THÉRAPEUTIQUEPhysiothérapie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La physiothérapie consiste à traiter certaines maladies par des moyens physiques qui sont : des courants électriques (électrothérapie), des ultrasons (ultrasonothérapie), des rayonnements électromagnétiques (actinothérapie). Remarquons que les traitements par les rayons X et par les radiations des corps radioactifs appartiennent bien à la physiothérapie, mais ils font l'objet d'autres articles.

Électrothérapie

Courants émis sous voltage constant

Les générateurs usuels sont des redresseurs à lampes, alimentés par le courant alternatif du secteur. Le potentiel de sortie peut atteindre 80 volts. L'intensité, réglée par un dispositif très progressif, est de l'ordre de 2 ou 3 milliampères. L'admission du courant à travers le corps humain se fait à l'aide d'électrodes sèches (électrolyse) ou humides (galvanisation, ionophorèse) constituées par une plaque de métal recouverte d'un tissu spongieux imprégné d'une solution saline.

Électrolyse

L'électrolyse a pour but la destruction électrolytique des tumeurs cutanées. L'électrode active, sèche, est une aiguille métallique reliée au pôle négatif du générateur et plantée dans la tumeur. L'autre pôle du générateur est relié à une électrode humide (électrode indifférente) placée en un endroit quelconque de la peau. Au niveau de l'électrode active, les ions sodium contenus dans les tissus sont entraînés par le courant électrique, s'accumulent autour de l'aiguille, se combinent à l'oxhydrile OH et infiltrent la tumeur de soude caustique. Sur certaines tumeurs vasculaires bénignes (angiome stellaire, par ex.), un courant de 2 mA décolore définitivement le réseau vasculaire en une à deux minutes sans presque aucune douleur.

Galvanisation

La galvanisation s'effectue à l'aide d'électrodes humides placées soit de part et d'autre du segment à traiter (« galvanisation transversale »), soit en des points distaux (« galvanisation longitudinale »). Les ions tissulaires et les ions chlore et sodium de la solution de NaCl imbibant les électrodes transportent le courant en progressant à travers tissus, peau et électrodes humides. Il ne se produit pas d'accumulation ionique. À ce phénomène de migration des ions à travers les cellules et les milieux de l'organisme s'ajoute un autre phénomène : la cataphorèse, transport massif de molécules. C'est ainsi que l'eau et certaines particules colloïdales peuvent être entraînées par le courant électrique (dans le sens de celui-ci en ce qui concerne l'eau). Les réactions biologiques sont une sensation de picotement sous les électrodes, une analgésie par inhibition nerveuse au voisinage de l'électrode positive, une augmentation du métabolisme, une rubéfaction transitoire de la peau par vaso-dilatation, avec diminution de la résistance ohmique de la peau (A. Strohl). Les indications thérapeutiques découlent de ces propriétés : nous mentionnerons les œdèmes post-traumatiques et les œdèmes de stase.

Diélectrolyse

La diélectrolyse a pour synonymes : ionophorèse, ionisation, électrolyse médicamenteuse. Le fait que des ions médicamenteux peuvent pénétrer dans l'organisme sous l'action d'un courant électrique a été démontré par la célèbre « expérience des lapins » de Leduc, faite à l'aide d'ions toxiques. L'application thérapeutique procède de la façon suivante : une électrode humide, dite active, est imbibée d'une solution médicamenteuse (1 à 10 g/l) dont les ions actifs (cation ou anion suivant la polarité de cette électrode), entraînés par le courant électrique, quittent l'électrode et pénètrent dans l'organisme. L'augmentation du métabolisme cellulaire dans les régions traversées par le courant y favorisera l'action pharmacodynamique du médicament. À titre d'exemple, nous indiquerons qu'au pôle positif peuvent être employées les solutions des médicaments suivants : chlorure de calcium (action calmante du calcium sur les névrites), salicylate de lithine (action de la lithine sur certains rhumatismes), nitrate d'aconitine (action de l'aconitine sur la névralgie faciale), sulfate de cuivre (action antimycosique du cuivre), alphachymotrypsine (entorses). Au pôle négatif, solutions d'iodure de potassium (action vaso-dilatatrice et résolutive de l'iode sur les cicatrices, sur l'hémiplégie), de salicylate de soude (rhumatismes, goutte), de thiomucase (œdèmes traumatiques).

