SQUAW VALLEY (JEUX OLYMPIQUES DE) [1960]Contexte, organisation, bilan

Habituellement très conservateur, le C.I.O., réuni pour sa cinquantième session à Paris, fait un choix audacieux le 16 juin 1955. Quatre villes sont candidates à l'organisation des Jeux d'hiver de 1960. Garmisch-Partenkirchen (R.F.A.) et Saint-Moritz (Suisse) présentent toutes les garanties en termes de savoir-faire. Mais les deux cités ont déjà accueilli les Jeux et sont éliminées au premier tour de scrutin (Garmisch-Partenkirchen obtient cinq voix, Saint-Moritz trois).

Innsbruck, une jolie ville du Tyrol autrichien, entourée de multiples installations destinées aux sports d'hiver, semble donc tenir la corde ; ce d'autant plus que la cité compte s'appuyer sur les Jeux pour promouvoir le tourisme. Squaw Valley demeure en course, mais sa candidature multiplie les handicaps : cette bourgade de la Sierra Nevada californienne est située à 1 900 mètres d'altitude – ce qui ne garantit pas un enneigement correct –, elle ne compte que trois cents habitants, un seul hôtel et une unique remontée mécanique ! Mais Alex Cushing, l'heureux propriétaire de l'hôtel et de la remontée mécanique, un homme très déterminé, vient présenter le dossier de Squaw Valley. Maquette à l'appui, il convainc les présents de la viabilité de son projet et joue de la corde sensible : « L'idéal olympique, n'est-ce pas de faire connaître le sport là où il n'est encore qu'à l'état d'embryon ? », déclare-t-il. Le C.I.O. est finalement séduit et il accorde les Jeux à Squaw Valley, au second tour de scrutin, par trente-deux voix, contre trente pour Innsbruck.

Affiche des jeux Olympiques de Squaw Valley (1960)

Affiche des jeux Olympiques de Squaw Valley (1960)

photographie

Version française de l'affiche des Jeux d'hiver de Squaw Valley, en 1960. Le logo, composé de trois triangles superposés, crée l'image d'un flocon de neige. 

Crédits : IOC /Olympic Museum Collections

Afficher

Il convient dès lors de matérialiser le projet. Les financements se font longtemps attendre, mais ils finissent par se débloquer, notamment grâce à des aides publiques : 18 millions de dollars permettent de transformer cette bourgade en station de sports d'hiver ultramoderne. La Blyth Arena (première patinoire couverte à la glace artificielle de l'histoire des Jeux) est la plus spectaculaire de ces infrastructures : huit mille cinq cents spectateurs peuvent vibrer pour les matchs de hockey sur glac [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : historien du sport, membre de l'Association des écrivains sportifs

Classification

Pour citer l’article

Pierre LAGRUE, « SQUAW VALLEY (JEUX OLYMPIQUES DE) [1960] - Contexte, organisation, bilan », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 août 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/squaw-valley-jeux-olympiques-de-1960-contexte-organisation-bilan/