TOTÒ ANTONIO DE CURTIS dit (1898-1967)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Totò, acteur comique dont la personnalité d'exception joue encore un rôle de premier plan dans l'identité italienne, est à peu près ignoré hors de son pays. Il est pourtant, sans avoir jamais réalisé aucun film, un des grands créateurs de l'histoire du cinéma. Il y a apporté la tradition du théâtre de rue napolitain et de la commedia dell'arte. Par sa vitalité, son appétit universel, il renverse les obstacles, démasque les puissants, fait virevolter sa tête, s'envole, pond des œufs, sort ses yeux de leurs orbites, fait douter de son existence et en doute lui-même : ce frère de Till l'espiègle nous apprend que le cinéma, technique « moderne », peut être le véhicule de pulsions et de jubilations aux origines très profondes. Antérieures à l'Italie, au théâtre, à Plaute et à Térence, elles prennent leur source dans l'art du chaman, dans le rire du magicien, dans l'ironie du féticheur.

Né en 1898 dans un quartier pauvre de Naples, « de père inconnu », il n'est reconnu par le marquis de Curtis qu'en 1922, et devient Antonio Griffo Focas Flavio Angelo Ducas Comneno Porfirogenito Gagliardi de Curtis de Byzance, altesse impériale et passe sa vie à faire rire, mais ne tolère pas qu'on plaisante sur sa noblesse. Prime ici l'angoisse secrète de ne pas être respecté, du souci de la dignité, partagé par la plupart des grands comiques de l'écran et par les clowns. Ce souci est le filtre de ses obsessions : le sexe, la transgression, la faim, la misère. Et le rire.

Dès l'enfance, il transforme son visage et son corps en objets de toutes les déformations, pliures, spasmes et contorsions, pourvu que le théâtre et les spectateurs y trouvent leur compte. Sa carrière sur scène commence dans les années 1920 et se partage entre l'avanspettacolo dans les salles de cinéma (attractions se déroulant avant le film) ; les varietá et la rivista au théâtre. Ces genres mêlent sketches, attractions, intermèdes où les éléments érotiques et comiques créent une grande complicité avec un public populaire qui apost [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TOTÒ ANTONIO DE CURTIS dit (1898-1967)  » est également traité dans :

COMÉDIE ITALIENNE, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI, 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 3 510 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Origines et composantes »  : […] L'expression même de « comédie italienne » prête à confusion. On a dit d'abord et on dit encore « comédie à l'italienne ». Or, dans la péninsule, l'expression all'italiana est familière, voire péjorative. C'est une allusion à la routine, aux compromis, au laisser-aller qui caractérisent les Italiens, selon les étrangers et souvent selon les Italiens eu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-italienne-cinema/#i_82205

MONICELLI MARIO (1915-2010)

  • Écrit par 
  • René MARX
  •  • 952 mots

Né en 1915 à Viareggio, Mario Monicelli a connu l'une des plus longues carrières de l'histoire du cinéma : scénariste de cent six films, réalisateur de soixante-huit films en soixante et onze ans, il aura gagné une immense réputation internationale. Monicelli est le metteur en scène d'un comique étroitement lié à la réalité, à la faim, à « ce qui va mal ». Dévastateur, triomphant, teinté d'amertu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mario-monicelli/#i_82205

Pour citer l’article

René MARX, « TOTÒ ANTONIO DE CURTIS dit (1898-1967) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/toto/