SYNTHÉTISEUR, musique

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les synthétiseurs sont des instruments de musique électroniques, capables de produire et de modifier électroniquement des sons, et fréquemment associés à un traitement informatique.

Le synthétiseur engendre des signaux électriques ondulatoires, qu'il soumet ensuite à une série de transformations sélectionnées par l'interprète ou par le compositeur : transformations d'intensité, de durée, de fréquence, de timbre... Les synthétiseurs peuvent engendrer des sons proprement inouïs, impossibles à produire par des instruments de musique conventionnels.

Le RCA Electronic Music Synthesizer mis au point en 1951 et 1952 par les ingénieurs acousticiens américains Harry F. Olson et Herbert F. Belar dans les laboratoires de la Radio Corporation of America (R.C.A.) de Princeton, dans le New Jersey, était avant tout destiné à composer de la musique. Les informations fournies à cette machine étaient codées par des trous percés sur une bande de papier. Conçu pour accomplir des recherches sur les propriétés du son, le RCA Electronic Music Synthesizer a attiré les compositeurs qui souhaitaient étendre la gamme de sons mis à leur disposition.

Les années 1960 voient apparaître les premiers véritables synthétiseurs, au premier rang desquels le Moog de la firme R. A. Moog Co., fondée en 1954 par Robert A. Moog, et le Buchla de la firme Buchla Associates, créée en 1964 par Donald F. Buchla, tous deux commercialisés en 1964. La plupart des synthétiseurs ont des claviers comparables à celui du piano, mais on a utilisé d'autres types de mécanismes. Le Moog III était doté de deux claviers de cinq octaves qui commandaient les changements de tension (donc la hauteur du son, le timbre, les attaques et les extinctions du son ainsi que d'autres paramètres). Le compositeur ou l'interprète disposait ainsi d'une variété infinie de contrôle sonore. Ce type de technologie analogique est devenu la base des synthétiseurs modulaires comme des synthétiseurs portables fabriqués en série dans les années 1960 et 1970. Le Buchla, était actionné par un « clavier » constitué d'une plaque métallique tactile sans touches mobiles, un peu comparable à la touche du violon.

Ces synthétiseurs faisaient appel à la synthèse soustractive, c'est-à-dire au retrait des composantes indésirables d'un signal contenant un son fondamental et tous les harmoniques apparentés (signaux ondulatoires en dents de scie). En revanche, le générateur de sons élaboré entre 1962 et 1964 par James Beauchamp à l'université d'Illinois à Urbana et connu sous le nom d'Harmonic Tone Generator, faisait appel à la synthèse additive, c'est-à-dire à l'élaboration des sons à partir de sons « purs » (signaux sinusoïdaux), dépourvus d'harmoniques ; il présentait certains avantages en ce qui concerne les couleurs sonores produites.

À la fin des années 1970 et dans les années 1980, on a mis au point des synthétiseurs beaucoup plus compacts utilisant des micro-ordinateurs et diverses techniques de synthèse numérique : échantillonnage de sons entiers (enregistrement numérique de sons), synthèse de Fourier (spécification d'harmoniques individuels) et la synthèse FM (modulation de fréquence) utilisant des ondes sinusoïdales... Parmi ces instruments, les plus importants ont été le Fairlight CMI, le New England Digital's Synclavier II et la série de synthétiseurs FM de Yamaha.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  SYNTHÉTISEUR, musique  » est également traité dans :

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1980 : de profonds changements dans le métier d’arrangeur »  : […] Au début des années 1980, encouragé par Gabriel Yared, Michel Cœuriot (né en 1947) écrit ses premiers arrangements pour Michel Jonasz ( Joueur de blues ) avant d’entamer une collaboration avec Laurent Voulzy ( Belle-Île-en-Mer, Marie-Galante ), Alain Souchon ( Foule sentimentale ), Marc Lavoine ( Les Tournesols qu’il compose avec lui) puis Hélène Ségara ( Il y a trop de gens qui t’aiment ). Qua […] Lire la suite

DANCE MUSIC

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 693 mots

Musique destinée aux night-clubs, la dance est issue du disco et de la house. Le DJ et le producteur-arrangeur y exercent une part prédominante, au détriment de l'artiste, cantonné au rôle d'interprète. En France, la dance music est souvent considérée comme un dérivé commercial de la house music, dont elle emprunte quelques traits. Ses artistes et/ou producteurs précurseurs sont surtout issus du […] Lire la suite

