WILSON THOMAS WOODROW (1856-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Thomas Woodrow Wilson

Thomas Woodrow Wilson
Crédits : Hulton Getty

photographie

Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919

Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie

Traité de Versailles, 1919

Traité de Versailles, 1919
Crédits : Hulton Getty

photographie

Société des Nations

Société des Nations
Crédits : The Image Bank

vidéo

Tous les médias


Après des études à Princeton et à l'université de Virginie, Thomas Wilson devient avocat. Mais ce métier ne lui convient pas. Il reprend ses études et enseigne l'histoire à Bryn Mawr (Pennsylvanie), puis la science politique à Princeton à partir de 1890. Professeur de talent, conférencier fort apprécié, Wilson est porté en 1902 à la présidence de l'université de Princeton.

Sa réputation ne tarde pas à attirer l'attention des hommes politiques qui le persuadent, en 1910, de se présenter aux élections pour le poste de gouverneur de l'État du New Jersey. Il est élu et procède à des réformes libérales qui lui confèrent une audience nationale. Le Parti démocrate le désigne, en 1912, comme candidat à la présidence ; son succès, Wilson le doit, cette fois-ci, à la division de ses adversaires. Son slogan, la Nouvelle Liberté, lui rallie une partie des progressistes, soucieux de réformer les structures économiques et d'en revenir à des pratiques politiques plus saines. Président des États-Unis, Wilson agit avec prudence. Il fait passer une loi antitrust (1914), cautionne la réforme du système bancaire fédéral, abaisse les droits de douane. En 1916, il obtient du Congrès le vote d'une loi qui interdit le travail des enfants, d'un système de retraite pour les employés fédéraux et de la journée de huit heures pour les ouvriers au service du gouvernement fédéral.

Thomas Woodrow Wilson

Thomas Woodrow Wilson

photographie

Thomas Woodrow Wilson, vingt-huitième président des États-Unis. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Dès le début de sa présidence, Wilson a dû faire face à des problèmes de politique extérieure. C'est d'abord l'affaire du Mexique, où il tente d'imposer une démocratie à l'américaine ; c'est ensuite les Antilles, où il fait intervenir les marines à plusieurs reprises ; c'est enfin l'Europe, où, malgré sa volonté de préserver la neutralité de son pays, il est entraîné à intervenir dans le conflit en avril 1917. Tout en fournissant aux Alliés l'aide matérielle, militaire et morale qu'ils réclament, Wilson s'efforce de s'emparer de la direction politique de la coalition. Son programme, en quatorze points, définit les termes d'une nouvelle diplomatie. Il l'impose, en partie seulement, au cours de la conférence de la paix en 1919 et obtient la création d'une Société des Nations qui doit assurer la paix dans le monde. Désavoué par le Congrès et par la majorité du peuple américain, le président Wilson, pourtant réélu en 1916, quitte la Maison-Blanche en 1921 sans avoir pu faire voter le traité de paix et le pacte de la S.D.N., auxquels il a consacré l'essentiel de ses forces.

Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919

Ferdinand Foch à la conférence de la paix, 1919

photographie

Le maréchal de France Ferdinand Foch (1851-1929) fait partie de la délégation française à la conférence de la paix en 1919. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Traité de Versailles, 1919

Traité de Versailles, 1919

photographie

Le Français Georges Clemenceau (1841-1929) entre le Britannique Lloyd George (1863 -1945), à gauche, et l'Américain Wilson (1856-1924), à droite se rendant à la conférence de la paix, à Versailles, en juin 1919. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Société des Nations

Société des Nations

vidéo

Le traité qui conclut la Première Guerre mondiale est signé à Versailles, le 28 juin 1919, dans la galerie des Glaces. Préparé par la conférence de la Paix, qui réunit Clemenceau, Lloyd George, Orlando et Wilson, le traité de Versailles est précédé du pacte constitutif de la Société... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

Woodrow Wilson et la colombe de la paix

Woodrow Wilson et la colombe de la paix

photographie

Le président des États-Unis Woodrow Wilson offre à la colombe de la paix, en guise de rameau d'olivier, la toute nouvelle Société des Nations: «N'est-ce pas un peu gros?» Caricature publiée le 25 mars 1919 dans le magasine anglais «Punch». 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

—  André KASPI

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'Amérique du Nord à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  WILSON THOMAS WOODROW (1856-1924)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 175 mots
  •  • 55 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale »  : […] Sans doute, la déclaration de guerre des États-Unis à l'Allemagne, le 4 avril 1917, peut être considérée comme l'aboutissement de la politique interventionniste esquissée depuis T. Roosevelt. En fait, l'opinion américaine tenait profondément à sa neutralité et considérait qu'elle n'avait aucun intérêt direct dans le conflit en cours. La communauté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-le-territoire-et-les-hommes-histoire/#i_14323

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE)

  • Écrit par 
  • Marc FERRO
  •  • 12 422 mots
  •  • 49 médias

Dans le chapitre « L'arme américaine »  : […] Les militaires allemands avaient cru qu'ils impressionneraient les Américains en coulant leurs navires se rendant en Angleterre ; en réalité, ils lésaient trop gravement les intérêts du business américain pour que celui-ci ne réagît pas. Wilson lui-même, qui avait longtemps souhaité jouer les conciliateurs et imposer ses conceptions d'une paix du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guerre-mondiale-premiere/#i_14323

INTERNATIONALES ORGANISATIONS

  • Écrit par 
  • Patrick RAMBAUD
  •  • 11 230 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « De la Société des Nations à l'Organisation des Nations unies »  : […] La création de la Société des Nations (dont le pacte est annexé aux traités de paix de 1919) répond à une initiative du président des États-Unis Thomas W.  Wilson qui, dans son message du 8 janvier 1918 sur la paix future, avait préconisé la création d'« une société générale des nations ayant pour objet de fournir des garanties réciproques d'indé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisations-internationales/#i_14323

MINORITÉS DROIT DES

  • Écrit par 
  • Yves PLASSERAUD
  •  • 11 209 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La Première Guerre mondiale et ses suites »  : […] C'est avec la Première Guerre mondiale que la conception moderne des minorités et de leur protection prend naissance, sous l'effet de deux facteurs principaux. Le premier est lié au fait que, si la plupart des peuples européens avaient connu une « renaissance nationale » au cours du xix e  siècle, rares étaient ceux qui avaient obtenu depuis lors l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-des-minorites/#i_14323

PROPAGANDE

  • Écrit par 
  • Xavier LANDRIN
  •  • 7 628 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « L'institution politique des « relations publiques » »  : […] Il serait faux de croire que le rôle de conseiller en relations publiques est sans rapport avec l'activité politique et qu'il se limite à une psychanalyse vulgarisée au service de corporations en détresse. Son émergence coïncide en effet avec des transformations politiques majeures liées à la consolidation d'une définition orientée de la démocrati […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/propagande/#i_14323

QUATORZE POINTS

  • Écrit par 
  • André KASPI
  •  • 180 mots
  •  • 1 média

Contenus dans le message que le président Wilson a prononcé devant le Congrès, le 8 janvier 1918, les Quatorze Points définissent les buts de guerre des États-Unis : disparition de la diplomatie secrète ; liberté des mers ; suppression des barrières économiques ; réduction des armements ; règlement juste des questions coloniales ; évacuation des te […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/quatorze-points/#i_14323

Pour citer l’article

André KASPI, « WILSON THOMAS WOODROW - (1856-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-woodrow-wilson/