TRIPOLI, Libye

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tripoli (Tarablus al-Gharb, Tripoli d'Occident, également connue en Europe comme Tripoli de Barbarie) est la capitale, la plus grande ville ainsi que le principal port et centre économique de la Libye. Située au nord-ouest du pays, l'agglomération compte environ 1,8 million d'habitants en 2011.

Dès l'Antiquité, la ville, qui se nomme alors Oea, forme un établissement urbain important grâce à la qualité de son site portuaire et à sa position de relais entre l'Égypte et le Maghreb, d'une part, et le Sahara et la Méditerranée, d'autre part. Comptoir phénicien, puis carthaginois, romain et enfin byzantin, la ville est conquise en 643 par les Arabes. Elle est intégrée aux califats, depuis la dynastie Omeyyade (650-750) jusqu'aux Hafsides (1229-1574).

La ville est gouvernée essentiellement par les notables locaux, commerçants caravaniers et affréteurs. Elle est conquise en 1510 par les Espagnols puis, en 1530, par les chevaliers de Malte, avant d'être prise par les Ottomans en 1551.

La ville médiévale arabe, à partir de la cité antique construite autour de l'intersection d'un cardo (axe nord-sud) et d'un decumanus (axe est-ouest), développe un urbanisme marqué par l'importance du port, des espaces de commerce et des mosquées. Le commerce caravanier transsaharien participe au développement de la ville. Aux xviie et xviiie siècles, Tripoli devient une base importante de l'économie de course, une piraterie codifiée qui oppose les rives chrétienne et musulmane de la Méditerranée. La société urbaine qui se développe sous les Ottomans est marquée par une grande diversité : commerçants de différentes origines, chrétiens, renégats et convertis, juifs originaires de l'intérieur du Maghreb ou de la péninsule Ibérique. Il existe deux quartiers juifs et plusieurs quartiers mixtes, notamment dans le secteur du port.

De 1710 à 1835, la dynastie locale des Karamanli s'émancipe partiellement de l'administration ottomane, tout en restant vassale de l'Empire. Toutefois, à partir de 1835, face à la menace coloniale (l'Algérie est occupée par la France depuis 1830), les Ottomans décident de négocier avec les notables locaux le retour à une administration directe. Au cours de la seconde moitié du xixe siècle, dans le cadre des réformes ottomanes dites des Tanzimat, Tripoli est l'objet d'un important programme de modernisation administrative et urbaine.

La ville est prise en 1911 par les Italiens qui établiront une colonie sur tout le territoire libyen. Tripoli connaît alors un afflux de colons italiens et un important programme d'extension jusqu'à la chute du fascisme à la fin de la Seconde Guerre mondiale. À la suite de l'indépendance de la Libye en 1951, Tripoli devient la capitale du nouvel État.

Sous le régime du colonel Kadhafi (1969-2011), la ville connaît un programme d'urbanisme socialiste avec la construction de logements populaires et une croissance urbaine importante avec une forte immigration subsaharienne, égyptienne, tunisienne, balkanique et turque. Grâce à des revenus pétroliers en constante hausse, la ville bénéficie, à partir du milieu des années 1990, des apports de la Grande Rivière artificielle, une infrastructure d'adduction d'eau depuis les gisements fossiles sahariens. Le patrimoine antique, médiéval et ottoman de la ville, ainsi que les infrastructures de transport (port, aéroport) et l'urbanisme d'affaires et résidentiel sont également l'objet d'importants investissements de rénovation durant cette période.

Au cours de la guerre qui a conduit à la chute du régime du colonel Kadhafi en 2011, Tripoli subit d'importants bombardements de la part des forces de l'O.T.A.N. et connaît de longs et violents combats de rue, lesquels ont affecté le centre-ville et de nombreux édifices publics. La situation reste précaire, la population de la ville a fortement décru avec la fuite des immigrés et le départ des habitants vers leurs villages d'origine.

L'économie de la ville, dans le contexte d'un pays où la production et, dans une certaine mesure, la transformation d'hydrocarbures constituent un secteur hégémonique, est orientée vers les fonctions tertiaires d'une capitale : administration, santé, éducation, auxquelles se sont ajoutées, depuis les réformes de libéralisation, des fonctions bancaires et de d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en histoire, habilitée à diriger des recherches, chercheur D.F.G. au Zentrum Moderner Orient, Berlin

Classification

Autres références

«  TRIPOLI, Libye  » est également traité dans :

LIBYE

  • Écrit par 
  • Nora LAFI, 
  • Olivier PLIEZ, 
  • Pierre ROSSI
  •  • 11 701 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Trois régions organisées selon deux axes historiques »  : […] La division classique de la Libye en trois entités géographiques, la Tripolitaine, la Cyrénaïque et le Fezzan, doit autant aux effets de la distance, des nuances climatiques et de l'altitude qu'à leur histoire, surtout celle des échanges sahariens. Au fur et à mesure que l'on s'éloigne du littoral, le climat méditerranéen sec se dégrade vers l'aride, voire l'hyperaride dans l'intérieur. De ce fai […] Lire la suite

Les derniers événements

23 juin 2021 Libye. Appel au retrait des forces étrangères.

La conférence internationale sur la Libye, qui réunit à Berlin les représentants de seize pays des Nations unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine et de la Ligue arabe, appelle solennellement « toutes les forces étrangères et les mercenaires » à se retirer « sans délai » du pays. Les affrontements liés à la tentative du maréchal Khalifa Haftar de conquérir Tripoli ont cessé depuis octobre 2020. […] Lire la suite

23 octobre 2020 Libye. Accord de cessez-le-feu.

Les représentants du gouvernement d’accord national (GAN) du président Fayez al-Sarraj et de l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar concluent un accord de cessez-le-feu « complet et permanent » à Genève, sous l’égide de l’ONU. Les combats avaient effectivement cessé fin juin, avec l’échec de l’offensive de l’ALN contre Tripoli. […] Lire la suite

21 août 2020 Libye. Annonce d'une cessation des combats et d'élections.

Le président Fayez al-Sarraj annonce depuis Tripoli l’organisation d’élections générales en mars 2021 et la cessation des combats de façon à permettre de créer des zones démilitarisées autour des villes de Syrte et de Djoufra qui sont contrôlées par l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar. Dans un communiqué distinct, le président du Parlement siégeant à Benghazi, Aguila Salah Issa, allié du maréchal Haftar, annonce également des élections et un cessez-le-feu, et préconise l’installation d’un nouveau gouvernement à Syrte. […] Lire la suite

1er juillet 2020 France – Turquie. Retrait de l'opération Sea Guardian.

En juin, au large de la Libye, une frégate française placée sous le commandement de l’OTAN a été visée par les radars de tir d’un navire turc escortant un cargo soupçonné de transporter des armes vers Tripoli.  […] Lire la suite

3-5 juin 2020 Libye. Perte des dernières positions de l'ANL en Tripolitaine.

Le 3, les forces du gouvernement d’accord national (GAN) reprennent l’aéroport international de Tripoli qui était contrôlé par l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar. Le 4, le chef du GAN Fayez al-Sarraj se rend à Ankara où il rencontre le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui lui apporte son aide militaire depuis décembre 2019. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nora LAFI, « TRIPOLI, Libye », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tripoli-libye/