TRÉSOR PUBLIC

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si l'origine du Trésor public remonte à Philippe Auguste, ce n'est qu'au début du xixe siècle, avec les réformes introduites par le comte Mollien (notamment la création d'une caisse unique, la Caisse de service), que le Trésor apparaît sous les traits qu'il présente aujourd'hui. Aucune institution distincte de l'État, à aucun moment de son histoire, n'a été créée pour concrétiser l'existence du Trésor. Celle-ci est tout au plus illustrée par la présence au sein du ministère de l'Économie et des Finances d'une direction du Trésor. Pourtant, bien qu'il ne possède ni personnalité juridique ni autonomie financière, le Trésor peut être considéré comme la « personnalisation » monétaire et financière de la puissance publique : le Trésor est en effet l'État envisagé en tant que caissier et banquier. Pendant longtemps, le Trésor a principalement eu un rôle de caissier : sa tâche était d'assurer à tout moment l'équilibre entre les flux de recettes et les flux de dépenses de toute nature enregistrés par les comptables publics. Le Trésor devait veiller à ce que chaque soir son compte courant à la Banque de France, qui matérialise l'unicité de caisse, soit soldé ; c'est-à-dire que l'éventuel découvert de gestion constaté en fin de journée, après prise en compte des opérations courantes de trésorerie, puisse être immédiatement apuré par tirage sur les concours mis directement à sa disposition par la Banque centrale (essentiellement le plafond d'avances). Cet objectif n'a pu à maintes reprises, au moins jusqu'en 1958, être respecté. Son rôle de banquier, autrement dit d'emprunteur et de prêteur, s'est considérablement développé du début du xixe siècle, où sa tâche principale était la gestion quotidienne de la dette publique, au milieu du xxe siècle, et tout particulièrement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, avec le développement de l'interventionnisme économique de l'État. Sous la IVe République, pour faire face aux importants découverts auxquels conduisait la nécessité de prendre en charge le financement d'une part très élevée des investissements, le Trésor a cherché à recueillir le maximum de ressources. À cette fin, il avait mis en place tant par le biais d'incitations fiscales (bons du Trésor, emprunts à long terme) qu'au moyen de procédés réglementaires contraignants (planchers d'effets publics imposés aux banques, obligations de dépôt au Trésor ou de souscription à des bons spéciaux pour certains correspondants) une technique propre à lui assurer la disposition « automatique » d'une part très importante de l'épargne et des disponibilités monétaires existant dans l'économie. Grâce à ce mécanisme, appelé « circuit du Trésor », ce dernier était généralement à même de trouver les ressources dont il avait besoin, sans qu'il lui soit nécessaire de faire appel à des concours supplémentaires de l'institut d'émission. La « fermeture » du circuit, plus dépendante de la situation monétaire générale que du montant de « l'impasse », n'était pas pour autant nécessairement assurée : les crises de trésorerie de 1953 et 1957 l'ont clairement illustré. Avantageux pour le Trésor, ce système avait pour résultat de fausser profondément la concurrence dans la collecte de l'épargne et était accusé par certains d'être à l'origine des pressions inflationnistes constatées dans l'économie, dans la mesure où il permettait d'importants découverts budgétaires.

Aussi l'État s'est-il efforcé, après la restauration des finances publiques largement réalisée au début des années 1960, de modifier ce régime : les soucis d'orthodoxie financière vont se traduire à partir de 1963 par une transformation profonde du rôle exercé par le Trésor. Celle-ci est caractérisée à la fois par la « débudgétisation » de certaines charges auparavant financées dans le cadre de la loi de finances et par une « neutralisation » plus marquée des mécanismes de collecte des liquidités. La politique de débudgétisation, rendue nécessaire par la volonté d'assurer le retour progressif à un strict équilibre du budget sans accroissement notable de la pression fiscale, a eu pour résultat de reporter le financement de certaines dépenses soit sur quelques grands organismes « satellites » du Trésor, soit directement sur le marché financier. Ainsi la Caisse des dépôts s'est-elle vu confier, à compter de 1964, la charge, autrefois directement assurée par le budget, de la consolidation des prêts spéciaux à la construction et du financement du logement social. En ce qui concerne les entreprises publiques, bénéficiaires principales des prêts du Fonds de développement économique et social jusqu'en 1962 qui absorbaient plus de 70 p. 100 de la dotation budgétaire globale inscrite à ce compte spécial du Trésor, l'évolution depuis les années 1980 va vers une décroissance relative et assez rapide des prêts, celle-ci n'étant qu'en partie compensée par des dotations en capital inscrites dans les opérations à caractère définitif de la loi de finances : une part croissante du financement est obtenue par recours direct au marché financier. Cet appel au marché financier se retrouve dès 1969 à la fois pour le téléphone et les autoroutes : plutôt que de développer ses prêts pour accélérer l'équipement du pays dans ces deux domaines essentiels, le Trésor préfère laisser ce soin à des sociétés privées qui se procurent directement leurs ressources par la voie d'émissions obligataires.

