TSADDĪQ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tsaddīq (juste) est, à côté du talmid hakam (l'érudit) et du ḥassid (l'homme pieux), un des grands types idéaux de l'éthique juive. Alors que le talmid hakam représente la valeur menée à sa perfection, le tsaddīq et le ḥassid incarnent des valeurs éthiques liées au cœur et aux actions de l'homme. Tsaddīq est un terme juridique, désignant à l'origine l'homme qui a été traîné en justice et reconnu innocent même aux yeux de Dieu. Il est celui qui fait de son mieux pour accomplir toute la Torah dans la mesure où cela lui est possible, sans être doté d'aucune grâce spéciale. C'est l'idéal de tout juif normal. Chacun est appelé selon ses capacités à devenir tel, même s'il n'est pas question de réussite intégrale. Il y a là recherche d'un équilibre, d'un contrôle de soi, d'une certaine conduite harmonieuse. Pour la mystique juive, le tsaddīq d'en bas est la réplique du juste d'en haut. Il est l'être capable de mettre chaque chose à sa juste place dans le monde, ce qui, pris au sérieux, ne signifie rien de moins que de faire venir le Messie. Le monde messianique se définit précisément comme un monde où tout serait véritablement à sa place.

Le ḥassid représente par rapport au tsaddīq un type d'homme exceptionnel qui pousse les choses à l'extrême. Il ne se contente pas de la norme commune, mais va au-delà de ce qui est exigé par la lettre. Il est enthousiaste, radical et s'engage de toutes les fibres de son cœur. Cette note de radicalisme est toujours présente dans la ḥassidūt, ainsi qu'on peut le voir chez les piétistes rhénans du Moyen Âge. Au demeurant, on naît plutôt ḥassid qu'on ne le devient, cet état ayant affaire avec une certaine grâce.

Dans le mouvement hassidique qui se répandit en Podolie et en Volhynie au xviiie siècle, une curieuse métamorphose des termes se produisit. En effet, la société hassidique polonaise se caractérisait par l'organisation de groupements hassidiques autour d'une sorte de saint juif : le tsaddīq. Mais le tsaddīq, en ce sens hassidique, ne ressemble en rien au tsaddīq traditionnel : il est plutôt un s [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, directeur du département d'études hébraïques et juives de l'université de Strasbourg-II, professeur associé à l'Université libre de Bruxelles

Classification


Autres références

«  TSADDIQ  » est également traité dans :

BAAL SHEM TOV ISRAËL BEN ÉLIÉZER dit LE (1700 env.-1760)

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 931 mots

L'application hébraïque de Baal Shem Tov ( Ba‘al Šem Tov  : maître du Nom [divin] ou maître du Bon Nom [divin]  ; abrégé en Bešt ) désignait au xvii e siècle, chez les juifs d'Europe centrale un thaumaturge en état d'effectuer des guérisons par l'usage magique du Nom divin qu'il c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baal-shem-tov/#i_12106

BAAL SHEM TOV, FONDATEUR DU HASSIDISME

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 219 mots

Israël ben Éliézer, dit le Baal Shem Tov (maître du Nom divin), orphelin pauvre des Carpates, oppose la piété et la charité au judaïsme talmudique fondé sur l'étude. Une relation charismatique s'établit bientôt entre lui et son entourage, et son ascendant éclipse l'autorité du rabbin. Le ḥassid , ou dévot, se rapproche de Dieu par la ferveur des actes e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baal-shem-tov-fondateur-du-hassidisme/#i_12106

HASSIDISME MODERNE

  • Écrit par 
  • Jacques GUTHWIRTH
  •  • 899 mots

Né en Ukraine vers 1750, le hassidisme moderne a eu pour initiateur le légendaire Baal Shem Tov (1700-1760) ; il compte aujourd'hui encore plusieurs dizaines de milliers de fidèles, les ḥasidim , groupés en des communautés qui se réclament chacune de rebs , leurs chefs spirituels, et qui s'assemblent dans des maisons d'étude et de prière ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hassidisme-moderne/#i_12106

JUSTES PARMI LES NATIONS

  • Écrit par 
  • Philippe DENOIX
  •  • 1 179 mots

L'appellation de Juste parmi les Nations adoptée par l'État d'Israël, selon une loi de 1953, désigne les non-juifs qui ont pris des risques importants, mettant souvent leur vie en péril, pour secourir les juifs voués à l'assassinat massif par l'Allemagne national-socialiste. L'État hébreu a créé pour ces bienfaiteurs une distinction spéciale, accordée par une commission présidée par un juge de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/justes-parmi-les-nations/#i_12106

RABBI

  • Écrit par 
  • Gérard NAHON
  •  • 189 mots

Titre dérivé de l'hébreu rab (maître) et qui n'apparaît que dans les textes postbibliques. Signifiant littéralement « mon maître », il précède le nom d'une personne versée dans l'étude de la Loi. Le titre rabbi est fréquent dans le Nouveau Testament (Matthieu, xxiii , 7 et 8 ; xxvi , 25 et 49 ; Jean, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabbi/#i_12106

SHNEUR ZALMAN DE LADI (1745-1813)

  • Écrit par 
  • Michel GAREL
  •  • 470 mots

Fondateur du hassidisme rationnel appelé ḤaBaD (acrostiche des mots hokhmah , binah , da‘hat , c'est-à-dire sagesse, compréhension, connaissance), Shneur Zalman est né à Liozna, dans le gouvernement de Moghilev (Biélorussie). Après avoir reçu une formation de talmudiste et étudié les mathématiques, l'astronomie, la philosophie et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/shneur-zalman-de-ladi/#i_12106

Pour citer l’article

Roland GOETSCHEL, « TSADDĪQ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tsaddiq/