Dangerous rhythm, ULTRAVOX

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 398 mots

Fondé en 1974, le groupe britannique Ultravox!, qui adoptera ultérieurement, en supprimant son point d'exclamation, le nom d'Ultravox, est d'abord influencé par David Bowie et le glam rock de Roxy Music. Il s'engage ensuite résolument dans la voie des musiques synthétiques avant de s'inscrire dans le courant dit néo-romantique, qui appartient à la new wave anglaise. Ultravox produit une musique po […] Lire la suite

DISCO

  • Écrit par 
  • Eugène LLEDO
  •  • 485 mots

Musique de danse insouciante, le disco marque l'entrée de la musique populaire dans l'ère du producteur omniprésent. À partir de la fin des années 1970, les tubes au battement répétitif se multiplient. Au tournant des années 1980, des musiciens-producteurs européens recyclent la soul music tout en s'inspirant de l'esthétique minimaliste des musiques électroniques émergentes (celle du groupe allema […] Lire la suite

DJ (disc-jockey)

  • Écrit par 
  • Raphaël RICHARD
  •  • 3 614 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « … à la naissance de la house et de la techno »  : […] Ami d'enfance de Larry Levan, Frankie Knuckles s’est produit avec le DJ du Paradise Garage dans quelques clubs new-yorkais. Il a fréquenté le Loft avant de déménager à Chicago où il va développer les types d’ambiance et les techniques expérimentées à Manhattan. Il s'installe à la Warehouse, une ancienne usine de trois étages située dans une zone industrielle. Le nom Warehouse est à l'origine du […] Lire la suite

GRISEY GÉRARD (1946-1998)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 1 286 mots

Né à Belfort le 17 juin 1946, Gérard Grisey étudie la composition au conservatoire de Trossingen (Allemagne) avec Helmut Degen (1963-1965), suit au Conservatoire national supérieur de musique de Paris l'enseignement de Messiaen (1968-1972) et travaille avec Dutilleux à l'École normale supérieure de musique de Paris (1968), puis avec Ligeti, Xenakis et Stockhausen, à Darmstadt, en 1972, ainsi qu'av […] Lire la suite

ILLUSIONS AUDITIVES

  • Écrit par 
  • Jean-Claude RISSET, 
  • David WESSEL
  •  • 3 857 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Sons montant (ou descendant) indéfiniment »  : […] Ce n'est qu'avec la synthèse des sons par ordinateur qu'il a été possible de contrôler la structure physique des sons avec assez de finesse pour pouvoir séparer les variations de hauteur tonale et spectrale. Aux Bell Laboratories, Roger N. Shepard a synthétisé en 1964 douze sons formant les degrés d'une gamme chromatique et qui paraissent monter sans fin lorsqu'ils sont répétés. Ce comportement pa […] Lire la suite

INSTRUMENTS DE MUSIQUE - Facture instrumentale

  • Écrit par 
  • Daniel MAGNE, 
  • Anne PENESCO
  •  • 6 780 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Les instruments mécaniques, électriques et électroniques »  : […] Ils appartiennent à des systèmes très différents les uns des autres. Parmi les instruments mécaniques figurent certains types d'orgues, comme la serinette et l'orgue de Barbarie où un mécanisme actionne une soufflerie qui alimente des instruments à vent, certains modèles de pianos tels que le piano mélodico et le piano pneumatique et les boîtes à musique. Le principe d'analyse et de reconstitution […] Lire la suite

MUSIQUE CONTEMPORAINE - Les musiques électro-acoustiques

  • Écrit par 
  • André-Pierre BOESWILLWALD
  •  • 4 291 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les instruments »  : […] Parallèlement à l'évolution des techniques d'enregistrement et de diffusion, on a très tôt cherché à créer des instruments de musique fonctionnant sur des principes électroniques et qui apportent de nouvelles possibilités de timbres ou de jeux. Ces instruments se classent en deux groupes : les instruments électrifiés et les instruments électroniques. Les premiers sont des instruments mécaniques, […] Lire la suite

ORGUE

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 9 731 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Les styles »  : […] La sommaire description qui précède permet toutefois d'imaginer à quelle diversité de facture on peut aboutir dans la combinaison des éléments sonores énumérés. À la fin du Moyen Âge, le grand orgue « plein-jeu » formait un tout non décomposé, soit une immense fourniture. Henri Arnaut de Zwolle (mort en 1466) et Michael Praetorius (1571-1621) en donnent la description. Après l'invention du registr […] Lire la suite

Pour citer l’article

« SYNTHÉTISEUR, musique », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/synthetiseur-musique/