CRANE STEPHEN (1871-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le creux de la vague

Mais « il est difficile de réussir avec grâce à vingt-trois ans ». Les parodistes s'attaquèrent impitoyablement aux poèmes iconoclastes et vengeurs des Black Riders (Les Cavaliers noirs, 1895) et aux tours maniérés de sa prose. Ses égarements sentimentaux (défense d'une fille des rues contre la police, liaison durable avec la propriétaire d'une maison de prostitution, Cora Howorth) contribuèrent à l'isoler. Sa réputation de romancier de guerre et son désir de voir ce qu'il avait seulement imaginé l'entraînèrent dans une série de voyages et d'épreuves qui eurent tôt fait de saper la résistance d'un corps déjà miné par les germes de la tuberculose. Ce fut d'abord la tentative manquée d'un reportage à Cuba, en janvier 1897, qui se solda par un naufrage ; cette aventure, au cours de laquelle il partagea dans une chaloupe trente heures d'anxiété et de lutte avec trois autres rescapés, lui inspira The Open Boat (Le Canot, 1897). Ensuite, la guerre gréco-turque de 1897 et le conflit hispano-américain de 1898 vinrent l'arracher à son cabinet de travail. Il mourut à vingt-huit ans, à Badenweiler, en Allemagne, presque oublié. Il avait cependant écrit six romans, deux volumes de poésie et de nombreux recueils de nouvelles. Il avait enfin composé quelques récits historiques de batailles, Great Battles of the World (1901), et de nombreux articles de journaux.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRANE STEPHEN (1871-1900)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le naturalisme tourmenté des écrivains irlandais »  : […] Parmi les auteurs irlandais de la fin du xix e  siècle, J. W. Sullivan, dans ses Tenement Tales (1895), malgré le caractère parfois mélodramatique de certains de ses contes, parvient à capter les déchirements et les frustrations des immigrés qui, pour échapper à leur condition, ne trouvent parfois d'autres issues que les bas-fonds et la criminalité. Si les Vignettes of Manhattan de Brander Matt […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean CAZEMAJOU, « CRANE STEPHEN - (1871-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/stephen-crane/