Parallèlement à cette diminution de son rôle de prêteur, le Trésor a pu progressivement desserrer sa pression sur l'épargne et amorcer une harmonisation des conditions de concurrence avec les autres réseaux de collecte des liquidités : cette neutralisation est en effet indispensable pour que le relais de financement recherché puisse se réaliser sans heurts.

De nombreuses mesures ont été prises en ce sens. En ce qui concerne les emprunts d'État, si les émissions ne disparaissent pas, elles tendent à se faire plus rares et moins massives et surtout, le plus souvent, elles ne sont plus assorties d'avantages particuliers, fiscaux notamment. Les privilèges fiscaux des bons du Trésor sur formules tendent à disparaître de façon à en rapprocher les conditions des bons de caisse émis par les entreprises et les autres intermédiaires financiers. Quant aux bons en comptes courants, il faut noter que les « planchers » d'effets publics que les banques étaient tenues depuis 1949 de détenir sont en diminution accélérée au cours des années 1960 avant de disparaître complètement en 1967 ; parallèlement, leur mode d'émission ne se fait plus que par voie d'adjudications sur le marché monétaire, c'est-à-dire en respectant les conditions de concurrence (liberté de souscription, taux déterminé par la situation du marché). Quant aux bons spéciaux, sortes de planchers particuliers maintenus en 1967 pour la Caisse des dépôts et po [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  TRÉSOR PUBLIC  » est également traité dans :

CAISSE DES DÉPÔTS ET CONSIGNATIONS

  • Écrit par 
  • Marie-France BAUD-BABIC, 
  • Olivier MARTY
  •  • 1 096 mots

Dans le chapitre « Un investisseur de long terme procurant un appui aux politiques publiques »  : […] La fonction principale de la Caisse demeure la gestion de fonds privés requérant une protection particulière, par exemple les biens mis sous séquestre, les dépôts des notaires et de leurs clients ou des auxiliaires de justice ainsi que les fonds versés par certaines institutions publiques. C'est une activité « banque de dépôts ». L'activité « caisse centrale », elle, consiste à recueillir l'éparg […] Lire la suite

FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

  • Écrit par 
  • Dominique LACOUE-LABARTHE
  •  • 8 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La grande inflation »  : […] Une poussée d'inflation accompagne la guerre du Vietnam et conduit le Fed, en décembre 1965, à relever le taux d'escompte, signalant ainsi la fin de la politique monétaire accommodante en vigueur depuis l'accord de 1951. Se succèdent alors des alternances de restriction ou d'expansion monétaire ( stop and go policy ) plus ou moins intenses. Le niveau moyen de l'inflation augmente cependant de mani […] Lire la suite

FINANCES PUBLIQUES

  • Écrit par 
  • Élisabeth VESSILLIER
  •  • 762 mots

L'expression « finances publiques » désigne à la fois les fonds relevant des diverses activités publiques et la science qui s'y rapporte. Exprimée au xix e  siècle par le baron Louis, par Léon Say et par d'autres financiers, celle-ci manifestait par ses maximes le souci de l'État libéral de limiter au strict minimum les tâches de l'État — donc ses dépenses —, réservant la plus grande part des acti […] Lire la suite

INSPECTION GÉNÉRALE DES FINANCES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MAITROT
  •  • 847 mots

Issue de l'inspection générale du Trésor créée en 1801 et chargée de vérifier les caisses des payeurs et receveurs, l'inspection générale des Finances doit sa véritable origine à la Restauration qui lui donna, par un arrêté du 25 mars 1816, sa dénomination et sa physionomie actuelles. Initialement, ce corps de contrôle dépendant directement du ministre des Finances avait pour mission d'informer ce […] Lire la suite

