THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard DebreuFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Axiomatisation et interprétation économique

Debreu reçoit le prix nobel d'économie en 1983 pour l'ensemble de ses contributions à la théorie de l'équilibre général et notamment pour cet ouvrage dont le caractère novateur réside dans sa présentation entièrement axiomatisée de la théorie. Fidèle à une conception des mathématiques héritée de l'école mathématique dite de Bourbaki, Debreu considère que l'axiomatisation d'une théorie engendre une dichotomie stricte entre sa structure mathématique – sorte de squelette dépouillé de tout contenu intuitif – et ses interprétations. Dans l'ouvrage, cette séparation se traduit formellement par l'usage de caractères en italiques pour distinguer le « langage de la théorie » de ses interprétations économiques ; elle permet alors de modifier les interprétations des concepts et théorèmes sans altérer la structure mathématique de la théorie.

Les diverses interprétations que revêt le concept de marchandise dans l'ouvrage constituent une bonne illustration de cette dichotomie. Si les marchandises sont caractérisées par la date où elles sont disponibles, deux biens identiques produits à des moments différents sont considérés comme distincts ; des prix différents leur sont attribués. Les choix des individus peuvent alors s'interpréter comme des choix intertemporels : à l'instant initial de la prise de décision, les offres et demandes individuelles concernent les biens présents mais aussi futurs, c'est-à-dire disponibles à des dates ultérieures. L'interprétation du concept de marchandise peut être élargie de manière à introduire dans la théorie une certaine forme d'incertitude. Ainsi, Debreu s'intéresse, à la fin de l'ouvrage, à des marchandises dites conditionnelles, c'est-à-dire dépendantes de la réalisation « d'événements aléatoires ». Ces biens – par exemple, « un parapluie s'il pleut demain » et « un parapluie s'il ne pleut pas demain » – se voient attribuer des prix différents. Précisément parce que les interprétations économiques sont indépendantes de la structure mathématique du [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard Debreu  » est également traité dans :

DEBREU GÉRARD (1921-2004)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 836 mots

Disparu le 31 décembre 2004, Gérard Debreu fut le premier économiste français à recevoir le prix Nobel, en 1983, pour ses travaux sur la théorie de l'équilibre général, cinq ans avant celui qui fut son maître dans la discipline, Maurice Allais. Issu d'une famille d'industriels fabriquant de la dentelle, il est né le 4 juillet 1921 à Calais, où il commence ses études secondaires. Il les termine aux […] Lire la suite

VALEUR, économie

  • Écrit par 
  • Nathalie BERTA
  •  • 1 271 mots

Dans le chapitre « De la théorie de la valeur à celle des prix »  : […] Le problème du fondement et de la mesure de la valeur est aujourd'hui sorti des théories économiques. L'analyse de la valeur d'un bien se réduit à celle de sa forme phénoménale, c'est-à-dire de son prix effectif observable dans l'échange. L'économiste cherche alors plus particulièrement à établir les lois de variations des prix, prix censés résulter de la confrontation des offres et des demandes […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Nathalie BERTA, « THÉORIE DE LA VALEUR, Gérard Debreu - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-de-la-valeur/