GENTILESCHI ORAZIO (1563-1639)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Peintre italien baroque né en 1563 à Pise, mort vers 1639 à Londres.

Orazio Gentileschi, de son vrai nom Orazio Lomi, étudie tout d'abord la peinture avec son demi-frère, Aurelio Lomi. Vers 1585, il se rend à Rome où, entre 1590 et 1600, en compagnie du peintre paysagiste Agostino Tassi, il peint des fresques pour les basiliques Sainte-Marie-Majeure, Saint-Jean-de-Latran et San-Nicola-in-Carcere, dessinant les personnages qui apparaissent dans les paysages de Tassi.

Dès le début du xviie siècle, Orazio Gentileschi subit l'influence de Caravage, qui se trouve lui aussi à Rome à ce moment-là. Ses tableaux de l'époque (notamment David et Goliath, 1610, et Sainte Cécile et l'ange, vers 1610) empruntent à Caravage son geste dramatique et révolutionnaire, sa composition grandiose, de même que son réalisme sans compromis et sa représentation résolument moderne des personnages, ainsi que, dans une certaine mesure, son usage du chiaroscuro, ou clair-obscur. Très rapidement, Gentileschi développe une forme de lyrisme qui l'éloigne du dynamisme presque brutal de Caravage. Sa palette se fait plus claire et son trait plus précis rappelle ses débuts maniéristes. De 1621 à 1623, Gentileschi vit à Gênes où il peint son chef-d'œuvre, L'Annonciation (1623), une œuvre d'une grâce absolue qui traduit le déclin de l'influence de Caravage. Si la composition repose toujours sur des gestes dramatiques, ici ceux de la Vierge et de l'ange, et si l'on reste frappé par le sentiment d'immédiateté de l'événement et par l'absence de toute idéalisation, l'atmosphère est plus sereine et lyrique que dans les œuvres précédentes, les couleurs sont claires et le clair-obscur a disparu.

Sainte Cécile et un ange, O. Gentileschi et G. Lanfranco

Sainte Cécile et un ange, O. Gentileschi et G. Lanfranco

photographie

Orazio Gentileschi et Giovanni Lanfranco, Sainte Cécile et un ange, vers 1617-1618 et 1621-1627. Huile sur toile, 87,5 cm x 108 cm. National Gallery of Art, Washington.  

Crédits : Courtesy National Gallery of Art, Washington

Afficher

Après un séjour en France, en 1626, Gentileschi se rend en Angleterre à l'invitation du roi Charles Ier. Il s'y établira jusqu'à la fin de sa vie. Il devient peintre à la cour et son travail est de plus en plus conventionnel et décoratif. Sa dernière œuvre majeure est une vaste série de peintures de plafond pour la demeure de la reine à Greenwich, probablement réalisée après 1635 et que l'on peut aujourd'hui admirer à Marlborough House, à Londres.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  GENTILESCHI ORAZIO (1563-1639)  » est également traité dans :

CARAVAGE (vers 1571-1610)

  • Écrit par 
  • Arnauld BREJON DE LAVERGNÉE, 
  • Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE
  •  • 4 799 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le caravagisme »  : […] Caravage, dont la carrière romaine se situe entre 1589 et 1607, ne forma pas d'élève, ne dispensa aucun enseignement, sinon par ses œuvres mêmes. Mais celles-ci influencèrent plusieurs générations d'artistes de passage à Rome, lieu de convergence de l'Europe politique, religieuse et culturelle. Les peintres qui arrivaient vers 1600 de Venise (Saraceni) ou de Florence (Gentileschi), d'Utrecht (Ter […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GENTILESCHI ORAZIO - (1563-1639) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 juillet 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/orazio-gentileschi/