Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

RYŪKYŪ

Japon : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Japon : carte administrative

L'archipel des Ryūkyū comprend une soixantaine d'îles qui s'égrènent sur 1 100 kilomètres entre l'île de Kyūshū et Taïwan ; ces îles couvrent au total 3 317 kilomètres carrés. Elles se répartissent en trois groupes : au nord, les îles Amami, qui couvrent 1 221 kilomètres carrés ; au centre, Okinawa, groupe d'îles principal, est la plus peuplée avec près de 1 362 000 habitants en 2005 ; au sud, les îles Sakishima. On notera que les îles situées entre Okinawa et Kyūshū ne font pas administrativement partie des Ryūkyū mais dépendent de la préfecture de Kagoshima. Généralement, les îles les plus petites sont coralliennes sur leur façade pacifique, tandis que les plus grandes sont essentiellement montagneuses, avec de nombreux reliefs volcaniques. Il y règne un climat subtropical très humide, caractérisé par la fréquence de violents typhons. L'agriculture, qui est pratiquée sur seulement 20 p. 100 du territoire, est la ressource essentielle de l'archipel : le riz et la patate douce sont les cultures alimentaires de base, tandis que le sucre de canne et l'ananas sont des produits d'exportation. L'industrie y est peu développée.

La population actuelle des Ryūkyū résulte d'un double mouvement migratoire, en provenance du Japon et de l'Asie du Sud-Est, mais les techniques de base mises en œuvre dans la vie économique et culturelle sont d'origine chinoise. Les populations se sont groupées le plus souvent suivant leur ascendance commune, en privilégiant les relations de consanguinité. La religion dans ses formes traditionnelles est étroitement liée à la parenté, accordant une place primordiale au culte des ancêtres et pratiquant des rituels funéraires fort élaborés ; ces derniers traits de culture attestent également l'influence chinoise.

Dans des temps anciens, Ryūkyū était un royaume indépendant, mais l'archipel fut envahi par des populations chinoises dès le ~ viie siècle. La domination chinoise s'y exerce pleinement à la fin du xiiie siècle et les îles de Ryūkyū paient tribut à cet empire durant les siècles suivants. Le Japon envahit également ces îles au début du xviie siècle, leur fait aussi payer tribut et, faisant du roi de Ryūkyū un seigneur féodal, confirme sa domination en 1872. Lors de l'abolition de la féodalité, en 1879, les Ryūkyū deviennent une préfecture du Japon, celle d'Okinawa. À l'issue de la Seconde Guerre mondiale et suivant l'article 3 du traité de paix nippo-américain signé le 28 avril 1952, elles passent sous la tutelle des États-Unis qui installent à Okinawa, où est située la capitale Naha (312 400 hab. en 2005), une puissante base militaire. En 1953, le groupe des îles Amami (Amami-shotō) est restitué au Japon.

Les autres îles ont d'abord été sous administration américaine directe, puis en 1966 se sont vu octroyer une certaine autonomie ; en 1968, les groupes d'îles Daitō-shotō, Kazan-rettō (Volcano), Ogasawa-raguntō (Bonin), ainsi que les îles Minami-tori (Marcus), Okino-tori (Parece Vela) et Rosario, sont rendus au Japon. En juin 1971, les États-Unis renoncent à exercer leurs droits et à maintenir leurs intérêts dans les Ryūkyū (accord mis en application en 1972). Le traité de coopération et de sécurité nippo-américain de 1971 avait préparé le retour d'Okinawa au Japon ; la mesure devient effective en mai 1972, date depuis laquelle Okinawa est à nouveau la quarante-septième préfecture (ken) du pays. Okinawa est le centre culturel et universitaire du Ryūkyū.

— Pierre TROLLIET

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, Institut national des langues et civilisations orientales

Classification

Pour citer cet article

Pierre TROLLIET. RYŪKYŪ [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Article mis en ligne le et modifié le 14/03/2009

Média

Japon : carte administrative - crédits : Encyclopædia Universalis France

Japon : carte administrative

Autres références

  • JAPON (Le territoire et les hommes) - Histoire

    • Écrit par , , , et
    • 44 405 mots
    • 52 médias
    ...Tōkyō dès la fin de l'année. Les Américains reprirent les Philippines, occupèrent Iwo Jima (févr. 1945) et débarquèrent le 1er avril 1945 à Okinawa ( Ryūkyū). Tōjō avait abandonné le pouvoir depuis huit mois ; ses successeurs étaient impuissants à relever la situation. Lorsque le Japon perdit Okinawa...
  • MERS MARGINALES

    • Écrit par
    • 3 630 mots
    • 6 médias
    ...subductions de même sens, comme la mer des Philippines, comprise entre la subduction de l'ensemble Mariannes-Yap-Palau, à l'est, et celle de l'ensemble Ryūkyū-Philippines, à l'ouest, toutes subductions plongeant vers le continent asiatique ; de telles mers sont à la fois en voie d'expansion et en voie...
  • PACIFIQUE OCÉAN

    • Écrit par
    • 14 740 mots
    • 6 médias
    Vers le sud-ouest, l'interaction de la ride asismique de Palau- Kyūshū marque le passage du fossé de Nankai à la fosse des Ryūkyū au sud-est de l'île de Kyūshū. La fosse des Ryūkyū, que les Japonais ont parfois appelée la fosse de Nansei-Shoto, s'allonge sur 1 200 kilomètres jusqu'à l'île de Taiwan....
  • SATSUMA

    • Écrit par
    • 644 mots

    Nom d'un fief qui, sous les Tokugawa, comprenait au Japon les anciennes provinces impériales de Satsuma, d'Ōsumi et la partie sud-ouest de celle de Hyūga, c'est-à-dire l'actuel département de Kagoshima et une partie de celui de Miyazaki. Les daimyō titulaires de Satsuma...