RYŪKYŪ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'archipel des Ryūkyū comprend une soixantaine d'îles qui s'égrènent sur 1 100 kilomètres entre l'île de Kyūshū et Taïwan ; ces îles couvrent au total 3 317 kilomètres carrés. Elles se répartissent en trois groupes : au nord, les îles Amami, qui couvrent 1 221 kilomètres carrés ; au centre, Okinawa, groupe d'îles principal, est la plus peuplée avec près de 1 362 000 habitants en 2005 ; au sud, les îles Sakishima. On notera que les îles situées entre Okinawa et Kyūshū ne font pas administrativement partie des Ryūkyū mais dépendent de la préfecture de Kagoshima. Généralement, les îles les plus petites sont coralliennes sur leur façade pacifique, tandis que les plus grandes sont essentiellement montagneuses, avec de nombreux reliefs volcaniques. Il y règne un climat subtropical très humide, caractérisé par la fréquence de violents typhons. L'agriculture, qui est pratiquée sur seulement 20 p. 100 du territoire, est la ressource essentielle de l'archipel : le riz et la patate douce sont les cultures alimentaires de base, tandis que le sucre de canne et l'ananas sont des produits d'exportation. L'industrie y est peu développée.

Japon : carte administrative

Japon : carte administrative

Carte

Carte administrative du Japon. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La population actuelle des Ryūkyū résulte d'un double mouvement migratoire, en provenance du Japon et de l'Asie du Sud-Est, mais les techniques de base mises en œuvre dans la vie économique et culturelle sont d'origine chinoise. Les populations se sont groupées le plus souvent suivant leur ascendance commune, en privilégiant les relations de consanguinité. La religion dans ses formes traditionnelles est étroitement liée à la parenté, accordant une place primordiale au culte des ancêtres et pratiquant des rituels funéraires fort élaborés ; ces derniers traits de culture attestent également l'influence chinoise.

Dans des temps anciens, Ryūkyū était un royaume indépendant, mais l'archipel fut envahi par des populations chinoises dès le ~ viie siècle. La domination chinoise s'y exerce pleinement à la fin du xiiie siècle et les îles de Ryūkyū paient tribut à cet empire durant les siècles suivants. Le Japon envahit également ces îles au début du xviie si [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification


Autres références

«  RYUKYU  » est également traité dans :

JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU, 
  • Vadime ELISSEEFF, 
  • Valérie NIQUET, 
  • Céline PAJON
  •  • 41 060 mots
  •  • 48 médias

Dans le chapitre « Le miracle économique »  : […] Le taux de croissance, remarquable, de 11 p. 100 par an en moyenne que le Japon connaît dans les années 1960 et au début des années 1970 permet de doubler le revenu moyen de la population en moins de dix ans. Le Japon est désormais considéré comme un « miracle économique », conjuguant haute productivité et taux d'épargne élevé. La croissance est soutenue par les directives du M.I.T.I., qui orient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/japon-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_46412

MERS MARGINALES

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 3 628 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le Pacifique occidental »  : […] Le Pacifique occidental présente des exemples de mers marginales dans toutes les situations géodynamiques possibles . Deux grandes catégories de mers marginales s'y rencontrent, les unes au-delà et au-dessus des plans de subduction, comme la mer du Japon, les autres en deçà et au-dessous des plans de subduction, comme la mer de Chine méridionale . Les mers marginales […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mers-marginales/#i_46412

PACIFIQUE OCÉAN

  • Écrit par 
  • Jean FRANCHETEAU
  •  • 14 710 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La frontière ouest de la plaque Philippines »  : […] Rappelons que la limite nord de la plaque Philippines est définie par le fossé de Sagami entre la limite des fosses des Bonin et du Japon et le mont Fuji. Une virgation brutale de la frontière autour de la péninsule d'Izu et le long du fossé de Suruga constitue la pointe nord de la plaque Philippines. Le fossé de Suruga se prolonge vers le sud-ouest par le fossé de Nankai qui représente la trace […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ocean-pacifique/#i_46412

SATSUMA

  • Écrit par 
  • Paul AKAMATSU
  •  • 643 mots

Nom d'un fief qui, sous les Tokugawa, comprenait au Japon les anciennes provinces impériales de Satsuma, d'Ōsumi et la partie sud-ouest de celle de Hyūga, c'est-à-dire l'actuel département de Kagoshima et une partie de celui de Miyazaki. Les daimyō titulaires de Satsuma étaient les Shimazu, qui avaient pour ancêtres des shugo du même nom placés par le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/satsuma/#i_46412

SUBDUCTION

  • Écrit par 
  • Jean AUBOUIN
  •  • 6 283 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Autres fosses associées à la subduction »  : […] Les fossés qui naissent au-dessus des plans de subduction, en arrière des arcs insulaires, représentent le premier stade de la naissance des mers marginales. Un cas spectaculaire est celui du fossé d'Okinawa, en arrière de l'arc des Ryūkyū , avec sa forme en graben limité par des blocs basculés : l'expansion n'y est qu'à ses débuts et ne semble avoir engendré une croûte océa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/subduction/#i_46412

TAÏWAN [T'AI-WAN] (FORMOSE)

  • Écrit par 
  • Philippe CHEVALÉRIAS, 
  • Évelyne COHEN, 
  • Jean DELVERT, 
  • François GODEMENT, 
  • Frank MUYARD, 
  • Angel PINO, 
  • Pierre SIGWALT, 
  • Charles TESSON
  • , Universalis
  •  • 19 329 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Menaces ultérieures et modernisation »  : […] Taïwan attira très vite les convoitises des Occidentaux ; dès la première guerre de l'opium, les troupes anglaises avaient attaqué l'île. Après la seconde guerre de l'opium, les Occidentaux imposèrent en 1860 l'« ouverture » des ports de Tamsui (Danshui), Keelung (Jilong), Anping et Takao (Gaoxiong). La « politique de la canonnière », par laquelle les Occidentaux cherchaient à rendre docile la Ch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/taiwan-t-ai-wan/#i_46412

Pour citer l’article

Pierre TROLLIET, « RYŪKYŪ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ryukyu/