TZELTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Indiens Maya de la famille linguistique tzeltal (372 000 en 2005) vivent dans les hautes terres du centre de l'État du Chiapas au Mexique — jusqu'à la frontière du Guatemala — dans des communautés fortement individualisées. D'abord indifférents à la conquête espagnole, parce que très peu touchés, les Tzeltal organisèrent au xviiie siècle une résistance armée, marquée par de nombreux massacres d'Espagnols. Marchant vers San Cristóbal las Casas, résidence des notables, les Indiens, après de violents combats, furent contraints à la retraite. D'autres révoltes eurent lieu en 1869, 1911 et 1932.

Tandis que la ville est le centre politique, religieux et commercial qui s'anime les jours de marché, et où habitent surtout les métis, l'habitat des Tzeltal est dispersé. Les maisons carrées au toit de chaume ou de palme et aux murs en roseaux ou en brique crue n'ont qu'une seule grande pièce avec toujours un autel familial ; souvent un bain de vapeur, utilisé à des fins hygiéniques et thérapeutiques, est attenant à la maison. Essentiellement agriculteurs, les Tzeltal cultivent le maïs sur brûlis avec un bâton à fouir ; la charrue est utilisée seulement pour les terres à blé. Ils cultivent aussi le manioc, les patates douces, le tabac, les haricots et le piment. Après les semailles, d'importantes cérémonies religieuses ont lieu pour assurer la bonne germination des graines. Dans les régions côtières, on cultive le coton et la canne à sucre.

Les femmes tissent sur un métier horizontal traditionnel les vêtements de la famille : blouses brodées et jupes bleues pour elles-mêmes, pantalons courts et chemises blanches pour les hommes. Elles fabriquent aussi une céramique brune assez réputée, tandis que les hommes font des objets en vannerie.

Le système traditionnel de parenté est celui des anciens Maya : clans patrilinéaires divisés en patrilignages.

La société tzeltal interdit l'accumulation des richesses : le surplus doit être dépensé en banquets et amusements pour la communauté.

—  Marie-France FAUVET

Écrit par :

  • : maître de conférences, chargée des collections américaines du musée de l'Homme, Paris

Classification


Autres références

«  TZELTAL  » est également traité dans :

ANTHROPOLOGIE DE LA COMMUNICATION

  • Écrit par 
  • Julien BONHOMME
  •  • 4 199 mots

Dans le chapitre « L’indexicalité sociale du langage »  : […] L’anthropologie de la communication ne porte pas seulement sur les échanges verbaux en face à face, mais s’occupe de toute espèce de communication, quels que soient la nature des messages et les canaux qu’ils empruntent. Même le silence constitue une forme de communication, puisque le fait de s’abstenir de parler est une situation significative pour les participants. Keith Basso a par exemple étu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie-de-la-communication/#i_44331

Pour citer l’article

Marie-France FAUVET, « TZELTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tzeltal/