SPOERRI DANIEL ISAAC FEINSTEIN dit DANIEL (1930- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tour à tour premier danseur à l'Opéra de Berne, metteur en scène d'avant-garde de La Cantatrice chauve d'Eugène Ionesco en 1955, du Désir attrapé par la queue de Picasso en 1956 (dans des décors d'Otto Tschumi et des costumes de Meret Oppenheim) et du Cœur à gaz de Tristan Tzara (1972), Daniel Spoerri est né à Galaţi en Roumanie d'un père juif assassiné par les nazis et d'une mère originaire de Suisse, pays où il réussit à s'établir en 1942. Cet artiste et théoricien des moins conventionnels, inscrit la force singulière de sa démarche dans une dénonciation violente de l'esthétisme abstrait, du beau matériau. Il prône avec une imagination féconde la participation du public, il souligne l'importance du précaire, des objets de la vie quotidienne et du hasard qui préside au fonctionnement du réel. Assistant, en 1957, au Landestheater de Darmstadt, il fonde la même année la revue Material dont la présentation audacieuse comportant des lacunes invite le lecteur à compléter l'effort de création de l'auteur. Poète concret, il est aussi le créateur, avec Tinguely, de l'« autothéâtre » au Hessenhuis d'Anvers, dans lequel il demande au spectateur d'être à la fois acteur et public, et rejoint ainsi les tentatives d'environnement et les happenings d'Allan Kaprow aux États-Unis. Fondateur à Paris, en 1959, de l'édition MAT (Multiplication d'art transformable), Spoerri est un des premiers à éditer des œuvres signées par des artistes en renom, dévalorisant ainsi la notion d'œuvre d'art unique et irremplaçable. Membre du groupe des nouveaux réalistes depuis 1960, il est l'auteur de célèbres Tableaux-Pièges, dont la formule consiste à fixer sur leurs supports des objets en désordre, en particulier des reliefs de repas, et à les dresser verticalement munis de l'estampille « Attention ! œuvre d'art ! » Intégrant dans l'espace des éléments rigoureusement antipicturaux, Spoerri se borne, non sans agressivité et provocation, à prendre et à exposer les objets usés par la consommation. Et il développe, sur les principes des « tableaux-pièges », la série des « détrompe-l'œil », dans lesquels le support est un tableau réaliste, des « multiplicateurs d'art » où, grâce à un jeu complexe de miroirs, les objets piégés se répètent à l'infini. Jouant non sans humour et poésie avec le langage, il crée ses « pièges à mots », à moins qu'il ne demande aux rats qui hantent les caves des galeries de participer avec lui à la destruction des objets, faisant intervenir ainsi le morbide et l'idée de la mort. À Düsseldorf, il est cuisinier du restaurant-galerie qu'il a ouvert en 1968. Spoerri refuse de séparer l'activité artistique des préoccupations alimentaires et veut élargir la conscience du consommateur en mobilisant tous ses sens, la vue, l'odorat, le toucher, avant de l'inviter à piéger les restes de son repas, « cet acte, cette seule décision : pétrifier le monde autour de soi », écrit Alain Jouffroy (Révolution du regard, Paris, 1964), « qui fait prendre conscience aujourd'hui que la totalité du monde est à réinventer, si l'on ne veut pas qu'elle nous transforme elle-même en objets ». Un « musée de reliques fétichistes d'art », Le Musée sentimental, commence sa carrière en 1977 au Centre Georges-Pompidou, des objets ayant appartenu à des artistes y sont exposés, ainsi qu'à Cologne en 1979 et à Bâle en 1989. Dans les années 1980, il coule dans le bronze des ensembles d'objets autour du thème du corps humain : Corps en morceaux (Raab Galerie, Berlin, 1991) et Le Cabinet anatomique (Centre d'art et de plaisanterie, Montbéliard et Musée de l'Assistance publique, Paris, 1994). Une sélection importante de ses œuvres relevant de l'eat art, des assemblages, de la série Ethnosyncrétismes aussi bien que des Pièges à mots, des natures mortes et des Tableaux-Pièges a été exposée en particulier au Musée national d'art moderne à Paris en 1990. En 1997, Daniel Spoerri inaugure sa fondation et son jardin de sculptures à Seggiano en Toscane. Ses œuvres sont présentées lors de nombreuses expositions : Solomon R. Guggenheim Museum, New York (1988), Le Restaurant Spoerri au musée du Jeu de paume (2002), musée d'Art et d'histoire de Fribourg (2005). Il participe à l'exposition Le Nouveau Réalisme au Grand Palais, Paris (2007).

Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri

Photographie : Déjeuner sous l'herbe, D. Spoerri

Enfoui depuis 1983, Déjeuner sous l'herbe de Daniel Spoerri — les restes d'un banquet enterré dans le parc du domaine du Montcel à Jouy-en-Josas (Yvelines)  — est mis au jour en 2010. La méthodologie scientifique appliquée permet de confronter le matériel conservé dans le sol aux... 

Crédits : D. Gliksman/ Inrap

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SPOERRI DANIEL ISAAC FEINSTEIN dit DANIEL (1930- )  » est également traité dans :

ANTI-ART

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 3 052 mots

Dans le chapitre « L'anti-art et ses avatars »  : […] Le destin de l'anti-art ne traduit pas, depuis, cette violence extrême. Au fur et à mesure que l'art d' avant-garde a été accepté, classé, valorisé financièrement par les critiques, les musées et les marchands, l'anti-art est devenu l'épiphénomène de l'art. Si Breton n'y a jamais fait appel, s'il a même contribué à perpétuer à sa manière la vocation subversive de l'art proprement dit, son ami Mar […] Lire la suite

ARCHÉOLOGIE (Archéologie et société) - Archéologie du temps présent

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 4 857 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Art et archéologie »  : […] Nous évoquions en introduction les relations entre l'archéologie et l'histoire de l'art. Ces deux disciplines étroitement associées à la Renaissance, sinon confondues, se sont peu à peu autonomisées, surtout lorsque l'archéologie s'est mis à développer une vision sociale et anthropologique tout en se dotant de méthodes et de techniques de plus en plus complexes. Pourtant, de façon paradoxale mais […] Lire la suite

COLLAGE

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 227 mots

Dans le chapitre « De l'autonomie à la dissémination »  : […] Véritable laboratoire de l'imaginaire moderne durant la première moitié du xx e  siècle, le collage s'impose ensuite comme un ressort essentiel du renouveau esthétique. Il est au cœur des tentatives de redéfinition des concepts et des enjeux de l'art, nécessitées non seulement par l'éclatement des formes, mais par celle du champ artistique proprement dit. Dès la fin des années 1940, un retour du c […] Lire la suite

NOUVEAU RÉALISME

  • Écrit par 
  • Catherine VASSEUR
  •  • 2 605 mots

Dans le chapitre « Naissance officielle du Nouveau Réalisme »  : […] En avril 1960, Restany préface le catalogue de l'exposition collective réunissant Arman, Hains, François Dufrêne (autre « décolleur », marquant une prédilection pour l'envers des affiches), Klein, Tinguely et Villeglé, à la galerie Apollinaire de Milan. Ce texte, intitulé « Les Nouveaux Réalistes », est considéré comme le premier manifeste du groupe, proclame l'obsolescence de la peinture de chev […] Lire la suite

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 068 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Du ready-made à la critique de la société de consommation »  : […] Dans un esprit radicalement différent, à la suite du ready-made inventé par Marcel Duchamp dès 1914 avec le Porte-bouteilles , Jean Tinguely (1925-1991), en compagnie entre autres de Daniel Spoerri, de César (1921-1998) et d’Arman (1928-2005), crée en 1960, sous la houlette du critique d’art Pierre Restany, le groupe des Nouveaux Réalistes qui rassemble aussi de nombreux peintres. C’est l’objet, […] Lire la suite

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « SPOERRI DANIEL ISAAC FEINSTEIN dit DANIEL (1930- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/spoerri-daniel-isaac-feinstein-dit-daniel/