SUŚRUTASAṂHITĀ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La littérature médicale indienne en langue sanskrite est dominée par les deux noms de Charaka et de Sushruta (Suśruta), auteurs de deux Samhitâs (« collections », « livres »), qui se complètent l'une l'autre et se situent approximativement à la même époque (ier ou iie s.).

La Sushruta-Samhitâ (Suśrutasaṃhitā) est rédigée en prose mêlée de vers ; la matière s'y trouve répartie en six livres (sthana), qui traitent de diverses disciplines, dont la chirurgie, absente du traité de Charaka. L'auteur s'intéresse particulièrement à la toxicologie et dresse un catalogue extensif de la pharmacopée. Deux des six livres qui composent le traité sont particulièrement célèbres : celui qui traite de l'organisme (physiologie, anatomie) et celui qui explique comment les songes doivent être analysés pour aider à l'établissement du diagnostic. Mais c'est dans tout ce qui a rapport à la chirurgie (traitement de la cataracte, opération des hernies, etc.) qu'apparaît l'originalité de la Sushruta-Samhitâ.

Selon la tradition, le traité a été remanié, au début du viie siècle, par le philosophe bouddhiste Nâgârjuna (à moins que ce ne soit par Vasubandhu, au ive ou au ve siècle). Il en existe plusieurs commentaires importants, notamment ceux de Chakrapani Datta (xie s.) et de Dallana (xiie s.).

—  Jean VARENNE

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, professeur à l'université de Lyon-III

Classification

Pour citer l’article

Jean VARENNE, « SUŚRUTASAṂHITĀ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/susrutasamhita/