PLATH SYLVIA (1932-1963)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

On connaît la fin tragique que Sylvia Plath s'est réservée. Mettant la tête dans le four à gaz de son appartement londonien le 11 février 1963, quelque temps après sa séparation d'avec Ted Hughes, son mari, et alors que la réussite littéraire venait d'être confirmée par la publication de son premier roman : The Bell Jar (La Cloche de détresse) en janvier de la même année, Sylvia Plath achevait brutalement sa carrière. Elle avait à peine trente et un ans et venait de passer comme un météore dans le ciel de la poésie de langue anglaise.

Romantique, Sylvia Plath le fut à son corps défendant. Romantique parce que les images de décomposition, de suicide, d'anéantissement eurent finalement raison de sa volonté lucide de les maîtriser. Mais il n'en faut pourtant pas moins dissocier la réalité de la légende. L'art de Sylvia Plath est classique par la forme. Du Colossus, son premier recueil paru à Londres en 1962 chez Heinemann jusqu'à Winter Trees, paru en 1971 chez Faber & Faber, son vers acquiert souplesse et fluidité tout en conservant la disposition typographique des strophes égales. La rime, telle qu'un remords ou une ombre allitérative, ou encore une trace rêvée, n'est pas absente, même si presque toujours fugitive. C'est à l'intérieur de la séquence prosodique beaucoup plus qu'à la fin du vers que joue l'allitération : « I am inhabited by a cry,/Nightly it flaps out/Looking, with its hooks, for something to love. » (« Je suis l'habitation d'un cri,/La nuit il bat des ailes et sort/En chasse, griffes ouvertes, d'une proie d'amour. ») Regard et griffes (look/hook), nuit et cri (night/cry) disposent stratégiquement leurs diphtongues en une structure d'écho ou de dédoublement, renforçant ainsi la ligne discursive par la couleur sonore.

Ariel, publié en 1965 chez Faber & Faber, correspond à un accomplissement qui eût sans doute été suivi d'autres étapes. Tour à tour sèche, tendue et concentrée, la « ligne » procède à l'économie, imprimant une rapidité aux sensations et aux pensées que traduisent par ailleurs l'ellipse et l'absence de verbe. Chevauchant son coursier à cru, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  PLATH SYLVIA (1932-1963)  » est également traité dans :

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 189 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'autobiographie de tout le monde »  : […] Le trait peut-être le plus frappant de cette écriture féminine que le nouveau féminisme des années soixante-dix met en avant soit dans les textes qu'il produit, soit dans ceux dont il permet la redécouverte et la relecture, c'est son caractère à peu près systématiquement autobiographique. Sans parler des textes féministes, dont on a pu dire qu'ils étaient souvent très proches de la confession ou d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-le-feminisme-des-annees-1970-dans-l-edition-et-la-litterature/#i_89712

Pour citer l’article

Jacques DARRAS, « PLATH SYLVIA - (1932-1963) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sylvia-plath/