DRAVIDIENS STYLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les mots sanskrits nāgara, vesara et drāviḍa, qui désignent dans les traités spécialisés des catégories de temples, sans toutefois s'accompagner de définitions précises, furent appliqués par J. Fergusson, un des pionniers de l'histoire de l'art de l'Inde, aux trois groupes de styles propres à l'architecture religieuse médiévale de ce pays. Les vieux auteurs fondaient probablement leur classification sur les plans des édifices. Mais ce fut l'observation empirique de variantes dans les superstructures, constituant des différences majeures d'une région à l'autre et correspondant à des aires nettement délimitées, qui conduisit l'archéologue à rapprocher les types concernés des termes précités. Nāgara fut associé aux temples du nord, de l'ouest, du centre et du nord-est du sous-continent dont le sanctuaire est toujours coiffé d'une haute tour curviligne ; drāviḍa, aux temples du sud-est du Dekkan, caractérisés par des toitures pyramidales à multiples étages hérissés de pavillons miniatures ; enfin vesara (mixte), à des constructions localisées à l'ouest et au centre du Dekkan dans lesquelles on discerne des influences combinées des styles classiques du nord et du sud. Dans ce contexte, le mot drāviḍa revêt un sens strictement géographique en tant qu'il désigne la partie sud-orientale de la péninsule et que toute connotation ethnique lui est étrangère (les peuples dravidiens, de souche et de langues non aryennes, occupent au Dekkan une zone beaucoup plus vaste que celle où s'est développée l'architecture dite dravidienne). G. Jouveau-Dubreuil, en étudiant systématiquement les temples du pays tamoul, a isolé leurs particularités et dégagé un « ordre dravidien » dont il a précisé l'évolution. Son analyse reste, dans l'ensemble, un solide point d'appui pour les travaux contemporains.

Après quelques tâtonnements, le premier style dravidien s'épanouit dans la région de Madras au viie siècle. Il puise ses thèmes décoratifs et iconographiques à un répertoire commun aux diverses écoles indiennes. Mais déjà son individualité apparaît, qui, en une évolution ininterrompue (contrair [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : chargée de recherche au CNRS, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification


Autres références

«  DRAVIDIENS STYLES  » est également traité dans :

INDE (Arts et culture) - L'art

  • Écrit par 
  • Raïssa BRÉGEAT, 
  • Marie-Thérèse de MALLMANN, 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 49 132 mots
  •  • 62 médias

Dans le chapitre « Les temples du Sud »  : […] Dès la période classique, le génie des artistes méridionaux s'était manifesté au sein de la tradition indienne. Relativement peu touchés par le contact matériel avec l'Islam, les arts du sud du Dekkan évoluèrent selon leurs modalités propres, sans s'écarter toutefois des voies que traçaient les traités techniques ou sectaires ( śāstra , āgama ) ; ils fai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inde-arts-et-culture-l-art/#i_23432

MADURA, Inde

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 337 mots

Dans le chapitre « La Madura des Nāyak »  : […] Bien qu'il fût chargé par l'empereur de Vijayanagar d'assurer la protection des Pāṇḍya, le nāyakar (« conducteur ») Nāgama, général et vice-roi du Sud, s'empara de Madura et créa un État semi-indépendant (1520 env.). Le pouvoir de sa lignée, qui garda le nom de Nāyak, s'accrut – comme celui des « Nāyak » de Tanjore, de Nellore et de Gengi – quand Vijayanagar s'effondra sous […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/madura-inde/#i_23432

MAHĀBALIPURAM

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 700 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Temples excavés et temple maçonné »  : […] Le rocher de la partie méridionale du site de Mahābalipuram fut « découpé » de manière à isoler les uns des autres, sur un socle commun, un certain nombre de blocs. Ces blocs furent ensuite transformés en sanctuaires par le ciseau du sculpteur ( ratha , littéralement « chars », baptisés tardivement des noms de héros du Mahābhārata ). Répliques des templ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mahabalipuram/#i_23432

PALLAVA

  • Écrit par 
  • Rita RÉGNIER
  •  • 1 391 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'art Pallava »  : […] L'innovation qui consista pour les artistes à cesser d'employer exclusivement le bois et l'argile, matériaux périssables, pour s'essayer à la réalisation d'œuvres en pierre se produisit tardivement dans l'extrême sud de l'Inde : à la fin du vi e  siècle, voire au début du vii e . Le roi Mahendrav […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pallava/#i_23432

Pour citer l’article

Rita RÉGNIER, « DRAVIDIENS STYLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/styles-dravidiens/