COLE THOMAS (1801-1848)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lever de soleil en montagne, T. Cole

Lever de soleil en montagne, T. Cole
Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

photographie

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole
Crédits : The New York Historical Society/ Getty Images

photographie


Peintre américain né le 1er février 1801 à Bolton-le-Moors (Lancashire), mort le 11 février 1848 à Catskill (New York), Thomas Cole est le principal représentant du romantisme américain et le fondateur de l'école de l'Hudson (Hudson River School), groupe de paysagistes du milieu du xixe siècle.

D'origine anglaise, la famille de Cole émigre à Philadelphie avant de s'installer à Steubenville (Ohio). Cole apprend d'abord la peinture auprès d'un portraitiste ambulant nommé Stein, puis suit des cours pendant deux ans à l'Académie des beaux-arts de Pennsylvanie. En 1825, des paysages de Cole exposés dans une vitrine new-yorkaise attirent l'attention du colonel John Trumbull et du peintre Asher B. Durand. Ils achètent ses œuvres et lui trouvent des clients, lançant ainsi sa carrière.

En 1826, Cole s'installe dans le village de Catskill (New York), sur la rive occidentale de l'Hudson. Il parcourt la région du Nord-Est, le plus souvent à pied, et fait des études de paysage au crayon. C'est à partir de ces dessins qu'il compose les peintures dans son atelier au cours de l'hiver. L'un de ses paysages les plus impressionnants, The Oxbow (ou View from Mount Holyoke, Northampton, Massachusetts, after a Thunderstorm, 1836), est inspiré d'une étude exécutée dans le Massachusetts. Les scènes de la vallée de l'Hudson, qu'il fixe avec dévotion, renvoient à la solitude et au mystère des forêts d'Amérique du Nord. Cole peint des paysages réels, saisis sur le vif dans les moindres détails, mais il peut également composer des vues imaginaires grandioses, avec des contrastes dramatiques de lumière et de clair-obscur. Quand la figure humaine apparaît dans son œuvre, elle est toujours subordonnée à la majesté du paysage environnant.

Lever de soleil en montagne, T. Cole

Lever de soleil en montagne, T. Cole

Photographie

Lever de soleil en montagne, huile sur panneau de l'Américain Thomas Cole (1801-1848). Collection privée. 

Crédits : Christie's Images, Bridgeman Images

Afficher

Cole voyage en Europe pendant les années 1829-1832 et 1841-1842, notamment en Italie. Il vit à Florence avec le sculpteur américain Horatio Greenough. De retour aux États-Unis, Cole peint cinq grands tableaux pour un cycle intitulé Le Cours de l'Empire (1836). Ces peintures al [...]

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole

Le Cours de l’Empire. Désolation, T. Cole

Photographie

La découverte et la célébration de l'espace américain sont indissociables d'une méditation sur l'histoire qui oppose une Europe crépusculaire à un pays dont le destin est encore à venir. Thomas Cole, Le Cours de l'Empire. Désolation, 1836. Huile sur toile. The New York Historical... 

Crédits : The New York Historical Society/ Getty Images

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Classification


Autres références

«  COLE THOMAS (1801-1848)  » est également traité dans :

CHURCH FREDERIC EDWIN (1826-1900)

  • Écrit par 
  • Pierre GEORGEL
  •  • 353 mots
  •  • 4 médias

Peintre américain dont l'œuvre constitue l'expression la plus originale et la plus complète du romantisme dans la peinture américaine. Church a le paysage pour domaine . Élève de Thomas Cole entre 1844 et 1846, il commence par recueillir les formules ambiguës de son maître et sa vision d'un immense paysage dramatisé. Mais, tandis que chez la plupart des peintres de l'école de l'Hudson l'exemple d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-edwin-church/#i_15635

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques

  • Écrit par 
  • François BRUNET, 
  • Éric de CHASSEY, 
  • Erik VERHAGEN
  • , Universalis
  •  • 13 475 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Le paysage, nouvelle expression de l'identité »  : […] Si, dès le début du xix e  siècle, des peintres intellectuels aux penchants académiques comme Copley, John Trumbull, Washington Allston, John Vanderlyn ou Samuel Morse ont cherché dans la peinture d'histoire une échappatoire aux servitudes du portrait, ce « grand genre », comme on l'appela aux États-Unis, n'exista vraiment qu'à Londres avec Wes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/#i_15635

NATURE WRITING, littérature

  • Écrit par 
  • Yves-Charles GRANDJEAT
  •  • 3 697 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un mythe de l’origine »  : […] Si les écrivains de la nature sont particulièrement visibles et notables aux États-Unis, c’est que leur travail s’inscrit dans une riche tradition et dans la perspective longue des aléas d’une pensée de la nature sauvage ( wilderness ), dont l’historien Roderick F. Nash a montré, dans son excellente synthèse Wilderness […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-writing-litterature/#i_15635

Pour citer l’article

« COLE THOMAS - (1801-1848) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-cole/