UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI (1931-2019)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Subversion et nostalgie

Regroupant des dessins érotiques réalisés entre 1968 et 1975, Totempole (1976) exprime l'inspiration obsédante d'une jouissance sexuelle fondée sur la transgression ; une veine qui se poursuit avec Schutzengel der Hölle (1986), traduit en français sous le titre SM en 2000, puis Erotoscope (2001). La mort n'est pas moins présente dans l’ensemble de ses dessins : danse macabre avec Rigor Mortis (1983) ou évocation biblique désespérée dans Slow Agony (1983). À distance du Nouveau Monde, Tomi Ungerer reprend peu à peu possession de sa mémoire alsacienne. Il illustre un recueil de chansons populaires allemandes, Das grosse Liederbuch (1975), diffusé à plus d'un million d'exemplaires. Au-delà de l’immense succès, ce livre montre un vibrant souci de rendre justice à sa culture rhénane ; il devient le militant d'une région à vocation européenne pour favoriser les échanges culturels franco-allemands. Différentes distinctions honorifiques allemandes, françaises ou suisses viennent saluer ces actions.

En 1981, une exposition organisée au musée des Arts décoratifs de Paris regroupe les différentes facettes de son œuvre. Avec des moyens différents, des créations pour enfants aux œuvres à l'érotisme exacerbé, il s'agit toujours d'exorciser l'angoisse inextinguible de l'enfant confronté à un univers monstrueux et fascinant, des images du retable d'Issenheim découvert dans son enfance à Colmar, ou des bombardements, dont l'horreur reste d'actualité.

Après deux décennies d’abandon, Tomi Ungerer s'adresse de nouveau aux enfants avec Flix (1997) et Trémolo (1998), des héros d’une généreuse innocence qui révolutionnent les mœurs. Le prix Hans-Christian-Andersen – la plus haute distinction du livre pour la jeunesse – lui est attribué pour l'ensemble de son œuvre en 1998. Viennent ensuite Otto (1999), Le Nuage bleu (2000), Amis-Amies (2007) et Zloty (2009), comme autant de fables à la portée humaniste. Ces ouvrages lui valent d'être nommé Ambassadeur pour l'enfance et l'éducation par le Conseil de l'Europe (2000). En 2002, De p [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI (1931-2019)  » est également traité dans :

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 7 689 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les mondes graphiques  »  : […] L'esthétique dominante du Père Castor a alors été contestée par l'arrivée des illustrateurs italiens et anglais de Delpire et de l'École des loisirs, et surtout par les albums de Tomi Ungerer, seul illustrateur français à avoir obtenu en 1998 le prix Hans Christian Andersen, sorte de prix Nobel de la littérature de jeunesse que le romancier René Guillot reçut lui aussi en 1964. Plus radicale, la […] Lire la suite

LES CAHIERS DESSINÉS (exposition)

  • Écrit par 
  • Nelly FEUERHAHN
  •  • 1 081 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Hors convention »  : […] Lorsque le dessin adopte le langage de la rupture, les artistes posent plus clairement le problème de l’altérité. Restés hors des codes de l’art traditionnel, ils ont souvent dessiné sur le tard. Ils furent parfois des initiés au spiritisme, comme Laure Pigeon ou Rafael Lonné. Nouveau venu dans cet espace, Marcel Bascoulard (1913-1978), un autodidacte clochard, souvent vêtu en femme, donne des œuv […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nelly FEUERHAHN, « UNGERER JEAN THOMAS dit TOMI - (1931-2019) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ungerer-jean-thomas-dit-tomi/