MBEKI THABO MVUYELWA (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deuxième président de la République sud-africaine postapartheid (de 1999 à 2008), Thabo Mbeki est né le 18 juin 1942 à Idutywa, au Transkei (dans la province actuelle du Cap-Est), au sein de l'ethnie xhosa. Il est le fils de Govan Mbeki, un des leaders de l'African National Congress (ANC) et ancien prisonnier politique de Robben Island (1963-1987) avec Nelson Mandela.

Influencé par son père et par le contexte politique dans lequel il vit, Mbeki fait très tôt ses premiers pas dans la lutte antiapartheid. Lycéen à Lovedale (Cap-Est), il participe à diverses grèves estudiantines contre la loi de 1954 qui imposait aux Noirs une éducation ségréguée. Dès 1956, il adhère à la Ligue des jeunes de l'ANC. Pour ses premières actions contre le régime d'apartheid, il est renvoyé de son établissement scolaire. En 1961, il fonde l'Association des étudiants africains, une organisation d'étudiants pro-ANC, qui est interdite en 1962. Durant ces deux années, il agit en tant que secrétaire de l'organisation et mobilise les étudiants dans les établissements scolaires contre le système d'apartheid.

Ses capacités d'organisateur politique lui valent d'être reconnu par ses pairs (Walter Sisulu, Nelson Mandela, Oliver Tambo et son père Govan Mbeki) et présagent déjà de sa future élection. Au lendemain de l'arrestation, en 1961, des plus hauts responsables politiques de l'ANC, il quitte le pays sur ordre de l'organisation, interdite depuis l'année précédente. Après avoir commencé ses études supérieures par correspondance avec l'université de Londres, il les poursuit, à partir de 1962, à l'université du Sussex (Royaume-Uni) où il obtient un diplôme de troisième cycle en économie (1966). Son exil politique dure près de trente ans (de 1962 à 1990).

Après un passage au bureau londonien de l'organisation, il est envoyé en 1970 en URSS, pour recevoir un entraînement militaire et une formation à l'Institut des sciences sociales à Moscou ; à son retour, il rentre dans la branche armée de l'ANC. En 1971-1972, il travaille comme secrétaire assistant au Comité révolutionnaire de l'ANC, qui a pour tâche d'assurer le suivi des actions de la branche armée, depuis Lusaka (Zambie).

Entre 1974 et 1978, il fait le tour de plusieurs pays africains – Botswana, Swaziland (auj. Eswatini) et Nigeria – afin de négocier l'ouverture de bureaux du Congrès sur leur territoire. Il est ensuite secrétaire politique d'Oliver Tambo, le président de l'ANC en exil, dont il écrit régulièrement les discours (1978-1984). De 1984 à 1989, il travaille à la direction de l'information et de la propagande de l'organisation.

Au milieu des années 1980, au cours des négociations secrètes engagées entre l'ANC et le pouvoir sud-africain, Thabo Mbeki joue un rôle majeur dans les réunions organisées entre le Congrès et des représentants du gouvernement, des intellectuels afrikaners ainsi que des hommes d'affaires sud-africains, qui sont impressionnés par sa courtoisie et son sens de la diplomatie. Après la légalisation de l'ANC en février 1990, Thabo Mbeki revient en Afrique du Sud et fait partie de la délégation qui signe les premiers accords de paix avec Pretoria (mai 1990-février 1991). Membre de la Convention pour une Afrique du Sud démocratique (Codesa), constituée en décembre 1991 par les représentants de tous les partis politiques, du gouvernement et des bantoustans et dont le but est d'organiser la transition des pouvoirs, il participe au processus qui aboutit aux premières élections démocratiques et multiraciales en Afrique du Sud, et à la victoire de son parti en avril 1994.

En mai 1994, il est nommé vice-président de la République par Nelson Mandela et, en décembre, il est élu vice-président du mouvement antiapartheid, après avoir occupé la position de directeur national, au décès d'Oliver Tambo (1993). En décembre 1997, devenu président de l'ANC, Thabo Mbeki est officiellement reconnu comme le successeur de Mandela. Durant cette période, en charge des affaires courantes du pays, il renforce sa position de futur président potentiel en créant son propre réseau politique au sein du gouvernement, de la sphère économique et de l'administration.

Campagne électorale de Thabo Mbeki, avril 1999

Photographie : Campagne électorale de Thabo Mbeki, avril 1999

Le vice-président sud-africain et président du Congrès national africain (A.N.C.), Thabo Mbeki, salue la foule lors de sa tournée électorale dans la province du Nord-Ouest (27 avril 1999). Les élections générales, qui auront lieu le 2 juin, verront la victoire sans surprise de l'A.N.C. et... 

Crédits : Odd Andersen/ AFP

Afficher

Élu président en juin 1999, puis réélu en 2004, il est vivement critiqué pour sa non-politique de lutte contre le sida ainsi que pour sa politique économique, considérée comme trop libér [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur en science politique, Centre d'étude d'Afrique noire, Institut d'études politiques de Bordeaux

Classification

Autres références

«  MBEKI THABO MVUYELWA (1942- )  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « Le rôle central du président »  : […] La présidence constitue le cœur du pouvoir exécutif. Après le mandat de Nelson Mandela, Thabo Mbeki (président de 1999 à 2008) a réformé et professionnalisé l'exécutif afin d'en améliorer l'efficacité. Il a renforcé le contrôle présidentiel sur le gouvernement et l'administration composée d'environ un million de fonctionnaires. Le président est élu par une Assemblée nationale constituée de quatr […] Lire la suite

ZIMBABWE

  • Écrit par 
  • Daniel COMPAGNON, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Franck MODERNE
  • , Universalis
  •  • 16 846 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'impuissance des Occidentaux »  : […] Face à cette dérive, la communauté internationale est impuissante. La controverse publique avec le gouvernement britannique de Tony Blair, grossièrement insulté par le président zimbabwéen, conduit vite à un affrontement avec l'UE et le Commonwealth. Le Royaume-Uni et l'Australie obtiennent la suspension du Zimbabwe des mécanismes de coopération du Commonwealth en décembre 2003 (après neuf mois d […] Lire la suite

ZUMA JACOB (1942- )

  • Écrit par 
  • Benoît DUPIN, 
  • Universalis
  •  • 1 347 mots
  •  • 1 média

Militant et homme politique sud-africain, président de la République de 2009 à 2018. Figure controversée de la nouvelle Afrique du Sud, fils du peuple, autodidacte, polygame et père de dix-huit enfants, militant de longue date de la lutte anti-apartheid et représentant de l'aile gauche du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma reste un personnage inclassable de la politique sud-africaine. J […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marianne SÉVERIN, « MBEKI THABO MVUYELWA (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/thabo-mvuyelwa-mbeki/