SURFUSION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

État d'une substance qui reste à l'état liquide à une température inférieure à sa température de solidification. La surfusion est un cas particulier de métastabilité, qui ne peut se produire qu'avec un liquide très pur et ne contenant pas de germes cristallins. Même dans ces conditions, la surfusion cesse à une température, dite de nucléation, en dessous de laquelle le liquide cristallise, même en l'absence de tout germe. Pour l'eau, cette température de nucléation vaut environ — 40 0C.

Au-dessus de cette température, la surfusion peut cesser, le liquide se cristallisant alors très vite, si l'on introduit un germe de cristallisation, qui peut être un cristal du corps étudié ou une impureté, ou si le liquide est soumis à une agitation mécanique.

Dans certains cas, la surfusion peut exister à des températures assez basses pour que le corps soit solide sans cristalliser. C'est ce qui se passe pour les verres, qui peuvent d'ailleurs recristalliser dans certaines conditions.

—  Pierre MOYEN

Écrit par :

Classification


Autres références

«  SURFUSION  » est également traité dans :

GLACE

  • Écrit par 
  • Louis LLIBOUTRY
  •  • 7 960 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Congélation de l'eau douce »  : […] La congélation implique que les calories libérées soient évacuées, autrement dit que des frigories parviennent à l'interface eau-glace depuis un lieu plus froid. Si de l'eau douce est contenue dans un récipient refroidi, il se forme au départ de la glace contre les parois, avec des axes optiques perpendiculaires à la paroi. Si le froid vient du haut, la glace se forme à la surface libre, avec le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/glace/#i_20538

PRÉCIPITATIONS, météorologie

  • Écrit par 
  • Léopold FACY
  •  • 5 280 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Givre »  : […] Le givre se forme dans des conditions assez analogues mais, bien entendu, aux températures négatives. Le givre n'est pas le gel de la rosée, c'est la condensation directe de la vapeur sous forme de glace sur la végétation ou sur les obstacles présentés par le sol. Il se traduit par le développement de formes cristallines variées, découlant du système de cristallisation de la glace par maclage, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/precipitations-meteorologie/#i_20538

THERMORÉGULATION, biologie

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 7 977 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La tolérance aux basses températures »  : […] On note, là encore, de grandes variations entre les espèces. Ainsi, des poissons tropicaux ne supportent pas que la température de l'eau descende au-dessous de + 10  0 C, car cela provoque une inhibition de leurs centres respiratoires. Dans la nature, les problèmes se posent de façon très différente en milieu aquatique et en milieu aérien : alors que, dans le premier cas, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/thermoregulation-biologie/#i_20538

VITREUX ÉTAT

  • Écrit par 
  • Jean FLAHAUT
  •  • 5 093 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La transition vitreuse »  : […] Considérons la variation de volume V (ou d'enthalpie H) que subit un liquide lorsqu'il est progressivement réfrigéré. Habituellement, lorsque la vitesse de refroidissement est suffisamment lente, tout liquide cristallise à une température T f . Cependant, si l'abaissement de la température est assez rapide, nous avons vu qu'apparaît une compétition entre la cinétique de crist […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etat-vitreux/#i_20538

Pour citer l’article

Pierre MOYEN, « SURFUSION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/surfusion/