SUREAU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Arbuste familier aux usages thérapeutiques étendus, le sureau (Sambucus nigra L. ; caprifoliacées) est connu depuis l'Antiquité. Les palafittes d'Annecy (env. ~ 2500-~ 1800) ont livré ses graines en masse. Il est prescrit comme diurétique et laxatif par les hippocratiques (~ ive s.) et par Dioscoride (ier s.), lequel signale de nombreuses indications externes, et il reste en usage tout au long des temps historiques (particulièrement au xviie s., apogée de la médecine purgative), et çà et là, dans les campagnes, jusqu'à nos jours.

Sureau noir (fruits et feuilles)

Sureau noir (fruits et feuilles)

photographie

Sambucus nigra L., le sureau noir (famille des Caprifoliaceae), est une plante ligneuse à port d'arbrisseau de 4 à 5 m, parfois d'arbre (jusqu'à 10 m), originaire d'Eurasie et d'Afrique du Nord, à petites fleurs blanc crème. Ses fruits sont de petites baies sphériques, noir... 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Écorce, feuilles, fleurs et fruits ont des emplois médicinaux distincts, au moins en partie. L'écorce interne des rameaux (revêtant le bois sous la couche de liège superficielle), très riche en nitrate de potassium, contient de la résine purgative, du tanin, des traces d'huile essentielle, de l'acide valérianique, des alcaloïdes (conicine, sambucine). Puissamment diurétique, elle est aussi laxative, analgésique, sédative, mais dangereuse à fortes doses (accidents nerveux, irritations). On l'emploie pour traiter : hydropisies, ascite, anasarque, œdèmes, néphrites aiguë et chronique, rétention d'urine, rhumatismes. En faisant macérer, pendant 48 h, 10 g d'écorce dans 1 litre de vin blanc, on obtient un vin diurétique (prendre 100 à 200 g par jour, progressivement). Décoction purgative : 20 à 30 g d'écorce (ou de feuilles) pour 1/2 l d'eau ou de lait (prendre à jeun en 3 ou 4 prises espacées). La teinture de plante entière, aux mêmes indications, est de surcroît analgésique (sciatique, douleurs dentaires, névralgies). Les feuilles et les jeunes pousses feuillées, fraîches, ont les mêmes emplois (décoction : 20-30 g/l) ; en usage externe, elles sont résolutives et vulnéraires (après broyage). Les fleurs, diurétiques et laxatives quand elles sont fraîches, sont très sudorifiques après séchage. Utiles dans la grippe, les affections aiguës des voies respiratoires, les fièvres éruptives, les rhumatismes, certaines dermatoses (considérées autrefois comme spécifiques de l'érysipèle), elles seraient galactogènes. On les emploie en infusion (10 [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SUREAU  » est également traité dans :

RUBIALES

  • Écrit par 
  • Nicolas HALLÉ
  •  • 2 018 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Autres Rubiales »  : […] Caprifoliacées (17 genres 280 espèces) sont pour la plupart des arbrisseaux ou des arbustes, parfois des lianes, répandus surtout dans les régions tempérées de l'hémisphère Nord. Elles sont souvent ornementales : sureau (Sambucus) ; viornes (Viburnum : V. opulus, les boules-de-neige à fleurs stériles) ; chèvrefeuille (Lonicera) ; […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rubiales/#i_39826

Pour citer l’article

Pierre LIEUTAGHI, « SUREAU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 décembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sureau/