Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MOSS STIRLING (1929-2020)

Le pilote automobile britannique Stirling Moss fut un conducteur talentueux – il remporta 16 courses, réalisa 16 pole positions et 20 records du tour en 66 grands prix de formule 1 disputés de 1951 à 1961 –, qui restera comme le « champion sans couronne » ; en effet, il ne put jamais obtenir le titre mondial.

Stirling Moss naît le 17 septembre 1929 dans le quartier de West Kensington à Londres. Il s'initie au sport automobile dès l'âge de dix-sept ans, en formule 3. Encouragé par son père, il poursuit l'aventure, court en formule 2 au volant d'une Cooper-Norton et débute en formule 1 en 1951, sur une monoplace britannique de la marque HWM. Il reste fidèle aux automobiles britanniques (ERA, Connaugth, Cooper) pendant trois ans, malgré le manque de compétitivité de celles-ci. En 1954, il pilote une Maserati. Son talent est remarqué par Alfred Neubauer, chef du service course de Mercedes, qui lui propose un contrat pour 1955. Au volant de la monoplace allemande, il remporte le 16 juillet de la même année le Grand Prix de Grande-Bretagne à Aintree. C'est sa première victoire en formule 1. Avec 23 points, il se classe deuxième du Championnat du monde, loin derrière son coéquipier, l'Argentin Juan Manuel Fangio (40 points). Mais, à la suite de l'accident survenu aux Vingt-Quatre Heures du Mans le 6 juin (la Mercedes de Pierre Levegh quitte la route, causant la mort de plus de quatre-vingts spectateurs), le constructeur allemand abandonne la compétition. En 1956, Stirling Moss pilote de nouveau une Maserati. Il s'octroie deux succès et est encore deuxième du Championnat du monde, devancé de peu par Fangio, sur Ferrari (30 points contre 27).

En 1957, Stirling Moss renoue avec un constructeur britannique, ce qui le ravit : il pilote une Vanwall, assez performante. Le 20 juillet, à Aintree, il remporte le Grand Prix d'Europe : pour la première fois, un pilote britannique gagne un grand prix sur le sol britannique au volant d'une monoplace britannique. Cette année-là, il s'adjuge deux autres succès et se classe deuxième du Championnat du monde pour la troisième fois consécutivement, à nouveau derrière Fangio, sur Maserati.

En 1958, l'Argentin met un terme à sa carrière sportive. Le titre mondial semble promis à Stirling Moss. De fait, celui-ci remporte quatre courses (une au volant d'une Cooper, les trois autres sur Vanwall), dont le Grand Prix du Portugal à Porto, le 24 août : ce jour-là, son compatriote et rival pour le titre, Mike Hawthorn, effectue un tête-à-queue au volant de sa Ferrari ; il parvient à repartir, mais se voit disqualifié parce qu'il a dû rouler quelques instants en sens inverse de la course pour effectuer sa manœuvre ; chevaleresque, Stirling Moss intervient auprès des commissaires pour qu'ils lèvent la sanction ; ceux-ci se rangent aux arguments de Moss, et Hawthorn récupère les 6 points de la deuxième place, ainsi que le point accordé à l'auteur du meilleur tour en course. Stirling Moss vient de perdre le Championnat du monde. En effet, Mike Hawthorn, qui n'a remporté qu'une course mais s'est montré très régulier, sera couronné (42 points contre 41 à Moss) en fin d'année.

Stirling Moss ne retrouvera plus pareille opportunité : il sera troisième du Championnat du monde en 1959 (sur BRM, puis sur Cooper) et en 1960 (sur Cooper, puis sur Lotus). En 1961, sa Lotus ne peut rivaliser avec les Ferrari plus puissantes de l'Américain Phil Hill et de l'Allemand Wolfgang von Trips ; Moss s'impose néanmoins en virtuose à Monaco et sur le Nürburgring, et se classe encore troisième du Championnat du monde.

Le Britannique s'était longtemps montré l'adversaire le plus valeureux de Juan Manuel Fangio. Il s'annonçait comme un rival sérieux pour la génération montante de la formule 1, Graham Hill[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • FANGIO JUAN MANUEL (1911-1995)

    • Écrit par Universalis, Johnny RIVES
    • 1 502 mots
    • 2 médias
    ...courses). Ascari ayant trouvé la mort en 1955, l'Argentin ne reste cependant pas sans adversaire. Mercedes a, pour le seconder, engagé un jeune Britannique, Stirling Moss, qui développe ses dons dans le sillage du maestro, en observant attentivement ses manœuvres. Mais l'année 1955 est marquée par la catastrophe...
  • HAWTHORN MIKE (1929-1959)

    • Écrit par Pierre LAGRUE
    • 216 mots
    • 1 média

    Le pilote automobile Mike Hawthorn, né le 10 avril 1929 dans le Yorshire, fut le premier Britannique couronné champion du monde de formule 1. Il remporta en effet ce titre prestigieux en 1958, au volant d'une Ferrari. Cette année-là, Juan Manuel Fangio ne disputera que quelques courses et...

Voir aussi