THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Présenté à Berlin au début de 2013, The Grandmaster a marqué le retour très attendu de Wong Kar-wai qui, après son 2046 à la fois magistral et déconcertant (2004), n’avait pas retrouvé le succès public. Son court-métrage La Main (2005), intégré à l’inégal Eros comprenant également des parties signées par Michelangelo Antonioni et Steven Soderbergh, était resté malheureusement méconnu. Quant à My Blueberry Nights (2007), son film tourné aux États-Unis avec un casting anglo-saxon, il avait été tenu pour un échec alors même qu’il retrouvait sur un mode mineur les grands thèmes du réalisateur. Wong Kar-wai n’avait plus signé ensuite que de brefs courts-métrages dans des films collectifs, avant de s’engager dans l’aventure de The Grandmaster.

The Grandmaster, de Wong Kar-wai

The Grandmaster, de Wong Kar-wai

Photographie

Avec The Grandmaster, Wong Kar-wai propose une réflexion sur l'histoire de la Chine. L'affrontement du héros (Tony Leung Chiu Wai, au premier plan sur la photo) avec divers adversaires scande cette traversée de la mémoire. 

Crédits : 2013 Wild Bunch Distribution

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : enseignant en cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle et à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre GRAS, « THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-grandmaster/