psychologique de l'intrigue, inspirée d'un roman de Boileau et Narcejac, le confirme définitivement comme un immense cinéaste à la fois populaire et expérimental. Le suspense n'a plus seulement po […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertigo-en-bref/#i_37116

HERRMANN BERNARD (1911-1975)

  • Écrit par 
  • Juliette GARRIGUES
  •  • 3 003 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une collaboration exemplaire »  : […] En 1955, Bernard Herrmann commence à travailler avec Alfred Hitchcock, pour The Trouble with Harry ( Mais qui a tué Harry ? ). C'est pour ce film que le compositeur esquisse son célèbre accord – une septième majeure/mineure –, que l'on peut désigner comme l'accord hitchcockien par excellence puisqu'il va apparaître dans presque tous les films de ce réalisateur. Dans Psycho ( Psychose , 1960), l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-herrmann/#i_37116

Pour citer l’article

Jacques AUMONT, « VERTIGO, film de Alfred Hitchcock », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertigo/