SOULAGES (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'exposition consacrée en 2009 à Pierre Soulages, au Centre Georges-Pompidou, n'est pas la première du genre. En effet, l'artiste a été l'objet de très nombreuses manifestations un peu partout dans le monde. À Paris, on se souvient de l'exposition organisée dans ce même lieu en 1979, et de celle qui eut lieu en 1996 au musée d'Art moderne de la ville de Paris. La rétrospective proposée par Alfred Pacquement et Pierre Encrevé affirme dans sa présentation chronologique (1946 à 2009) la permanence et la cohérence des choix d'un artiste dont le cheminement est voué pour l'essentiel à une seule couleur, le noir. L'exposition a également bénéficié de la présence de Pierre Soulages, qui a tenu à suivre de très près la répartition des œuvres comme la réalisation du catalogue, véritable « livre-objet ». Le résultat est une mise en scène remarquable où rien ne semble avoir été laissé au hasard, qu'il s'agisse de l'organisation des espaces, de la présentation des œuvres et surtout de la qualité rare de l'éclairage, indispensable lorsqu'il s'agit d'une peinture dont l'auteur écrit : « Ce qui importe... c'est la réalité de la toile peinte : la couleur, la forme, la matière, d'où naissent la lumière et l'espace, et le rêve qu'elle porte. »

Les œuvres qui introduisent la manifestation sont des peintures de 1946 et le négatif d'une affiche réalisée par Soulages lors d'une exposition collective d'art abstrait organisée à Stuttgart, en novembre 1948. Placardée à des centaines d'exemplaires, elle fut pour beaucoup dans la reconnaissance internationale de l'artiste. Si la pratique du peintre s'offre d'entrée de jeu en tant qu'œuvre abstraite, elle affirme aussi sa sobriété et sa rigueur ainsi que sa marginalité au regard des courants informels du moment. Dès cette époque, on note l'utilisation d'un médium inusité – le brou de noix, cette couleur brune obtenue à partir de l'enveloppe des noix –, le choix du noir en tant que couleur privilégiée, et, concernant le titre, l'absence de toute référe [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « SOULAGES (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/soulages/