LOUIS JOSEPH DOMINIQUE baron (1755-1837)

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 531 mots

Né à Toul, cadet d'une famille de robe (son père était avocat au Parlement de Metz), Louis a connu successivement trois carrières : aventurier ecclésiastique, fonctionnaire des Finances, homme politique. Une haute protection donne à cette triple carrière son unité, celle de Talleyrand, son cadet de trois ans, mais son patron dès 1785 (il le servira en qualité de diacre à la fête de la Fédération l […] Lire la suite

TRÉSORERIE, histoire

  • Écrit par 
  • François ECK
  •  • 937 mots

L'histoire de la trésorerie de l'État se confond avec celle des rapports du Trésor avec la Banque de France, ultime recours pour assurer la couverture des charges lorsque les concours apportés par l'emprunt auprès du public (bons sur formules, emprunts à moyen et à long terme), auprès des banques (bons en comptes courants) et auprès des correspondants se révèlent insuffisants. Le compte courant du […] Lire la suite

TRÉSORIERS PUBLICS

  • Écrit par 
  • François ECK
  •  • 606 mots

En France, les trésoriers ou comptables publics ont, sous l'autorité de la direction de la comptabilité du ministère de l'Économie et des Finances et dans le respect de la règle de séparation des ordonnateurs et des comptables, la charge de percevoir les recettes, de payer les dépenses et d'assurer les mouvements de fonds du Trésor. Ils ont des statuts et des compétences variés et sont répartis en […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-22 janvier 2021 États-Unis. Assaut du Capitole et investiture du président Joe Biden.

Le 22, il confirmera celle du secrétaire à la Défense Lloyd Austin, le 25 celle de la secrétaire au Trésor Janet Yellen et le 26 celle du secrétaire d’État Antony Blinken. Le 22, le président Biden annonce l’augmentation du montant des aides alimentaires, la prolongation du moratoire sur les expulsions locatives, la simplification de l’accès aux aides fédérales pour les petites entreprises, l’assouplissement des conditions d’octroi des allocations chômage et l’augmentation du salaire minimal fédéral. […] Lire la suite

2-29 septembre 2011 Grèce – Union européenne. Poursuite de la dégradation financière et résistances à l'application du plan d'aide à la Grèce

Le 16, le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner, invité à la réunion des ministres des Finances de la zone euro à Wrocław (Pologne), préconise une augmentation des fonds européens d'aide aux pays endettés, ainsi que l'adoption de mesures de relance de la croissance. Ses propositions sont rejetées. Le 20, l'agence de notation Standard & Poor's abaisse de A+ à A la note de la dette de l'Italie en raison de « l'affaiblissement [de ses] perspectives de croissance » et de « la fragilité de la coalition au pouvoir ». […] Lire la suite

9-24 février 2009 Sri Lanka. Ultimes assauts de la rébellion tamoule

Le 20, deux avions de la rébellion mènent un raid sur Colombo, larguant une bombe sur le bâtiment principal du Trésor public, faisant au moins trente-huit blessés. Les avions sont abattus par l'armée sri-lankaise. Le 24, après de violents affrontements, l'armée pénètre dans le dernier bastion des rebelles, à Puthukudiyiruppu. Les L.T.T.E appellent à une intervention de l'O. […] Lire la suite

4-24 février 2009 États-Unis. Plans d'aide à la relance économique

Le 10, le secrétaire au Trésor Timothy Geithner présente le plan de stabilisation financière qui modifie et complète le plan Paulson de 700 milliards de dollars mis en place en octobre 2008 par l'administration Bush. Il prévoit de « relancer le crédit », de « renforcer les banques » et d'aider les propriétaires et les P.M.E. en difficulté. Le 17, le président Obama promulgue le plan de relance économique d'un montant de 787 milliards de dollars adopté le 13 par le Congrès après un compromis entre les deux Chambres. […] Lire la suite

3-28 novembre 2008 Crise économique mondiale. Plans de relance

Le 12, le secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, qui avait soutenu en septembre la création d'un fonds public d'apurement des créances bancaires douteuses d'un montant de 700 milliards de dollars, décide de consacrer cette somme à l'acquisition par l'État d'une partie du capital des banques en difficulté, de façon à garantir leur capacité de prêt. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François ECK, « TRÉSOR PUBLIC », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/tresor-public/