TAXE PROFESSIONNELLE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La loi du 29 juillet 1975 supprimant la patente et instituant la taxe professionnelle a été la dernière étape de la réforme des impôts directs locaux, dont le principe avait été posé en 1959. La taxe professionnelle a connu plusieurs modifications jusqu’à sa suppression à compter du 1er janvier 2010 et son remplacement par un nouvel impôt, la contribution économique territoriale (CET), qui reprend l’essentiel de ses règles.

Le champ d'application de la taxe professionnelle recouvrait à peu de chose près celui de l'ancienne patente ; elle était due, en principe, par toutes les personnes physiques ou morales qui exercent à titre habituel une activité professionnelle non salariée à but lucratif. Les salariés, les exploitants agricoles et les petites coopératives, les artisans et façonniers ainsi que les professions artistiques en étaient expressément exonérés. La taxe professionnelle était acquittée par plus de deux millions de contribuables, mais 500 000 entreprises payaient à elles seules près de 80 p. 100 du total de cet impôt qui représentait environ le quart des ressources fiscales des communes et plus de la moitié des impôts directs locaux. Les bases d'imposition de la taxe professionnelle comportaient deux éléments : la valeur locative des locaux, outillages et meubles utilisés pour les besoins de l'activité professionnelle, et 18 p. 100 de la masse salariale versée l'année précédente. Cependant, afin de tenir compte de la spécificité de l'activité des titulaires de bénéfices non commerciaux, intermédiaires de commerce, agriculteurs et artisans en particulier, le deuxième élément (la masse salariale) fut remplacé, en ce qui les concerne, par le dixième des recettes lorsqu'ils emploient moins de cinq salariés.

Comme la patente, la taxe professionnelle était établie au niveau de chaque entreprise, à raison de la valeur locative cadastrale des biens qu’elle occupait et des salaires versés au personnel qui y travaillait habituellement. Des règles particulières étaient prévues pour certains [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  TAXE PROFESSIONNELLE  » est également traité dans :

FRANCE - L'année politique 2009

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 4 701 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La poursuite des réformes et leur contestation »  : […] Malgré de nombreuses interrogations sur le maintien de la politique de rupture qui avait été au centre de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, la crise l'ayant conduit à laisser filer le déficit budgétaire (déficit de 141 milliards d'euros à la fin de 2009, soit 8,2 p. 100 du P.I.B. ; déficit de 31 milliards pour la Sécurité sociale ; projet de loi de finances 2010 intégrant un déficit de 1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2009/#i_80036

IMPÔT - Économie fiscale

  • Écrit par 
  • Jacques LE CACHEUX
  •  • 4 359 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La fiscalité locale »  : […] Ne couvrant qu'environ la moitié des dépenses publiques locales – le reste est principalement constitué de transferts du budget de l'État –, la fiscalité locale demeure, quant à elle, dominée par des taxes héritières des « quatre vieilles » instituées lors de la Révolution française, bien que les modalités de calcul et l'équilibre entre ces impôts locaux aient été progressivement modifiés. Elle e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/impot-economie-fiscale/#i_80036

Pour citer l’article

Jean-Claude MAITROT, « TAXE PROFESSIONNELLE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/taxe-professionnelle/