Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FREARS STEPHEN (1941- )

Le nom du réalisateur britannique Stephen Frears reste attaché au film qui le révéla en 1985, My Beautiful Laundrette, une histoire d'amour entre un émigré pakistanais et un jeune anglais mêlé à une bande de fascistes, dans la Grande-Bretagne en crise de Margaret Thatcher. Tout en affrontant la réalité la plus dure (chômage, racisme, haine de l'homosexualité), Stephen Frears en livrait, sans démagogie, un violent contretype en montrant la réussite sociale de son couple d'amants, à la tête d'un petit commerce fleurissant (une laverie, en anglais laundrette). La réussite du film My Beautiful Laundrette imposa rapidement Frears comme la figure de proue d'un nouveau cinéma réaliste anglais. Le projet se Stephen Frears n'était pourtant pas si clairement définissable : de fait, œuvres personnelles et films de commande pour les studios américains dessinent une trajectoire plus complexe, qui mêle les succès et les échecs, commerciaux ou artistiques. Si le style du cinéaste souffre parfois d'une conformation anonyme aux genres (comme le western dans The Hi-Lo Country, 1999), il se singularise imparablement par une qualité dont My Beautiful Laundrette donna un des meilleurs exemples : un rapport intense et généreux aux personnages, un intérêt profond pour ce qui fait leur humanité.

Une œuvre disparate ?

Né en 1941 à Leicester, Stephen Frears fait ses études à la Gresham's School et à Trinity College. Il commence par travailler pour la télévision. Dans sa carrière, la place emblématique de My Beautiful Laundrette est d'ailleurs liée à la vitalité de la télévision anglaise, puisque le film fut produit par Channel Four avant d'être distribué au cinéma. Dans le sillage de Ken Loach, c'est en effet à la B.B.C. T.V. que Frears réalisa, au début des années 1970, ses premiers longs-métrages. Rarement montrés, ces films ont gagné au fil du temps une aura qui se confond avec celle de l'« âge d'or » de la télévision britannique. La réalité semble plus inégale, qui va du téléfilm étouffant d'académisme (Three Men in a Boat, 1975, d'après le roman de Jerome K. Jerome) à la fulgurante poésie urbaine de Bloody Kids (1979), qui propose une sorte de Guerre des boutons moderne. C'est sa rencontre avec l'écrivain Hanif Kureishi qui va momentanément entraîner Frears vers un cinéma d'intervention plus politique, faisant de Londres la capitale d'un terrible chaos social en même temps que d'un joyeux désordre sexuel (dans My Beautiful Laundrette comme dans Sammie et Rosie s'envoient en l'air, 1987). Même lorsqu'il reviendra à la plus authentique réalité du prolétariat (cette fois dans la banlieue de Dublin pour The Snapper, 1993, et The Van, 1996, adaptés de deux romans de Roddy Doyle), Frears saura échapper au piège du cinéma sociologique en filmant ses personnages avec une légèreté qui rend hommage à leur force de vie et à leur beauté morale.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • THE QUEEN (S. Frears)

    • Écrit par Bertrand LEMONNIER
    • 997 mots

    Le samedi 6 septembre 1997, le comte Spencer fait l'éloge funèbre de sa sœur Diana, princesse de Galles : « Je me trouve devant vous, aujourd'hui, le représentant d'une famille meurtrie, d'un pays en deuil, devant une planète en état de choc. » Un million de personnes ont déjà suivi le convoi entre...

  • ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

    • Écrit par N.T. BINH
    • 3 446 mots
    • 4 médias
    Cette démarche réaliste a recoupé celle d'autres cinéastes originaux : la carrière éclectique de Stephen Frears s'est affirmée avec le succès de films écrits par les romanciers Hanif Kureishi (My Beautiful Laundrette, 1985 ; Sammy et Rosie s'envoient en l'air, 1987) ou Roddy...
  • CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

    • Écrit par Marc CERISUELO, Jean COLLET, Claude-Jean PHILIPPE
    • 21 694 mots
    • 41 médias
    ...Margaret Thatcher. Ce type de cinéma fit un émule avec Mike Leigh, né en 1943, l'auteur de High Hopes (1988) et Secrets et mensonges (1996). Quant à Stephen Frears, né en 1941, ancien assistant de Lyndsay Anderson et Karel Reisz, prolifique réalisateur de télévision, il est devenu l'une des valeurs...
  • KUREISHI HANIF (1954- )

    • Écrit par Vanessa GUIGNERY
    • 1 182 mots
    ...nouvelle vie ou bien sont rattrapés par leur passé violent. C'est grâce au film MyBeautifulLaundrette (1985), dont il signa le scénario et qui fut réalisé par Stephen Frears, que Kureishi fut découvert par le grand public. Le film dépeint la relation entre deux jeunes hommes, l'un pakistanais, l'autre...

Voir aussi