TELL ALGÉRIEN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme arabe « tell » (hauteur) désigne au Maghreb toute la frange « utile » des reliefs proches du littoral, il s'oppose au Sahara (sahara : « désert ») incluant les Hautes Plaines steppiques. La tradition ne l'applique donc pas au Constantinois, où, entre montagnes méditerranéennes et désert, les Hautes Plaines et l'Aurès restent très cultivés. Pour les géologues, le Tell est assimilé à l'arc plissé qui affecte, avec le Rif, plusieurs séries jurassico-crétacées dont le charriage vers le sud sur les plis de couverture plus rigides de la zone atlasique forme limite entre les plaques européenne et africaine, en Oranie comme dans l'Est. L'activité tectonique s'y poursuit : elle affaisse les plaines côtières et multiplie les risques de séismes (à Chélif en 1954 et 1980, au Chenoua en 1989). L'acception courante du Tell s'applique à la bande grossièrement zonale de reliefs contrastés, élargie vers l'est, entre littoral et Hautes Plaines, où le climat méditerranéen, à saison estivale sèche plus marquée que dans l'intérieur, connaît une pluviosité moins inconstante, suffisante pour entretenir une végétation forestière et permettre une culture sèche rentable.

Ainsi défini, le Tell algérien inclut : à l'ouest, les causses atlasiques de Tlemcen, Dhaïa, Saïda, Frenda ; au centre, l'Ouarsenis et les Biban ; à l'est, les versants frangeant ; au nord, les Hautes Plaines constantinoises. Large de 80 à 120 kilomètres, il s'étire sur plus de 1 000 kilomètres le long du littoral. À l'ouest de la Mitidja et sur tout l'Oranais, plaines côtières (Macta) ou sublittorales (Mleta, Chélif) et bassins intérieurs (Mascara, Sidi Bel Abbes, Tlemcen) s'insèrent entre de moyennes montagnes aux pentes généralement fragiles (Ouarsenis, Beni Chougran, Tessala, Trara). L'Est y oppose les montagnes des Kabylies et du Constantinois, où des chaînes calcaires élevées (Djurdjura, Babor) séparent d'amandes cristallines littorales les versants schisteux de l'intérieur. Si, à l'ouest, les basses plaines d'Oranie connaissent une relative aridité (moins de 300 mm de précipitations annuelles) et une végétation naturelle fragile, les massifs constantinois qui reçoivent jusqu'à 2 mètres d'eau par an près de Collo, ont conservé un couvert forestier étendu (chêne-liège)

—  André PRENANT

Écrit par :

Classification


Autres références

«  TELL ALGÉRIEN  » est également traité dans :

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Jean LECA, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA
  • , Universalis
  •  • 42 026 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « De la Méditerranée au Sahara, des milieux naturels très contrastés »  : […] L'Algérie est un pays contrasté qui présente, du nord au sud, toutes les transitions entre un milieu méditerranéen humide et un milieu saharien hyperaride. Les gradients, à la fois biogéographiques et pluviométriques, ainsi que les conditions topographiques exercent une influence sur la répartition humaine et la mise en valeur des territoires. Les conditions physiques sont largement dépendantes de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/algerie/#i_96933

CONSTANTINE, anc. CIRTA

  • Écrit par 
  • Bouziane SEMMOUD
  •  • 937 mots
  •  • 1 média

Troisième ville d'Algérie avec 475 000 habitants en 2005, première grande ville intérieure et métropole de l'Est algérien, Constantine a été à travers l'histoire la capitale la plus constante du Maghreb central (Al-Moghreb al-awsat). À la tête du royaume numide des Massyles, dès avant Massinissa (Cirta), principale cité romaine de Numidie, évêché rebaptisé par Constantin, elle est décrite par El-B […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/constantine-cirta/#i_96933

Pour citer l’article

André PRENANT, « TELL ALGÉRIEN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tell-algerien/