THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présenté à Berlin au début de 2013, The Grandmaster a marqué le retour très attendu de Wong Kar-wai qui, après son 2046 à la fois magistral et déconcertant (2004), n’avait pas retrouvé le succès public. Son court-métrage La Main (2005), intégré à l’inégal Eros comprenant également des parties signées par Michelangelo Antonioni et Steven Soderbergh, était resté malheureusement méconnu. Quant à My Blueberry Nights (2007), son film tourné aux États-Unis avec un casting anglo-saxon, il avait été tenu pour un échec alors même qu’il retrouvait sur un mode mineur les grands thèmes du réalisateur. Wong Kar-wai n’avait plus signé ensuite que de brefs courts-métrages dans des films collectifs, avant de s’engager dans l’aventure de The Grandmaster.

The Grandmaster, de Wong Kar-wai

The Grandmaster, de Wong Kar-wai

Photographie

Avec The Grandmaster, Wong Kar-wai propose une réflexion sur l'histoire de la Chine. L'affrontement du héros (Tony Leung Chiu-Wai, au premier plan sur la photo) avec divers adversaires scande cette traversée de la mémoire. 

Crédits : 2013 Wild Bunch Distribution

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages






Écrit par :

  • : enseignant en cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle et à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GRAS, « THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-grandmaster/