NIPPO-AMÉRICAIN TRAITÉ DE SÉCURITÉ (1951)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Signé le même jour que le traité de paix (8 sept. 1951), entré en vigueur l'année suivante, le traité de sécurité nippo-américain apparaît comme une légalisation des nouveaux rapports qui se sont institués au lendemain de la Seconde Guerre mondiale entre le Japon et les États-Unis.

Par la Constitution de 1946 (art. 9), le Japon avait renoncé à entretenir un potentiel de guerre. Aussi le traité exprime-t-il le désir que les États-Unis maintiennent des forces militaires au Japon, jusqu'à ce que soient constituées les « forces d'autodéfense ».

Il accorde, sans restriction aucune, aux États-Unis le droit de faire stationner des troupes et d'établir des bases militaires. En outre, le Japon ne peut concéder de facilités militaires à un pays tiers sans que les États-Unis aient été consultés au préalable. En contrepartie, les États-Unis s'engagent à défendre le Japon et à le faire bénéficier du parapluie atomique américain. L'île d'Okinawa est laissée en dehors de l'aire d'application du traité et reste sans occupation américaine (elle a été rendue au Japon en mai 1972).

Bien qu'il ait été combattu par la gauche et ait donné lieu à de violentes manifestations (1960, 1968), le traité a été reconduit. Deux nouvelles dispositions ont été introduites en 1960 : le Japon s'engage à accélérer son effort de réarmement, dans les limites fixées par la Constitution ; les États-Unis devront consulter le gouvernement japonais au cas où ils voudraient engager des opérations militaires extérieures à portée du territoire nippon.

Manifestation anti-américaine

Manifestation anti-américaine

photographie

À Tokyo, en 1960, manifestation contre le traité de sécurité nippo-américain et le maintien des bases américaines au Japon. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Ce traité fait partie d'une série de pactes de sécurité que les États-Unis ont signés au début des années 1950 avec leurs alliés du Pacifique (Australie, Nouvelle-Zélande, Philippines), en vue de dresser un barrage contre une éventuelle extension du bloc communiste en Asie.

Le début des années 1990 a accentué une évolution qui tend à réinterpréter ou à remettre en cause les fondements de la défense japonaise tels que les définit la Constitution de 1946 : disparition de l'U.R.S.S. (qui laisse cependant en suspens la question des Kouriles) ; désir des États-Unis de voir le Japon assumer sur la scène diplomatique ses responsabilités de grande puissance ; adoption par la Diète d'une loi qui autorise l'envoi de militaires à l'étranger dans le cadre des opérations de maintien de la paix des Nations unies (15 juin 1992).

—  Yugi SATO

Écrit par :

Classification


Autres références

«  NIPPO-AMÉRICAIN TRAITÉ DE SÉCURITÉ (1951)  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 075 mots
  •  • 47 médias

Dans le chapitre « La fièvre sociale des années 1960 »  : […] L'opposition au gouvernement Kishi et au retour en arrière dénoncé par certains se cristallise violemment autour de la dénonciation du traité de sécurité nippo-américain que Kishi souhaite pouvoir renégocier dans un sens plus favorable au Japon. Une coalition hostile à la renégociation et à la prolongation du traité, regroupant le P […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_42616

RYŪKYŪ

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 625 mots
  •  • 1 média

L'archipel des Ryūkyū comprend une soixantaine d'îles qui s'égrènent sur 1 100 kilomètres entre l'île de Kyūshū et Taïwan ; ces îles couvrent au total 3 317 kilomètres carrés. Elles se répartissent en trois groupes : au nord, les îles Amami, qui couvrent 1 221 kilomètres carrés ; au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ryukyu/#i_42616

YOSHIDA SHIGERU (1878-1967)

  • Écrit par 
  • Yugi SATO
  •  • 355 mots

Issu de l'aristocratie, Yoshida Shigeru fait d'abord carrière dans la diplomatie. Pendant toute la période d'avant-guerre et jusqu'à la capitulation du Japon en 1945, il reste à l'écart des clans qui dirigent le pays et adopte une position personnelle réservée, sinon hostile, aux militaires. Après la défaite, il prend la direction du Parti libéral […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yoshida-shigeru/#i_42616

Pour citer l’article

Yugi SATO, « NIPPO-AMÉRICAIN TRAITÉ DE SÉCURITÉ (1951) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/traite-de-securite-nippo-americain/