Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DRAVIDIENS STYLES

Les mots sanskrits nāgara, vesara et drāviḍa, qui désignent dans les traités spécialisés des catégories de temples, sans toutefois s'accompagner de définitions précises, furent appliqués par J. Fergusson, un des pionniers de l'histoire de l'art de l'Inde, aux trois groupes de styles propres à l'architecture religieuse médiévale de ce pays. Les vieux auteurs fondaient probablement leur classification sur les plans des édifices. Mais ce fut l'observation empirique de variantes dans les superstructures, constituant des différences majeures d'une région à l'autre et correspondant à des aires nettement délimitées, qui conduisit l'archéologue à rapprocher les types concernés des termes précités. Nāgara fut associé aux temples du nord, de l'ouest, du centre et du nord-est du sous-continent dont le sanctuaire est toujours coiffé d'une haute tour curviligne ; drāviḍa, aux temples du sud-est du Dekkan, caractérisés par des toitures pyramidales à multiples étages hérissés de pavillons miniatures ; enfin vesara (mixte), à des constructions localisées à l'ouest et au centre du Dekkan dans lesquelles on discerne des influences combinées des styles classiques du nord et du sud. Dans ce contexte, le mot drāviḍa revêt un sens strictement géographique en tant qu'il désigne la partie sud-orientale de la péninsule et que toute connotation ethnique lui est étrangère (les peuples dravidiens, de souche et de langues non aryennes, occupent au Dekkan une zone beaucoup plus vaste que celle où s'est développée l'architecture dite dravidienne). G. Jouveau-Dubreuil, en étudiant systématiquement les temples du pays tamoul, a isolé leurs particularités et dégagé un « ordre dravidien » dont il a précisé l'évolution. Son analyse reste, dans l'ensemble, un solide point d'appui pour les travaux contemporains.

Après quelques tâtonnements, le premier style dravidien s'épanouit dans la région de Madras au viie siècle. Il puise ses thèmes décoratifs et iconographiques à un répertoire commun aux diverses écoles indiennes. Mais déjà son individualité apparaît, qui, en une évolution ininterrompue (contrairement à l'art hindou septentrional, victime des invasions musulmanes), ne cessera de s'affirmer jusqu'aux temps modernes. Pourtant cette évolution restera conforme aux lois générales de l'architecture indienne : tandis que s'accroissent les structures, les éléments architectoniques traditionnels, s'atrophiant ou s'amplifiant, se combinent et se multiplient. D'où la surcharge souvent déroutante, pour les étrangers, des styles dravidiens tardifs « baroques ». Si l'on considère, pourtant, sous le seul angle décoratif une portion verticale d'un monument dravidien, à quelque époque qu'il appartienne, on constate une superposition constante d'éléments donnés : soubassement, piliers ou pilastres — s'il s'agit de la décoration extérieure d'un mur — et entablement, qui sont accompagnés de moulures de types déterminés.

L'observateur distingue ainsi de bas en haut trois parties :

– le soubassement formé d'une plinthe, d'un tore, d'une rainure et d'un larmier, orné d'un motif en forme de fer à cheval plus ou moins déformé ;

– le pilastre divisé en trois régions : tout d'abord une bande sculptée de représentations d'animaux ; ensuite un fût surmonté d'une sorte de corbeille, puis d'un bulbe, puis d'une doucine renversée, puis d'un tailloir, puis encore d'un coussinet cubique séparant l'abaque du corbeau ; enfin un entablement proprement dit, que supporte un « corbeau », dont la forme varie avec les époques et que surmonte un larmier, décoré comme celui du soubassement de motifs en forme de fer à cheval ;[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • INDE (Arts et culture) - L'art

    • Écrit par Raïssa BRÉGEAT, Marie-Thérèse de MALLMANN, Rita RÉGNIER
    • 49 040 mots
    • 67 médias
    En ce qui concerne le sud du Dekkan, on ne met plus en doute aujourd'hui l'existence d'un art dravidien (ou méridional) ancien, commun aux régions occidentale et orientale de la péninsule, même si cet art n'a pas laissé de traces tangibles. Sa réalité est cependant prouvée par de modestes témoins d'ordre...
  • MADURA, Inde

    • Écrit par Rita RÉGNIER
    • 1 334 mots
    Le trait le plus frappant du style de Madura – le dernier d'une suite de styles méridionaux dits dravidiens – est bien une exubérance baroque, qui se traduit par l'extraordinaire surcharge décorative des piliers et la prolifération des scènes mythologiques sur les superstructures et que souligne...
  • MAHĀBALIPURAM

    • Écrit par Rita RÉGNIER
    • 1 694 mots
    • 3 médias
    ...à quatre pentes comme beaucoup d'édifices primitifs (Draupadī-ratha), plus évoluée néanmoins et annonçant les développements ultérieurs du sanctuaire dravidien avec sa toiture pyramidale, à gradins hérissés de pavillons miniatures en ronde bosse, et couronnée d'un ornement octogonal (Arjuna- et Dharmarājaratha)...
  • PALLAVA

    • Écrit par Rita RÉGNIER
    • 1 383 mots
    • 6 médias
    ..., à la galerie hypostyle entourant sa cour, enfin au mur de fond de cette dernière entièrement sculpté (histoire en images de la famille régnante). Dans la décoration de ces temples construits on observe des traits qui resteront propres à l'architecture de l'extrême sud de l'Inde (dravidienne) tout...

Voir aussi