DOBZHANSKY THÉODOSIUS (1900-1975)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Généticien et évolutionniste américano-russe dont l'œuvre a eu une grande influence sur l'interprétation scientifique et les recherches concernant la théorie évolutionniste.

Né à Nemirov (Ukraine) en 1900, fils d'un professeur de mathématiques, Théodosius Grigorievitch Dobzhansky a suivi les cours de l'université de Kiev de 1917 à 1921. Il y enseigna ensuite, puis vint à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg). En 1927, Dobzhansky entra à la Columbia University de New York pour y travailler chez T. H. Morgan. Il l'accompagna au Californian Institute of Technology de Pasadena. Sollicité pour devenir professeur, Dobzhansky décida de rester aux États-Unis, prenant la nationalité américaine en 1937. Il retourna à Columbia en qualité de professeur de zoologie en 1940 et y resta jusqu'en 1962, puis entra au Rockefeller Institute. Il prit sa retraite à Davis (Californie).

De 1920 à 1925, des mathématiciens et des biologistes ont jeté les bases d'une théorie conciliant évolution darwinienne et génétique mendélienne. Dobzhansky s'intéressa, dès l'origine, à ce projet. Son livre Genetics and the Origin of Species (1937) fut la première synthèse sur ce sujet et institua la génétique évolutionniste en discipline autonome.

Jusqu'en 1930, le consensus était que la sélection naturelle garantissait le meilleur des mondes possibles, et que les changements n'étaient que rares et lents, imperceptibles à l'aune de la vie humaine et en accord avec la stabilité des espèces au cours de l'histoire. La plus importante contribution de Dobzhansky fut de modifier ce point de vue.

En observant des populations sauvages de Drosophila pseudoobscura, la mouche du vinaigre, il mit en évidence que, chez des populations locales de cet insecte, la fréquence de certains gènes variait de façon saisonnière : par exemple chez 40 p. 100 des individus au printemps mais chez 60 p. 100 à la fin de l'été. Rapportées à la durée de vie moyenne d'une génération chez ces insectes – un mois –, de telles variations étaient rapides. Elles impliquaient par ailleurs de grandes différences en matière de performance génésique. L'expérimentation devait montrer que des hybrides entre les deux groupes possédaient une durée de vie et une fertilité meilleures que celles des types purs. Il apparut ainsi que la vigueur des hybrides assurait la conservation des deux sortes de gènes caractérisant les populations pures.

Dobzhansky remarqua que l'apparition d'une modification génique était rare et avait peu de chances d'être transmise par les deux parents simultanément. Donc, au début, les seuls gènes « d'avenir », capables de se répandre largement dans la population, étaient ceux qui étaient « féconds » (good mixers), c'est-à-dire capables de créer de meilleurs génotypes en s'implantant dans le système génétique basal de la population.

Un système génétique de ce type peut changer rapidement en réponse à la sélection naturelle, lorsque les conditions environnementales sont modifiées. Parmi les myriades de génotypes apparus à chaque génération, il y en aurait donc qui supporteraient, en s'adaptant, le changement environnemental, et ceux-là laisseraient de nombreux descendants, de telle sorte que leurs gènes seraient plus répandus à la génération suivante.

Par contraste, selon l'ancienne conception de l'uniformité de la population, dans laquelle les variants n'apparaissent qu'exceptionnellement, il aurait fallu beaucoup plus de temps pour que les rares variants adaptés aux conditions nouvelles puissent prospérer et devenir très répandus. Ainsi, les populations locales de l'espèce en cause risqueraient de s'appauvrir numériquement et seraient menacées, par conséquent, d'extinction.

Un autre apport important de Dobzhansky concerne la spéciation : c'est le processus par lequel une espèce ne présente pas de variations adaptatives au cours du temps, mais est scindée en deux ou plusieurs groupes indépendants. Étendant ses recherches à la génétique humaine et à la paléontologie, Dobzhansky a publié un ouvrage relatif à l'histoire évolutive du genre humain qui s'intitule Mankind Evolving (1962 ; L'Homme en évolution, 1969). Finalement, son intérêt pour les tendances évolutives de l'homme dans les âges à venir et son penchant philosophique l'ont amené à réfléchir sur la nature humaine, la vie et la mort comme en attestent, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  DOBZHANSKY THÉODOSIUS (1900-1975)  » est également traité dans :

CULTURE - Nature et culture

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 7 881 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La leçon de l'anthropologie sociale et de la bio-anthropologie »  : […] La séparation entre l'étude de la nature et l'étude de la culture et, plus précisément, l'abandon du recours à des explications biologiques des variations culturelles semblent s'être produits vers la fin du xix e  siècle et au début du xx e , comme une conséquence de la prise en considération de la théorie darwinienne de l'évolution. Cette dernière, intégrant l'homme au monde animal, le décrivait […] Lire la suite

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 101 mots
  •  • 10 médias

La théorie de l'évolution, née au xviii e  siècle mais remodelée par Charles Darwin en 1859, est admise depuis la fin du xix e  siècle par l'immense majorité des scientifiques. Elle peut se résumer à l'idée que les espèces vivantes se modifient au cours du temps, au point de se transformer en des espèces différentes, d'où le terme « transformisme » par lequel on la désigne également. On distingue […] Lire la suite

Pour citer l’article

« DOBZHANSKY THÉODOSIUS - (1900-1975) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/theodosius-dobzhansky/