MILLS BROTHERS THE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Quartette vocal américain, The Mills Brothers est l'un des ensembles les plus exceptionnels et influents de l'histoire du jazz et de la musique populaire.

Les frères Mills, John Charles (1910-1935), Herbert (1912-1989), Harry (1913-1982) et Donald (1915-1999), débutent leur carrière en formant un barbershop quartet – quartette masculin chantant en harmonie étroite –, chose on ne peut plus naturelle puisque leur père, John H. Mills (1882-1967), possède un salon de coiffure pour hommes (barbershop). Ils se font d'abord connaître du public dans des programmes de variété diffusés sur les ondes de la station de radio WLW de Cincinnati (Ohio). Vers 1930, The Mills Brothers s'installent à New York, où ils deviennent les premiers chanteurs afro-américains à animer une émission de radio nationale. Présentés comme « quatre garçons et une guitare » – il sont accompagnés par la seule guitare de John –, ils parviennent, dans la plus pure tradition des barbershop quartets, à imiter si parfaitement les instruments qu'ils passent pour un orchestre de jazz au complet, en particulier sur des chansons comme Tiger Rag, St. Louis Blues ou Bugle Call Rag. Chacun des quatre frères se spécialise dans l'imitation d'un instrument, reproduisant ainsi les sonorités de deux trompettes, d'un trombone et d'un tuba. The Mills Brothers rencontrent également un grand succès avec leurs enregistrements et leurs concerts live, et apparaissent dans plusieurs films, parmi lesquels The Big Broadcast de Frank Tuttle (1932) et Broadway Gondolier de Lloyd Bacon (1935).

La mort soudaine de John C. Mills, en 1935, porte un coup sévère à cette fratrie très unie et menace de provoquer la dissolution du quartette. Leur père reprend heureusement le rôle de son fils disparu et The Mills Brothers continuent leur carrière sans rien perdre de leur popularité (malgré la nécessité de faire appel à un guitariste extérieur). Poursuivant principalement leur carrière dans la veine du jazz hot, ils mettent un fort accent sur le scat et les imitations instrumentales, et enregistrent avec des musiciens aussi renommés que Louis Armstrong, Don Redman, Duke Ellington, Ella Fitzgerald, Benny Carter et The Boswell Sisters. The Mills Brothers connaissent leur plus grand succès en 1943, avec l'album Paper Doll, qui se vend à plus de six millions d'exemplaires et dont les partitions sont également très demandées. Au milieu des années 1940, le quartette abandonne les imitations instrumentales pour s'orienter vers un style plus conventionnel, où le chant est soutenu par une section rythmique ou par un orchestre. Parmi les derniers succès des Mills Brothers, citons You Always Hurt the One You Love (1944), Glow Worm (1952) et Opus One (1952).

John H. Mills se retire du quartette en 1956, laissant ses fils poursuivre leur carrière sous la forme d'un trio, qui enregistre et se produit régulièrement jusque dans les années 1970. Le trio est dissous après la mort de Harry, le 28 juin 1982, mais Donald Mills interprétera, durant les dernières années de sa vie, les plus grands succès des Mills Brothers avec son propre fils, John H. Mills II. Le style du quartette deviendra emblématique de toute une époque, et nombre de ses morceaux seront par la suite utilisés dans les bandes originales de nombreux films ; on citera Raging Bull de Martin Scorsese (1980), Pearl Harbor de Michael Bay (2001), Being Julia de István Szabó (Adorable Julia, 2004) ou la série télévisée The War (2007).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Pour citer l’article

« MILLS BROTHERS THE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/the-mills-brothers/