Courants émis sous voltage variable

Au courant faradique, émis par une bobine à « tremble [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur honoraire de radiologie, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification

Autres références

«  THÉRAPEUTIQUE  » est également traité dans :

THÉRAPEUTIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • Bernard GLORION
  •  • 2 280 mots

Prenant le relais des universités médiévales, le xixe siècle a établi les principes de base de l'activité médicale en développant une méthodologie cohérente dans l'analyse des situations pathologiques : c'est la méthode anatomo-clinique, qui est toujours en vigueur. Dans ce contexte, l'acte médical ne peut être exercé sans une longue préparation, à la […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Thermalisme

  • Écrit par 
  • François BESANÇON
  •  • 3 379 mots
  •  • 1 média

Le nombre des cures thermales dans le monde dépasse 10 millions par an. En France, plus de 500 000 cures thermales sont prescrites chaque année, la majorité d'entre elles avec l'appui de la Sécurité sociale. Cette thérapeutique est donc un fait massif, du point de vue sanitaire, économique et social.Pour fixer les idées par un exemple, suivons en France un asthmatique insuffisamment amélioré par u […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Radiothérapie

  • Écrit par 
  • François ESCHWEGE, 
  • Maurice TUBIANA
  •  • 3 182 mots
  •  • 1 média

La radiothérapie des tumeurs malignes est née, à la fin du xixe siècle et au début de ce siècle, de deux découvertes différentes. D'une part, Becquerel observa accidentellement l'action biologique des radiations γ du radium, en constatant l'apparition d'un érythème en regard d'un tube de radium qu'il avait porté sur lui. D'autre part, les possibilités […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Réanimation

  • Écrit par 
  • Maurice GOULON, 
  • François NOUAILHAT
  •  • 3 607 mots

La réanimation est une discipline médicale qui a pour but de traiter comme de prévenir les désordres mettant la vie en danger ; son individualisation récente est le fruit des progrès réalisés en physiopathologie, en biologie, en technologie médicale, en pharmacologie, et surtout de leur application concertée au traitement, grâce à des soins dits intens […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Thérapies substitutives et régénératives

  • Écrit par 
  • Didier HOUSSIN
  •  • 4 332 mots

La substitution d'éléments du corps humain en vue de traiter des maladies trouve sa justification, au tout début du xixe siècle avec François-Xavier Bichat, dans la mise en évidence que certains organes ou tissus sont précisément le support corporel de ces maladies. Le concept de greffe thérapeutique naîtra de l'idée que les éléments vitaux ne peuvent […] Lire la suite

THÉRAPEUTIQUE - Chimiothérapie

  • Écrit par 
  • Michel PRIVAT DE GARILHE
  •  • 4 938 mots

La chimiothérapie est la science qui se propose d'appliquer, à des fins thérapeutiques, des « principes actifs » naturels ou synthétiques de structure parfaitement connue. Par extension et du fait qu'elle évolue de plus en plus vers une science exacte, la chimiothérapie se propose de dépasser le stade empirique et de mieux connaître le mécanisme d'action des principes actifs ou des […] Lire la suite

ACNÉ

  • Écrit par 
  • Corinne TUTIN
  •  • 3 296 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Traitements locaux des formes légères d’acné »  : […] Dans les formes très légères ou légères d’acné, le traitement est d’abord local sous forme de gel, crème ou lotion. Il repose sur l’usage de peroxyde de benzoyle (un agent oxydant antibactérien, également kératinolytique et antiséborrhéique) ainsi que sur les rétinoïdes topiques (dérivés du rétinol ayant une action en profondeur dans la peau). Ces deux familles de molécules réduisent l'hyperkérat […] Lire la suite

ACUPUNCTURE

  • Écrit par 
  • François BOUREAU
  •  • 2 986 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Électro-acupuncture »  : […] La majorité des travaux ont porté sur l'électro-acupuncture. Les avantages sont une plus grande facilité d'utilisation pour de longues périodes, un meilleur contrôle du niveau plus ou moins élevé de la stimulation électrique. Celle-ci est délivrée au travers des aiguilles d'acupuncture implantées au niveau des points chinois. L'idée n'est pas récente puisque en Europe, dès 1825, Sarlandière préc […] Lire la suite

ACUPUNCTURE AURICULAIRE ou AURICULOTHÉRAPIE

  • Écrit par 
  • Michel MARIGNAN
  •  • 995 mots

L' acupuncture auriculaire, ou auriculothérapie, est une méthode thérapeutique du domaine des réflexothérapies pour laquelle le pavillon de l'oreille est utilisé à des fins thérapeutiques mais aussi diagnostiques. Technique médicale en première apparence semblable à l'acupuncture chinoise – on a similairement recours à la piqûre de points à l'aide d'aiguilles stériles –, elle en diffère fortement […] Lire la suite

ADDICTION

  • Écrit par 
  • Bernard Pierre ROQUES, 
  • Eduardo VERA OCAMPO
  •  • 7 783 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La logique thérapeutique »  : […] Cette distinction entre dépendance et addiction, dans leur intrication, a toute son importance dans le traitement psychothérapique des personnes addictes. Car si la dépendance peut être « guérie », au sens médical du terme, par une cure de désintoxication, ou « substituée » par un autre produit sans les propriétés iatrogènes de la drogue, le traitement psychothérapeutique de l'addiction exige du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Henri DESGREZ, « THÉRAPEUTIQUE - Physiothérapie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/therapeutique-physiotherapie/