STABAT MATER (J.-B. Pergolèse)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Deux Stabat mater dominent la musique sacrée italienne de la première moitié du xviiie siècle : celui d'Alessandro Scarlatti, composé vraisemblablement au tout début de ce siècle, et celui de Jean-Baptiste Pergolèse, achevé en 1736. Ces deux œuvres offrent d'évidentes similitudes dans leurs effectifs (deux voix de femme, orchestre à cordes et orgue) et leur déroulement (airs, ariosos et duos). Mais, contrairement au Stabat mater de Scarlatti, qui s'efforce de toucher par une expression tourmentée et présente une veine encore foncièrement baroque avec son instabilité tonale, ses syncopes et ses notes répétées obsessionnelles, celui de Pergolèse évacue les figuralismes – par lesquels la musique mime le texte ou l'action – et suscite au contraire la ferveur par la perfection de ses lignes mélodiques, par sa sobriété et sa souplesse rythmique. C'est ainsi que les mouvements vifs et délicats ne reflètent pas toujours les souffrances que suggère le texte : tempo allegro sur Cujus animam gementem, allegro moderato sur Quae moerebat et dolebat. Dans sa démarche de rénovation de la musique religieuse mais aussi profane, Pergolèse annonce la période préclassique.

—  Juliette GARRIGUES

Écrit par :

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

Classification

Pour citer l’article

Juliette GARRIGUES, « STABAT MATER (J.-B. Pergolèse) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/stabat-mater/