ZUMA JACOB (1942- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Militant et homme politique sud-africain, président de la République de 2009 à 2018.

Figure controversée de la nouvelle Afrique du Sud, fils du peuple, autodidacte, polygame et père de dix-huit enfants, militant de longue date de la lutte anti-apartheid et représentant de l'aile gauche du Congrès national africain (ANC), Jacob Zuma reste un personnage inclassable de la politique sud-africaine.

Jacob Gedleyihlekisa Zuma naît le 12 avril 1942 à Nkandla (auj. au KwaZulu-Natal), au cœur du pays zoulou. Orphelin de père dès quatre ans, il devient berger puis occupe de petits emplois dans la ville de Durban. Sans éducation scolaire formelle, il parvient toutefois à acquérir un premier niveau d'instruction, notamment en lecture, au contact de camarades qui fréquentent l'école.

Attiré vers la politique par son frère aîné, Zuma devient membre de l'ANC dès 1958 – ou 1959 selon les sources –, puis du syndicat South African Congress of Trade Unions (ancêtre du COSATU, Congress of South African Trade Unions) en 1959 au sein duquel il reçoit une formation de type marxiste ; il adhère ensuite à la branche armée de l'ANC, Umkhonto we Sizwe (1962) et au Parti communiste (1963). Alors qu'il tente de se rendre à l'étranger pour suivre un entraînement militaire, il est arrêté en juin 1963 puis jugé et condamné à dix ans de prison pour « conspiration visant à renverser le gouvernement ».

Sur l'île de Robben Island située au large du Cap, Zuma partage une cellule avec quelque cinquante autres détenus politiques. Il joue un rôle important dans l'organisation de groupes de réflexion politique qui firent de la prison une véritable université révolutionnaire sous l'autorité, notamment, de Nelson Mandela.

Libéré en décembre 1973, Zuma réorganise aussitôt au Natal les structures secrètes de l'ANC – le parti ayant été déclaré hors-la-loi en 1960. À nouveau menacé par les autorités, il se réfugie au Swaziland (auj. Eswatini) en 1975, au côté de Thabo Mbeki, puis au Mozambique où il joue un rôle déterminant pour enrôler les jeunes Sud-Africains fuyant la répression consécutive aux émeutes de Soweto (1976). Tout au long de ces années d'exil, sa carrière se poursuit au sein de l'ANC dont il devient un cadre dirigeant dès 1977 et proche conseiller de son président, Oliver Tambo, au siège de l'organisation en exil à Lusaka (Zambie), où il s'est installé en 1987.

Désigné avec Thabo Mbeki comme un des représentants de l'ANC lors des premières réunions secrètes avec les émissaires du régime d'apartheid au Royaume-Uni et en Suisse, Zuma est aussi l'un des premiers à revenir d'exil, le 21 mars 1990, peu après la libération de Nelson Mandela (11 février).

Vice-secrétaire général de l'ANC depuis 1991, Zuma joue un rôle important dans les négociations qui aboutirent aux élections démocratiques d'avril 1994. Mais c'est surtout au KwaZulu-Natal, alors en proie à une guerre civile opposant les militants du parti nationaliste zoulou Inkatha Freedom Party (IFP) à ceux de l'ANC, que ses talents de négociateur et d'homme de paix se sont révélés. Tout en rétablissant le dialogue avec l'IFP et son chef Mangosuthu Buthelezi, Zuma parvient à récupérer le thème ethnique de son adversaire en jouant de sa propre identité zouloue.

Devenu vice-président de l'ANC en 1997 puis de la République sud-africaine en 1999, Zuma est présenté comme le probable successeur de Thabo Mbeki alors au pouvoir ; mais il est rattrapé, à partir de 2004, par des scandales. À la suite de la condamnation, en juin 2005, de son conseiller financier Schabir Shaik à quinze ans de prison pour corruption dans le cadre d'un contrat public d'achat d'armes, Jacob Zuma est inculpé à son tour et destitué par Thabo Mbeki, dès le 14 juin 2005, de son poste de vice-président de la République. Après une longue bataille juridique, Zuma parvient à faire invalider l'inculpation de corruption, pour vice de forme, révélant de possibles manipulations politiques à son encontre, peu avant l'élection de mai 2009. Jacob Zuma fut également jugé pour viol. Même s'il fut acquitté en mai 2006, le fait qu'il ait avoué avoir eu un rapport non protégé avec une jeune femme qu'il savait séropositive suscita un tollé dans le pays, l'un des plus affectés au monde par le sida.

Ces affaires n'empêchent pas Zuma, fortement et parfois violemment soutenu par l'aile gauche de l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur agrégé, enseignant à Sciences Po Bordeaux, spécialiste de l'Afrique du sud, rattaché au laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM)

Classification

Autres références

«  ZUMA JACOB (1942- )  » est également traité dans :

AFRIQUE DU SUD RÉPUBLIQUE D'

  • Écrit par 
  • Ivan CROUZEL, 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN, 
  • Philippe GERVAIS-LAMBONY, 
  • Philippe-Joseph SALAZAR, 
  • Jean SÉVRY, 
  • Ernst VAN HEERDEN
  •  • 29 843 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « L'ANC et ses mutations »  : […] Le 27 avril 1994, c'est sous la forme d'une alliance tripartite (ANC-Parti communiste sud-africain-COSATU) que le mouvement de Nelson Mandela arrive au pouvoir avec 62,65 p. 100 des voix. Depuis sa légalisation, l'ANC, comme la plupart des organisations politiques du pays, s'est progressivement transformé de mouvement de libération en parti politique, en poursuivant une véritable révolution organ […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Afrique du Sud »  : […] Après huit années à la présidence de la République, Jacob Zuma s’apprête à quitter le pouvoir sur fond de clientélisme et de corruption, laissant une situation économique critique : une croissance de moins de 1 p. 100, un taux de chômage de plus de 27 p. 100, au plus haut depuis 2003, et un rand déprécié. […] Lire la suite

MBEKI THABO MVUYELWA (1942- )

  • Écrit par 
  • Marianne SÉVERIN
  •  • 1 084 mots
  •  • 1 média

Deuxième président de la République sud-africaine postapartheid (de 1999 à 2008), Thabo Mbeki est né le 18 juin 1942 à Idutywa, au Transkei (dans la province actuelle du Cap-Est), au sein de l'ethnie xhosa. Il est le fils de Govan Mbeki, un des leaders de l'African National Congress (ANC) et ancien prisonnier politique de Robben Island (1963-1987) avec Nelson Mandela. Influencé par son père et par […] Lire la suite

Pour citer l’article

Benoît DUPIN, « ZUMA JACOB (1942- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jacob-zuma/