SÉGUR SOPHIE ROSTOPCHINE comtesse de (1799-1874)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La comtesse de Ségur partage avec Jules Verne un étrange privilège : celui d'avoir été un célèbre écrivain pour enfants et d'être considérée de plus en plus comme un classique pour adultes ou, en tout cas, comme un témoin privilégié de son époque.

D'origine russe, élevée par une mère mystique et par un père fantasque et autoritaire (le comte Rostopchine, qui se vante d'avoir incendié Moscou au moment où vont y entrer les troupes de Napoléon Ier), Sophie est transplantée en France et épouse (ironie du sort) un page de l'Empereur. Déçue par son mari, affaiblie par de nombreuses maternités, elle traîne une existence amère et maladive jusqu'au moment où son fils aîné, Gaston, devient prêtre et la convertit au catholicisme militant. À cinquante-cinq ans, elle découvre alors sa vocation d'écrivain et d'« idéale grand'mère ». C'est l'époque où Louis Hachette vient d'obtenir le monopole de vente des livres et des journaux dans les gares ; il charge son gendre, Émile Templier, de créer et de diriger une collection destinée à l'enfance : la Bibliothèque rose. Louis Veuillot, chef de file des ultramontains, s'entremet et les récits que la comtesse destinait seulement à ses petites-filles sont publiés en 1856. Le succès de ces Nouveaux Contes de fées, illustrés par Gustave Doré, est considérable et engage complètement la comtesse dans la nouvelle carrière qui s'ouvre à elle. En seize ans, jusqu'à sa mort, elle écrit une vingtaine de romans pour enfants, trois copieux volumes d'instruction religieuse, sans oublier La Santé des enfants, un recueil de remèdes de bonne femme sur l'hygiène de l'enfant et sur l'alimentation du premier âge.

Ses premiers livres, visiblement destinés aux plus jeunes, se bornent à une juxtaposition de brèves saynètes : les petits et les grands événements de la vie de quelques enfants de « bonne famille », dans le style de Berquin (Les Petites Filles modèles, Les Vacances, Les Malheurs de Sophie, Les Mémoires d'un âne). Les suivants, destinés à un public moins tendre, racon [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : docteur ès lettres et sciences humaines, professeur émérite à l'université de Paris-VII-Jussieu

Classification


Autres références

«  SÉGUR SOPHIE ROSTOPCHINE comtesse de (1799-1874)  » est également traité dans :

CASTELLI HORACE (1825-1889)

  • Écrit par 
  • Laura NOESSER
  •  • 516 mots

Horace Castelli appartient à l'école de graveurs sur bois de bout qui, dans le sillage étincelant de Gustave Doré, poursuit la tradition du livre illustré romantique entre 1860 et 1880. Travaillant principalement pour la Bibliothèque rose illustrée dont il est un des plus vivants imagiers, il réussit à dominer la contrainte du format uniforme par l'alternance éprouvée du hors-texte et de l'« image […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/horace-castelli/#i_8712

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 7 689 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Les pouvoirs de l'illustration : du conte au documentaire »  : […] Les effets du développement de la caricature et de l'image des années 1830 furent décisifs. P.-J. Hetzel publia en 1841-1842 Scènes de la vie publique et privée des animaux , visions caricaturales avec des illustrations de Grandville, célèbre déjà pour d'autres ouvrages illustrés. Alfred de Musset y publia de son côté Histoire d'un merle blanc , et Balza […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-pour-la-jeunesse/#i_8712

Pour citer l’article

Marc SORIANO, « SÉGUR SOPHIE ROSTOPCHINE comtesse de (1799-1874) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/sophie-segur/