BAYES THOMAS (1702-1761)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mathématicien britannique, pionnier de la statistique. Né en 1702 à Londres, Thomas Bayes est le fils d'un des six premiers pasteurs non conformistes à être ordonnés après le refus en 1664 d'une partie de l'Église anglicane d'adhérer à l'Act of Uniformity. Après avoir reçu une solide éducation privée, il est ordonné et devient l'assistant de son père à Holborn (Londres). À la fin des années 1720, il est nommé pasteur de la chapelle presbytérienne de Tunbridge Wells, dans le Kent, à une cinquantaine de kilomètres de Londres. Il s'intéresse à la science du hasard et tente, selon ses propres termes, de trouver une méthode par laquelle on pourrait juger de la probabilité qu'un événement survienne sous l'hypothèse que nous ne connaissons rien à son sujet sinon qu'il est survenu un certain nombre de fois dans les mêmes circonstances et qu'il n'est pas survenu un autre certain nombre de fois. Bayes devient membre de la Royal Society en 1742 bien qu'il n'ait publié aucun travail mathématique. Il quitte ses fonctions religieuses en 1752 et meurt le 17 avril 1761 à Tunbridge Wells.

Après sa mort, un de ses amis envoie à la Royal Society de Londres l'article titré « Essay towards solving a problem in the doctrine of chances ». Ce travail fondateur de la science statistique est publié en 1764. Acceptées en 1781 par Pierre de Laplace (1749-1827), mises en doute par George Boole (1815-1864), les statistiques bayésiennes seront longtemps sujet à controverses. On connaît aussi de Bayes un article sur les fluxions, une publication posthume sur les séries asymptotiques et une défense de la logique fondamentale des méthodes mathématiques face aux attaques du philosophe George Berkeley (1685-1753).

—  Bernard PIRE

Écrit par :

  • : directeur de recherche au CNRS, centre de physique théorique de l'École polytechnique, Palaiseau

Classification


Autres références

«  BAYES THOMAS (1702-1761)  » est également traité dans :

RAISONNEMENT CHEZ L'ADULTE, psychologie

  • Écrit par 
  • Jean-François BONNEFON
  •  • 1 160 mots

Dans le chapitre « Les théories unificatrices du raisonnement »  : […] L'une des premières théories unificatrices du raisonnement chez l'adulte, la théorie des modèles mentaux de Phil Johnson-Laird, a connu son principal essor entre 1980 et 2000. Son postulat initial était que les raisonneurs construisent mentalement une représentation de toutes les possibilités dans lesquelles les informations dont ils disposent sont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/raisonnement-chez-l-adulte-psychologie/#i_16728

STATISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MORLAT
  •  • 14 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Historique »  : […] On attribue souvent la création du terme « statistique » à un professeur de Göttingen, G. Achenwall, qui aurait en 1746 créé le mot Statistik , dérivé de la notion Staatskunde . En fait, l'activité correspondante de recueil de données permettant de connaître la situation des États remonte à une fort lointaine antiquité. On cite, d'une part, l'emper […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/statistique/#i_16728

Pour citer l’article

Bernard PIRE, « BAYES THOMAS - (1702-1761) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/thomas-bayes/